RYoGAmeOver

gameover > Tests > Test : Miitopia (Switch)

Test : Miitopia (Switch)

, par RYoGA

Sorti en 2017 sur Nintendo 3DS, Miitopia permettait d’utiliser ses Mii comme personnages dans un jeu d’aventure-RPG allégé mais surtout déluré, dans la veine de Tomodachi Life. C’est ce même jeu que nous retrouvons aujourd’hui retravaillé en HD sur Nintendo Switch, et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça marche toujours autant ! Trop content de retrouver l’esprit leveling des premiers Pokémon, je me suis jeté à corps perdu dans le jeu et n’en suis pas sorti avant de l’avoir terminé à 100% ! Nous parlerons donc en connaissance de cause, quitte à dévoiler quelques rebondissements de l’aventure !

Test publié sur Puissance-Nintendo

Le jeu dont vous êtes les héros

La grande force de Miitopia est de nous permettre d’intégrer ou de créer soi-même ses Mii. C’est l’attachement que vous avez aux personnages que vous allez choisir qui fera à n’en pas douter la réussite de votre aventure.

Soyez le héros, mais faites de vos amis, des membres de votre famille ou de quelconque personnage réel ou fictif qui vous plait les acteurs de l’histoire qui va se dérouler.

Régulièrement, le jeu vous demande d’intégrer de nouveaux personnages, de vos coéquipiers aux différents membres des tribus que vous allez rencontrer. Si vous avez la flemme, vous pouvez également accepter les choix par défauts, et décider de revenir sur un rôle attribué à tout moment de l’aventure.

S’en suit alors la création du ou des personnages, via le non moins célèbre éditeur de Mii, plus en forme que jamais. Ses nombreuses possibilités de personnalisation n’ont pas échappé aux créateurs, qu’ils soient du dimanche ou accomplis, et l’on peut retrouver dans une banque de données en ligne des créations populaires absolument incroyables.

En marge de l’éditeur Mii, un système de perruque et de maquillage offrant de nombreuses possibilités n’est sûrement pas étranger aux prouesses parfois réalisées. Si les visages créés par l’éditeur Mii le sont pour être facilement animés, il est toutefois possible que les masques créés par les maquillages soient un peu plus figés.

Bref, que vous ayez décidé de créer vos Mii de zéro, d’après un modèle ressemblant, de les exporter depuis une 3DS (via un amiibo) ou depuis les banques de données en ligne de vos amis ou des créateurs du monde entier, il y a de quoi rendre votre jeu unique !

Vos équipiers, pour la vie !

Débarqué dans la région d’Udébu, votre héros va très vite se retrouver face à une puissante menace. L’avatar du Mal sévit dans le pays, enlevant les visages de tous les habitants. C’est au cours de nombreux combats que vous délivrez tous les visages, entre autres missions d’aide à la population.

Mais vous n’êtes pas seul dans cette aventure : vous recrutez ainsi vos coéquipiers, auxquels vous allez attribuer une classe. Si le jeu en propose six au départ, d’autres seront ajoutées par la suite. Chaque classe possède des caractéristiques propres, allant de la magie offensive à des pouvoirs de guérison. Les compétences ne cesseront d’évoluer au fil des points d’expérience reçus, dans des mises en scène de combat toujours aussi farfelues.

Miitopia est un jeu d’aventure-RPG qui a voulu s’affranchir de nombreux codes vus et revus au fil du temps, afin de trouver son propre style. L’essentiel est que les choses aillent vite, soient fluides, et que les histoires et les situations soient amusantes avant tout.

On ne sera alors jamais dans la maîtrise totale des différents aspects liés aux RPG et leurs menus interminables. Ici, tout est schématisé et les mécaniques nous échappent parfois, à l’image de la gestion des aventuriers dans une auberge, étape obligée après chaque phase d’exploration.

L’auberge espagnole

Reprenant plus ou moins le concept de maison vu dans Tomodachi Life, l’auberge de Miitopia est le havre de repos de vos aventuriers. C’est là que vous allez pouvoir assister à des scénettes en tout genre entre les personnages, avec pour but de faire augmenter le niveau de leur relation amicale.

Plus leur niveau relationnel augmente, plus ils développent des aptitudes qu’ils utiliseront en combat, allant de l’encouragement, à l’utilisation de combos ou à la protection des partenaires. A vous de favoriser les interactions en variant les duos dans les chambres, ou en répondant aux requêtes des habitants qui veulent voir tel ou tel collègue.

Une étable accueille votre cheval, obtenu au début de l’aventure et customisable alors. Vous accompagnant sur la route, il s’avère surtout utile en combat, une fois que vous avez développé votre relation avec lui et ainsi débloqué ses différentes attaques. L’auberge accueille de nombreux personnages, dont certains PNJ qui vous accompagnent le temps d’une mission.

Vos Mii vous sollicitent d’autre part pour obtenir les fonds à même d’acheter leur équipement. En effet, point de boutique à Miitopia, il faut attendre que vos héros vous demandent leurs attirails successifs. C’est un peu déstabilisant car il n’est pas rare que vous ne puissiez pas les payer. Il faut alors attendre un tour prochain qu’ils réitèrent leur requête ! Sans parler des nombreuses fois où le personnage vous trolle carrément en ramenant non pas l’arme ou l’armure demandée mais une banane de points de vie à la place !

Vous aurez d’ailleurs des bananes PV et des bonbons Points de Magie à la pelle tout au long du jeu. On les stocke, et il est dommage de ne pas pouvoir les revendre ! Cela aurait fait un bon moyen de gagner de l’argent, en plus de des pièces récoltées pendant les combats ou trouvées dans les coffres sur les routes.

Enfin, considérons que chaque arme ou armure achetée par un personnage lui est propre : il est ainsi impossible de la partager avec un autre héros de même classe, même quand on ne l’utilise pas ! Impossible également de revendre une vieille armure inutile car elle n’existe pas en tant qu’objet dans un inventaire, mais uniquement dans un listing. Le jeu veut nous faire dépenser de l’argent !

Plus tard, il nous sera permis d’obtenir un catalogue pour être en mesure de pouvoir racheter un élément déjà acquis par un autre personnage, sans avoir à attendre que le Mii nous fasse sa demande.

Le jeu nous fait courir après l’argent, mais aussi des tickets de voyage et des bons de jeu ! Les premiers permettent à deux équipiers de faire une petite virée dans un décor bucolique (plage, cinéma, bibliothèque, etc), en vue de glaner quelques points relationnels. Les seconds de tenter sa chance à un jeu de pierre-feuille-ciseau pour gagner de l’argent ou, plus intéressant, de faire tourner une roue de la fortune pour gagner des items, des points d’expérience, des tickets de voyage ou des équipements.

Les équipements sont bien sûr à privilégier, ne serait-ce que parce qu’ils sont de plus en plus chers à l’achat, et que vous avez la possibilité ici de les revendre immédiatement. Notre conseil : garder ses tickets le plus longtemps possible et attendre une roue avec une section jaune "équipement" plus large que les autres, afin de maximiser les chances.

Dernière étape cruciale avant de repartir au combat : nourrir ses aventuriers. Vous récoltez des plats en tout genre sur les monstres ou au cours de vos voyages. Ces plats peuvent être donnés aux héros qui les apprécieront, les adoreront ou les détesteront. Chaque plat apporte quelques points de compétence dans une ou plusieurs catégories comme par exemple les points de vie, de magie, la défense ou la vitesse. Ces points bonus viennent s’ajouter à ceux que possèdent déjà vos personnages en fonction de l’armure qu’ils portent.

Tant qu’ils n’ont pas l’estomac rempli, les gloutons peuvent manger. Les laisser le ventre vide ne semble pas avoir de répercussion particulière. Il arrive parfois que deux personnages s’engueulent sur le terrain, mais difficile de savoir si cela est du à leur appétit. Nous tablons plutôt sur l’aléatoire, le jeu l’utilisant à foison pour créer des situations toujours plus incongrues.

Enfin, vous constituez votre équipe, et c’est reparti !

Sur la route, je trace mon chemin points par points

Les phases d’exploration se déroulent sur des cartes jonchées de points qui sont autant d’étapes à votre progression. Un peu comme une carte d’un Super Mario Bros, nous avançons point par point, allant d’une zone à une autre, d’un village au château suivant.

A l’intérieur même d’un point une autre carte peut se développer, avec la sensation de découvrir une toute nouvelle zone particulièrement dense. Et des cartes, le jeu n’en maque pas ! Chaque étape peut être traversée rapidement si l’on ne s’attarde pas sur tous les chemins qu’elle contient, quitte à rater sans doute de nombreux trésors. Personnellement nous n’avons pu résister à tout faire au fur et à mesure, de sorte à gagner un maximum de points d’expérience et récolter tous les trésors au passage.

Une fois dans le stage, nos personnages se mettent à courir automatiquement vers la droite, jusqu’à rencontrer une phase de combat, tomber sur un coffre ou un embranchement. Cette petite phase de balade est l’occasion d’écouter nos héros y aller de leur petite phrase, ou même faire une pause au cours d’une cinématique rigolote.

Les parcours possèdent plusieurs embranchements. Indiqués par des pancartes en bois, ils vous laissent le choix de la direction. Ce n’est qu’après avoir éventuellement refait les niveaux plusieurs fois (de deux à cinq fois) et emprunté les différents chemins que l’on peut prétendre avoir bouclé le stage à 100%. Un petit drapeau jaune apparait alors sur l’étape.

Notez que si les chemins se déroulent sur un axe 2D, l’exploration de certains villages ou châteaux se font sur des zones horizontales comprenant un peu de profondeur, donnant une illusion d’exploration 3D qui s’avère bien agréable.

Des combats bio-dynamiques

Les combats sont classiques, avec nos personnages alignés les uns à côté des autres, face aux ennemis. Chacun attaque à tour de rôle, voire ensemble si des liens d’amitiés ont été développés au fil du temps. Vous avez la possibilité de gérer l’attaque ou la capacité spéciale de votre héros mais pas celles des équipiers.

En l’état, nous avons préféré accélérer la vitesse de défilement (disponible d’ailleurs pour toutes les phases de jeu, de l’exploration aux cut scenes) et observer le résultat. Tout le monde se soigne alors automatiquement avec des bananes ou des bonbons. Pour nous, il n’y a rien de choquant dans cet automatisme des combats car l’intérêt nous a semblé être ailleurs.

En effet, les combats sont surtout le prétexte à l’expression des personnalités des Mii, et aux interactions entre les membres. Tout le soin qu’on leur a apporté dans l’auberge trouve un sens ici. C’est l’observation de la vie qui anime ce petit monde qui prime selon nous.

Dans les moments les plus délicats, face à des monstres un peu plus retors, il convient d’activer le mode "salière", des réserves de points de vie, de magie, de résurrection, de barrière ou encore de boost de puissance qui peuvent nous aider à survivre à des attaques virulentes. Là encore, la question n’est pas de savoir si cela est de la triche face à l’ennemi, mais de considérer le timing où on va les utiliser comme mécanique de jeu à part entière.

Les combats sont enfin mis en scène de manière dynamique, avec de nombreux angles de caméra pour bien mettre en valeur les actions des personnages. Aussi nombreux soient-ils, les combats sont toujours un plaisir à regarder. Une option propose même de les revoir (non, ça nous ne nous y sommes pas attardé) !

Tombe et relève-toi

Miitopia dispose d’une structure construite pour nous tenir en haleine le plus longtemps possible. Nous allons rester vague, mais si vous ne voulez rien en savoir, rendez-vous plus bas !

En effet, notre équipe d’aventuriers sera mise à mal, et le héros principal devra se débrouiller dans l’adversité. Si comme nous, vous avez surentrainé votre équipe au sein même de la démo en pensant rouler sur le jeu par la suite, vous serez surpris, voire déçu !

Le jeu, via l’avatar du mal, s’amuse ainsi à réduire à néant tous nos efforts plusieurs fois de suite, ce qui peut s’avérer peut-être un poil agaçant. Heureusement l’aventure est belle, les rencontres toujours drôles et stimulantes. Et de l’échec nait petit à petit une force toujours plus grande qui n’attend que son moment pour briller.

Une force qui même à sa pleine puissance se retrouve encore déstabilisée. Nos personnages étant ballotés de tous les côtés, de façon quasi mathématique. Et quand vient le moment de l’affrontement final, forcément épique, on se surprend à découvrir que tout est loin d’être fini ! Le jeu en en fait encore beaucoup de choses à nous proposer.

L’auberge prend alors son plein potentiel et se voit complémenter par une villa qui peut accueillir les personnages qui n’auraient plus leur place dans le premier bâtiment. C’est surtout l’occasion de créer de nouveaux personnages si vous en aviez l’envie.

De nouvelles contrées se dévoilent, parmi elles la Cité des voyageurs, un espace relié à Internet où des Mii porteurs de nouvelles missions demandent votre aide. Quelques unes de ces missions sont scénarisées et permettent même d’obtenir de nouvelles classes. D’autres sont plus aléatoires, mais sachez qu’il y aura toujours quelque chose à faire à Miitopia, même une fois la vraie fin dévoilée. Miitopia dispose ainsi d’un contenu assez conséquent qui ne peut être que salué !

Nous n’avons même pas parlé de la compatibilité amiibo (qui vous permet de scanner un certain nombre d’amiibo pour obtenir des costumes Nintendo pour vos personnages) ou encore des PNJ qui reviennent régulièrement dans l’aventure, que ce soit l’homme photo, l’homme gourmet ou encore l’homme-quizz et ses petits jeux d’observation vraiment simplets. Mine de rien, le jeu regorge de petits secrets qui lui sont propres, et qui concourent à en faire un jeu vraiment agréable de bout en bout.

Miitopia est un jeu qui ne ressemble à aucun autre. Déjanté, contemplatif, décomplexé, amusant, nous sommes face à une recette qui ne plaira sans doute pas à tout le monde, mais qui a le mérite d’apporter un vent de fraicheur sur le genre. Pouvant se jouer facilement, jouant sur l’affect des personnages que l’on a créé, Miitopia fera hurler les puristes et rire les enfants. Là où Tomodachi Life créait parfois le malaise par son matérialisme, Miitopia renoue avec la légèreté et les grands sentiments.

Sous ses allures de jeu d’aventure "allégé", Miitopia se révèle être un RPG hors normes plein de bonne humeur et de créativité. Si l’humour absurde et la répétitivité propre au genre ne vous rebute pas, Miitopia dispose de suffisamment de surprises et de contenu pour vous accrocher un bon bout de temps ! Ici, nous sommes conquis !

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.