Journal de bord

journal / Premières bulles

Premières bulles

5 juin 2014, Koh Tao Island, Chumphon, Thailand

Après un copieux petit déj occidental hors de prix au restaurant du Scuba Diving Ban’s Diving Resort, nous rejoignons Christelle, une charmante jeune femme aux yeux bleux clairs et au teint halé. Elle nous a été recommandée par Laure de Vienne qui était venue ici pour faire de la plongée.

Koh Tao est un peu la Mecque de la plongée, ses eaux turquoises, ses hauts fonds et la diversité de sa flore et de sa faune font référence dans le monde des gens palmés. Elle commence par nous expliquer les aspects théoriques de la plongée, basiquement :
 Ne pas dire OK avec le pouce vers le haut, parce que ça veut dire "remonter"
 Faire gaffe à ses poumons et ses tympans qui se comportent comme des ballons de baudruche en plus douloureux quand ça éclate
 On portera un gilet avec plein de tubes et de cadrans, et on aura l’air classe

La partie théorique est très importante, mais pas non plus d’une complexité folle. Immédiatement après, on va en piscine mettre en pratique quelques enseignements :
 Enfiler le matériel (lourd).
 Se rendre compte qu’avec tout l’équipement, l’effet classe steam-punk du gilet disparaît et on ressemble à de gros crapauds.
 Décompresser les tympans.
 Respirer, toujours respirer.
 Décrocher / raccrocher le compresseur.
 Vider l’eau de son masque.
 Gonfler / dégonfler son gilet.
 Nager entre deux eaux, ça c’est le plus dur.

On respire sous l’eau. C’est un rêve éveillé, une sensation de liberté extraordinaire qui donne envie de rigoler, et du coup qui remplit le masque d’eau...

"Bon, c’était super, vous avez réussi tous les exercices, maintenant on fait une pause déj, pensez à manger léger". Ha ha, ce serait mal nous connaître ! Avec tous ces restos thaï dans le coin on se fait un copieux déj pour reprendre des forces.

En début d’après-midi, on retrouve Christelle au Ban’s Diving Resort, on va plonger avec les poissons ! On appareille dans un grand bateau ou une quarantaine de palmipèdes s’ébrouent gaiement et on est bien content d’avoir Christelle pour nous deux.

Le premier spot de plongée est beaucoup trop profond pour de petites grenouilles comme nous alors on ne fait qu’admirer les bulles et apprendre les gestes correspondant aux poissons, ainsi le rabbit fish se mime avec des oreilles de lapin, la muraine avec des doigts crochus, le poisson clown en mettant une main ouverte devant le nez pour faire la nique, le poisson sergent major en montrant des gallons, le requin avec un aileron au niveau du front, le poisson perroquet en se cachant un œil (oui, parce que le perroquet est sur l’épaule du capitaine pirate qui a un patch sur l’œil), logique.

Le deuxième spot, c’est au large d’Aow Leuk, comme ça on n’est pas perdus. Ça nous permet d’avoir un autre point de vue sur cette baie paradisiaque.

La descente se fait le long d’une corde pour nous aider à réguler notre descente, on est assez lent : ce qui était enfantin en piscine l’est un peu moins en mer. Arrivés à 12 m de profondeur, on suit Christelle qui nous mime chaque poisson, caillou, coquillage. C’est un rêve, on survole des coraux, on pique entre les vallées d’un paysage digne des films de Miyazaki [1], on plane sans effort en escadron parmi les bancs de poissons... et au bout de quelques minutes, Christelle nous signale qu’il faut déjà remonter. On n’a pas trop envie, mais bon, elle doit avoir ses raisons. Elle pourrait quand même nous laisser là et revenir nous chercher demain !

En fait on sera resté 50 minutes sous l’eau (en ne consommant que la moitié de notre air). En haut, c’est l’orage, de grosses vagues et de la pluie (ah bon ?) alors on rentre au port, encore rêveurs, en planant dans d’autres stratosphères.


[1Le monde des insectes dans Nausicaä la vallée du vent.