RYoGAmeOver

gameover > Tests > Test : The Legend of Zelda : Tri Force Heroes

Test : The Legend of Zelda : Tri Force Heroes

mercredi 21 octobre 2015, par RYoGA

Certains d’entre vous ont pu s’essayer à la démo et se faire un premier avis sur le mode de jeu en ligne. Heureusement nous sommes là pour approfondir : nous avons longuement pratiqué le multijoueur en ligne et en local et nous avons terminé toutes les quêtes proposées. De quoi vous donner un avis complet sur ce jeu qui revient de loin !

Test publié sur Puissance-Nintendo

Nous ne reviendrons pas sur l’histoire, largement détaillée lors de notre preview. Le nouveau monde d’Estoffe oscille entre le charmant et le grotesque. Le caractère outrancier de certains personnages nous renvoie aux tempéraments les plus colorés qu’il nous ait été donné de voir dans la série. Et pourtant, Majora’s Mask avait déjà ouvert la voie avec des personnages décalés comme Tingle, Wind Waker avec Terry, et Skyward Sword en avait carrément fait une marque de fabrique. Ils ne sont rien à côté de Madame la couturière ou même le Roi d’Estoffe, personnages piliers d’un royaume de grandes folles accros à la mode. L’ambiance rococo tend à désarçonner de prime abord, pour finalement devenir chaleureuse et familière.

Les musiques à résonances italiennes de la petite ville du château d’Estoffe finissent de nous bercer. Elles nous donnent envie de rester éternellement dans les rues de cette bourgade minuscule, remplies de chats nonchalants, à couper des buissons à longueur de journée. Ces derniers repoussant dès que l’on rentre dans un bâtiment, l’opération se répète à l’infini avec une réelle délectation.

En dehors du château, il n’y a pourtant que quatre pauvres bâtisses, pour à peine une douzaine de pèlerins. Ils s’inquiètent de la malédiction qui s’est emparée de la princesse et craignent qu’elle ne les envoûte à leur tour. Les enfants continuent de jouer comme si de rien n’était et l’insistance d’une petite fille à poursuivre des oiseaux bleus étonne d’autant plus qu’on n’en voit aucun alentour. Un pantin abandonné au pied d’un arbre semble bien mystérieux et notre avatar se surprend même à un élan de tendresse en le nettoyant un peu. Un peu plus loin une stèle en langage codé attire notre attention et promet une résolution ultérieure. La princesse elle-même, contrite dans son justaucorps maléfique, se cache dans l’ombre pour voir où vous en êtes dans votre quête. Un petit village certes, mais débordant d’attentions et d’amour au centimètre carré.

Solitude dans le 9-3

Ce qui n’est pas forcément le cas du reste de l’aventure qui vous attend. Engagé par le général Gomina pour vous rendre dans les contrées maléfiques à la poursuite de la Sorcière responsable de tous les maux du royaume, vous accédez aux différentes salles du château. Là, un portier un peu perché vous ouvre l’accès aux différents modes de jeu, qu’ils soient en solo, en multi local ou en ligne.

Le mode solo vous met dans la peau de votre avatar et de deux pantins à alterner selon les besoins de la progression via l’écran tactile. Même si les quatre tableaux de chaque mission sont courts et les énigmes à base d’objets spéciaux intéressantes, on ne peut que ressentir de l’ennui à arpenter le jeu de cette manière, pantin après pantin. Il faut donc beaucoup de courage pour enchaîner les premières missions.

On est même amené à retourner dans ces niveaux afin de collecter les trésors enfermés à la fin dans les coffres. Ces matériaux précieux sont à remettre à Madame la couturière pour qu’elle confectionne des costumes spéciaux. Certains de ces costumes renforcent le pouvoir d’un objet, d’autres votre condition. En tous cas, tous vous donneront une apparence amusante !

Mon royaume pour un ourlet !

La quête de ces trésors et des costumes vient pendant un temps nous détourner de notre fastidieuse quête principale. On fait des listes des matériaux nécessaires. Par exemple, pour confectionner une seyante tenue "guépard" qui vous permet de marcher plus vite, on doit chercher des "poils divins" à récupérer dans la zone des volcans, un "sparadrap démon" dans celle du glacier, ou encore un "papyrus effrité" dans la forteresse. Problème, ou challenge : ces matériaux sont distribués aléatoirement dans un des trois coffres de fin de mission. Leur présence se trouvant également selon votre réussite dans les niveaux (avez-vous perdu une vie ou deux ?), il se peut tout à fait que vous repartiez bredouille ! Il faudra ainsi refaire la mission jusqu’à tomber sur l’item convoité. Vous pouvez aussi compter sur les défis apparaissant après avoir bouclé un monde : sous couvert de réussite, certains augmentent la fréquence d’apparition des objets.

Il vous est également possible d’acheter certains de ces matériaux en ville à un marchand sur son stand extérieur. Les stocks y sont renouvelés chaque jour. La tente à côté de ce marchand est mystérieusement inaccessible, dans l’ombre. Besoin de lumière ? Quant à la bâtisse en forme de coffre du Magotidien, elle vous permet chaque jour d’ouvrir un coffre contenant un des trésors les plus rares. En dehors de cela, dommage qu’il ne soit pas possible de faire du troc de ses objets !

Même s’ils aident dans l’action et sont donc plutôt pratique à l’usage, la grosse majorité des costumes sont facultatifs. Certains vous aideront à réaliser plus facilement les défis spéciaux dont les objectifs sont parfois délicats. L’obtention de tous les costumes s’adresse donc aux adeptes du 100% J’ai personnellement jeté mon dévolu sur la "tenue martingale" qui augmente la fréquence et la valeur des rubis que l’on trouve dans les buissons. Trouver des rubis de 50 unités devient banal. Avec cette tenue, il est plus facile d’acheter tous les matériaux du stand !

Plus on est de fous plus on kokiri !

On se tourne à un moment où un autre vers la salle multijoueurs. Le mode local permet de jouer avec deux amis à côté de vous. Si ces derniers ne possèdent pas le jeu, un mode téléchargement permet de transférer des données : vos amis n’auront accès qu’à un contenu limité mais le joueur hôte qui aura progressé dans l’aventure pourra proposer des missions inédites pour les autres.

Le multijoueurs peut être aussi en ligne. Après avoir trouvé deux compagnons d’aventure (ce qui peut prendre un petit moment, voire finir sur un abandon si un troisième larron ne s’est pas pointé ; et on ne parle pas de lags ou déconnexion), chacun choisit sa mission.

Voilà le mode qui dévoile l’ambition de Nintendo pour ce jeu : arriver à faire jouer trois personnes en même temps à un Zelda dans sa forme donjon. Et force est de constater que cela marche plutôt bien, les énigmes étant vraiment pensées pour être réalisées en collaboration. Si certaines d’entre elles sont délicates en solo (et on peut heureusement les zapper en cas de grande difficulté), elle s’avèrent taillées pour le travail d’équipe. Il faut réfléchir et s’y prendre à plusieurs fois. Il est évidemment plus facile d’échanger des informations en présence de ses amis sur le canapé. En ligne, nous ne disposons que d’émoticônes réductrices. Comment arriver à faire comprendre à un joueur un peu perdu qu’il n’est pas sur la bonne route ? C’est difficile quand il ne s’agit pas juste de "porter" ou "lancer" son coéquipier.

Le mode en ligne étant ce qu’il est, on lui préférera le mode multi en local, à l’ancienne.

Une sensation de plaisir progressive

En jouant à Tri Force Heroes, on passe un peu par différents états. L’univers peut plaire ou déplaire. Le solo peut être ennuyant ou captivant. Le multijoueur parfois inaccessible ! Mais le jeu s’avère suffisamment généreux pour que chacun y trouve son propre plaisir. La quête d’un costume particulier. L’observation de ce petit monde de maisons de poupées qui s’anime à son rythme. Une partie à trois sur le canapé à ne pas comprendre comment résoudre l’énigme de la mission. La frénésie d’un défi un peu tordu. On y passe finalement des heures.

L’utilisation des différents objets amène des niveaux vraiment bien trouvés. Les énigmes ne se répètent jamais. La progression est de ce point de vue exemplaire. On prend un plaisir fou à lancer des boules de feu sur des ennemis de glace, observer les obstacles et gérer les timings des mécanismes, apprendre les patterns et les faiblesses des ennemis, qu’ils soient connus ou tout nouveau. Certaines missions proposant des univers que l’on attendait pas de retrouver ici ou certaines idées évidentes au regard de la série mais pourtant inédites. Il se développe ainsi au fur et à mesure de la progression un sentiment de gratitude : les derniers niveaux sont beaucoup plus fun que les premiers et globalement Nintendo a parfaitement pensé et renouvelé ses idées.

Il suffit d’un bon final et de champs ouverts pour terminer l’histoire sur une bonne note.

Avec son univers à apprivoiser, son mode solo étrangement façonné multijoueurs et son multi à dompter, Tri Force Heroes revient de loin. Mais le jeu s’avère de loin l’un des concepts les plus aboutis et intéressants que l’on ait pu voir depuis longtemps. Assurément l’un des meilleurs jeux de la 3DS, et le jeu de l’année sur la machine, derrière Majora’s Mask !