RYoGAmeOver

gameover > Tests > Test : Luigi’s Mansion 3 (Switch)

Test : Luigi’s Mansion 3 (Switch)

, par RYoGA

Vous aimez chasser les fantômes un aspirateur à la main dans les couloirs sombres d’un hôtel enchanté ? Vous aimez vous faire peur ou rire de ceux qui comme Luigi s’effraient du moindre bruit ? Vous aimez enfin ressentir cette satisfaction qui survient alors que vous venez de résoudre des énigmes joliment agencées ? Luigi’s Mansion 3 est alors très certainement fait pour vous !

Test publié sur Puissance-Nintendo

Plus jamais seul

En entrant dans cet hôtel aux allures champêtres, Luigi est tombé dans un guet-apens : le bâtiment est un nid à fantômes et ses amis ont été enlevés. Prenant son courage et son aspirateur à deux mains, Luigi peut compter sur son chien ectoplasmique pour l’aider à progresser, mais également sur un allié de choix pour le guider au travers des différents étages : le Professeur K.Tastroff est de la partie et prodiguera à Luigi ses précieux conseils. De ceux qui sont liés à l’histoire et qui permettent à Luigi d’augmenter progressivement les capacités de son attirail à ceux qui nous aident ponctuellement à résoudre une énigme (et qui sont désactivables dans les menus), vous ne serez jamais abandonné.

Ses objectifs clarifiés, Luigi est lâché dans la nature et peut à loisir explorer les salles qui se dévoilent toujours plus nombreuses. La plupart du temps, Luigi arpente un étage spécifique de l’hôtel pour récupérer l’élément qui lui permet d’aller au suivant via l’ascenseur principal.

Sur son chemin, il doit déloger les différents fantômes, ramasser un maximum de pièges, billets ou autres lingots d’or qui traînent dans tout le mobilier, et débloquer les différents accès jusqu’à atteindre le boss de la zone. Même si l’hôtel est un seul et même lieu dans lequel on peut revenir à travers les étages comme on le souhaite histoire de chercher des choses que l’on aurait pas vu au premier passage, le jeu est décomposé en moments forts qui suivent généralement les différentes ambiances propres à chaque niveau.

Une réalisation Triple AAAAAAAAAHHHHH

Je vous laisse l’entière surprise de ces environnements. Or on imagine tout à fait les concepteurs du studio Next Level Games avoir arpenté différents hôtels quatre étoiles de Vancouver pour chercher leur inspiration tant les lieux sonnent juste. Chaque salle est différente, dispose de son propre mobilier et d’énigmes conçues en conséquence. Aux lieux communs, salles de loisir ou de repos viennent s’ajouter des environnements beaucoup plus hors-normes, que l’on imagine pas trouver un seul instant dans la réalité !

D’un point de vue technique et artistique, Luigi’s Mansion 3 est un merveilleux travail d’orfèvre sans aucune fausse note, et quand on repense à toutes les situations incongrues que l’on peut vivre dans ce donjon géant, on ne peut que tirer son chapeau à l’équipe de développement.

Je mettais également l’accent dans ma preview sur l’incroyable travail d’animation sur les personnages. En jeu, Luigi dispose de très nombreuses animations s’adaptant en permanence aux éléments qui l’entourent, que ce soit son regard, ses émotions, ou son attitude générale quand il se met par exemple à courir ou encore réagir à un obstacle impromptu. C’est encore un pas en avant en terme d’animation et d’interaction de personnage avec son environnement. Les cinématiques ne sont pas en reste puisqu’on atteint là également un niveau supérieur dans tout ce que l’on a pu voir chez Nintendo : nombreuses et toujours d’excellente qualité, elles rivalisent presque avec ce que l’on a l’habitude de voir au cinéma.

N’oublions pas l’incroyable capital sympathie et comique de notre bon vieux Luigi, téméraire et froussard, poussé malgré lui dans l’action. Ses adversaires sont facétieux, comploteurs, grotesques, dépassés par les événements ou au contraire machiavéliques, mais toujours follement drôles. Il suffit de voir leurs attitudes pendant les cinématiques ou encore alors qu’ils sont sur le point de se faire aspirer pour en être convaincu. Ajoutons à cela toutes les blagues ou références plus ou moins évidentes ajoutées par les développeurs qui s’en sont donné à cœur joie pour nous faire rire le plus souvent possible.

De nombreuses mécaniques de gameplay au service d’un level-design soigné

Aspirer (ou souffler) n’aura bientôt plus de secrets pour vous ! Si l’on commence gentiment en explorant l’hôtel avec sa lampe torche, très vite on récupère l’Ectoplast 3000 à même de nous permettre d’aspirer les fantômes. Pour cela, il faut au préalable les éblouir avec l’énergie concentrée de la lampe, puis les ferrer comme des poissons : le fantôme se débat et voit ses points de vie fondre comme neige au soleil. A vous de maintenant le stick droit dans la position inverse du déplacement du fantôme - et ce même s’il change de direction - pour faire monter une jauge qui une fois remplie vous permet d’envoyer valser l’ectoplasme violemment contre le sol. C’est d’ailleurs l’occasion de le projeter sur ses comparses pour faire des dommages collatéraux. Ils perdront d’ailleurs sûrement au passage leur objet de protection comme des boucliers ou des lunettes qu’en temps normal vous devez leur enlever par la ruse. Il existe différentes familles de fantômes, lesquels ont des comportements différents et nécessitent de les approcher d’une manière bien spécifique. Il arrive souvent que plusieurs fantômes aux attaques complémentaires s’y mettent à plusieurs pour tenter de vous piéger.

Que ce soit pendant les combats ou pendant l’exploration, il faut souvent jongler entre les différentes capacités que l’on apprend au fil de l’eau. Ainsi, le saut brutal de Luigi lui permet autant de se débarrasser d’ennemis un peu trop collants que d’ouvrir des passages que l’on avait tenté d’aspirer sans succès. La ventouse que l’on peut balancer un peu partout pour viser et atteindre des cibles vous aide à tracter toute sorte d’éléments comme vous défendre contre certains types d’ennemis. Le révéloscope fait apparaître des objets invisibles dont vous avez soupçonné la présence par un détail, comme c’est le seul moyen de vous débarrasser de certains monstres à la force surnaturelle.

Déjà remplis de petites énigmes très ingénieuses, le jeu gagne en puissance dès lors que Luigi se voit offert un acolyte de poche, le fameux Gooigi. Double de lui-même disposant de toutes ses capacités, l’entité verte certes craint l’eau, ce qui nous oblige à penser nos déplacements, mais s’avère capable de traverser grillages, tuyaux ou bouches d’égouts pour aller explorer plus en avant. L’exploration des mécanismes dissociés ou à actionner en plusieurs temps nous renvoie à ce que Nintendo sait faire de meilleur en terme de level-design. Les deux moustachus doivent parfois agir en même temps, ce qui même en mode solo reste possible : un Luigi s’immobilise en train d’aspirer une zone et il ne nous reste plus qu’à prendre le contrôle de l’autre pour venir aspirer à ses côtés. L’intérêt de Gooigi est aussi qu’il peut être incarné par un deuxième joueur en mode duo, un deuxième joueur qui cette fois-ci ne se sentira pas délaissé !

Je n’ai pas rencontré de difficulté particulière pour avancer dans le jeu, mais il faut bien avouer que les énigmes proposées par ce Luigi’s Mansion 3 sont de celles que nous raffolons. Totalement dans l’esprit des deux premiers épisodes, mais aussi de nombreux autres jeux du même type comme Captain Toad ou Pikmin, elles demandent le sens de l’observation et de comprendre la logique propre à la thématique du niveau, tout en ayant conscience de ses propres capacités, quitte à jongler entre les pouvoirs. Les habitués seront ravis de voir Nintendo au top de sa forme. Les nouveaux joueurs peuvent s’aider de quelques indices de K. Tastroff dans le menu de pause. L’ingénieur ne recule d’ailleurs devant rien pour aménager votre navigation et rendre plus confortable votre progression au fur et à mesure de l’aventure, évitant ainsi les écueils des joueurs amenés à faire de trop nombreux aller-retours.

Le jeu n’est pas difficile mais sait donner du répondant. Il m’est arrivé une seule fois dans l’aventure de tomber sur un os avec une énigme franchement plus complexe qui demande un certain enchaînement d’éléments. Je ne serai probablement pas le seul à rester bête sur celle-là, mais gageons que toutes les cellules grises de la communautés se mobiliseront pour se sortir de ce mauvais film. En dehors de cela, tout s’enchaîne parfaitement bien, et avec un plaisir non dissimulé. Il faut environ une quinzaine d’heures pour terminer le jeu, sans les à côtés (gemmes cachées qui demandent pour certaines un peu plus de réflexion, et le retour d’ennemis "boolversifiant"). Profitez-en bien car elles passent à toute vitesse !

Sauf erreur de ma part, pas de New Game Plus proposé à la fin de l’aventure : il faut reloader un point de sauvegarde précédent la fin du jeu pour pouvoir retourner explorer l’hôtel et compléter ses quêtes annexes. Pensez à récolter le plus d’argent possible, on ne sait jamais, ça pourrait servir !

Pour quelques lingots de plus

Les modes multijoueurs sont semble t-il devenus la norme même dans les jeux d’aventure à la base solo. Luigi’s Mansion 3 est un jeu incroyable, mais de nombreux joueurs continuent d’en demander toujours, ce qui a amené Nintendo à développer deux façons supplémentaires de jouer à plusieurs.

Tout d’abord une section multi en local. Les "jeux de l’étrange" sont trois arènes qui permettent de deux à huit joueurs de s’affronter aux points. "Tombes à la pelle" est une chasse aux fantômes dans un cimetière. "Grands canons" vous demande d’aspirer des boulets au sol pour les déposer dans des canons à actionner pour détruire des cibles mouvantes. "Bassin miné" est une piscine géante dans laquelle il faut ramasser des pièces tout en faisant attention à ne pas se faire toucher par des bombes. Les jeux sont honnêtes et égaieront quelques soirées. Le dicton "plus on est de fous plus on rit" est de circonstance.

Le mode multi en ligne est autrement plus intéressant puisqu’il propose d’explorer un dédale de salles jusqu’à quatre joueurs en coopération. Chaque mission en temps limité a un objectif différent, qui va du nettoyage de fantômes, au ramassage de pièces à la libération de Toad. Chaque joueur peut explorer librement et communiquer avec les autres joueurs par de petites phrases pré-enregistrées pour demander de l’aide ou de se rassembler. Un mode sympathique dont il faudra profiter les premiers mois avant que les joueurs ne deviennent trop rares sur les serveurs.

Du grand Nintendo ! Artistiquement et techniquement irréprochable, Luigi’s Mansion 3 est un bijou soigné dans tous ses détails. De son exploration palpitante à ses énigmes variées et recherchées, on ne s’ennuie jamais, seul ou à deux. Des modes multi local et en ligne ont été ajoutés pour prolonger un peu l’expérience, mais moi je n’ai qu’une envie, c’est de "boocler" le jeu à 100% puis le refaire, parce que c’est tout ce qu’il reste à faire... un nouvel épisode n’étant pas prêt d’arriver !

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.