RYoGAmeOver

gameover > Tests > Test : Pokémon Noir et Blanc 2

Test : Pokémon Noir et Blanc 2

mercredi 28 novembre 2012, par RYoGA

Quand Nintendo a annoncé le développement de Noir & Blanc, beaucoup attendaient de voir le jeu sortir sur 3DS. Il n’en a rien été et la DS, multi-vendue, fut choisie pour accueillir le nouvel opus. L’annonce d’une suite, de nouveau sur DS -alors que la 3DS était sortie - pouvait laisser d’autant plus circonspect. Alors, exploitation à outrance d’un moteur dépassé ou véritable démarche vidéoludique ?

Test publié sur Puissance-Nintendo

Précédemment dans Pokémon Noir & Blanc…

Ceux qui auront pratiqué Noir & Blanc l’année dernière auront pu constater une volonté d’étoffer le déroulement scénaristique d’une série qui avait tendance à en faire le strict minimum. Votre héros, toujours en quête de la ligue Pokémon, allait de ville en ville récupérer des badges de maître, capturant créature après créature afin de constituer son équipe parfaite. De nombreux personnages secondaires l’aidaient dans sa tâche, comme Bianca la tête en l’air ou le bien trop sérieux Tcheren.


Leur trio se retrouvait confronté à la Team Plasma, dont le but était de capturer tous les Pokémon pour soit-disant les libérer du joug de leurs maîtres. A cela venait s’ajouter "N", un bien énigmatique personnage désigné comme l’être élu pour parler aux Pokémon et les mener à leur destin. Malgré un final surprise qui bousculait toutes les idées reçues, la conclusion de l’histoire de Noir & Blanc nous laissait quand même un peu sur notre faim.

Quoi de Noeuf-Noeuf depuis Noir & Blanc ?

L’annonce d’un Noir & Blanc 2 se déroulant deux années après les événements du premier épisode avait de quoi intriguer. S’il paraissait évident que nous ne réincarnerions pas le même dresseur, qu’allait-il advenir de tous nos compagnons ? S’il est tout à fait possible de commencer cette aventure sans rien en connaître de la précédente, c’est évidemment un grand plaisir de découvrir comment tout ce petit monde a évolué. Certains dresseurs sont devenus maîtres, certains maîtres ont changé de plan de carrière ! Les villes et leurs architectures ont aussi évolué, confirmant les aspirations des habitants d’antan, ou se métamorphosant selon les caprices de la nature. Une chose est sûre, retrouver le même univers apporte beaucoup à la saga en lui offrant une sensation de vie fort réjouissante.


Votre nouveau parcours dans la ville d’Unys sera ainsi totalement différent. Si vous retrouvez les villes et chemins déjà traversés, ces derniers ont subi beaucoup de modifications, quand certains accès ne sont pas tout simplement fermés. On ne va plus vraiment de ville en ville comme jadis, mais plutôt d’un point à un autre selon les aléas du scénario. Cette redistribution des cartes s’avère particulièrement passionnante, que ce soit pour les anciens comme pour les nouveaux joueurs. Jusqu’au bout, vous voudrez savoir ce qui se cache dans cette zone capitale de la précédente aventure dont on vous bloque l’entrée !

Mâtez mon Matis !

Mais pour l’heure, vous voilà dans un nouveau petit village, situé au sud-ouest d’Unys. Après avoir récupéré votre Pokémon starter, vous faites la connaissance de votre "rival", le survolté Matis. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas la langue dans sa poche ! Il est particulièrement remonté contre la Team Plasma qui vola il y a plusieurs années le Chacripan de sa petite sœur. À l’époque il n’était pas dresseur et n’avait pas pu les protéger.


Mais maintenant qu’il a un Pokémon, Matis compte bien en découdre avec la Team Plasma ! Pour tout avouer, Matis va quelque peu vous voler la vedette. En effet, votre personnage n’a lui pas de but particulier hormis progresser vers la ligue. À quand un héros ayant un background un peu plus recherché ? Quoi qu’il en soit, vous retrouverez progressivement tous les acteurs du premier épisode, mais aussi de nouveaux, comme l’étrange chercheur Nikolaï, dont les intentions semblent assez floues. Ami ou ennemi ?

Des combats en veux-tu en voilà !

S’il reprend le moteur graphique de Pokémon Noir & Blanc, cette suite en reprend aussi le système de combat. Le premier épisode avait timidement intégré des combats en trio, selon deux règles distinctes : les combats rotatifs et les trois contre trois en face-à-face. Dans Pokémon Noir & Blanc 2 vous en trouverez bien plus souvent. Il en est de même pour les combats duo, qui sont légions, et qui, pour la première fois, interviennent lors de rencontres avec des Pokémon sauvages. Pour les provoquer, il suffit de marcher dans les herbes sombres ayant une hauteur plus élevée. Les herbes bruissantes sont toujours de la partie et cachent un Pokémon qui vous rapportera des points d’expérience supplémentaires.


De temps en temps, un allié se joint à vous le temps d’un combat duo. Vous partagez alors vos équipes pour affronter vos adversaires eux-aussi en binômes. À noter qu’il n’est pas possible de choisir les Pokémon de son allié. Peut-être une prochaine fois ? Avantage ou inconvénient, cet allié restaurera la santé de votre équipe à la fin de chaque tour. Ces petits moments où l’on change de partenaire rythment régulièrement l’aventure et permettent de varier grandement le gameplay.

D’autre part, des combats contre des personnages non joueurs peuvent maintenant intervenir dans des endroits habituellement dénués de toute violence comme les villes ou les habitations. Les dresseurs sont vraiment partout ! Cela rend l’univers du jeu beaucoup plus cohérent et dynamique.

Du beurre dans les Canarticho

Une des nouveautés les plus amusantes de cet opus est le système de médailles. Un peu comme des "succès" vus dans d’autres sphères, les médailles viendront récompenser les joueurs qui auront atteint un objectif clé dans l’aventure, comme capturer un certain nombre de Pokémon ou effectué vos premiers pas à vélo, mais aussi des actions totalement subsidiaires. Ne vous étonnez pas d’être récompensé pour avoir fouillé toutes les poubelles du jeu ou obtenu une boisson fraîche gratuite tombée du distributeur !


Autre réajustement bienvenu, votre pokédex est amélioré pour vous permettre de savoir si, pour chaque zone, vous avez rencontré tous les Pokémon dans leurs milieux naturels. C’est assez pratique et encouragera les plus obstinés à explorer tous les environnements !

Dans mon Poképark

Si l’on retrouve dans cet épisode tout le contenu offline et online du précédent, de nouvelles institutions viennent faire leur apparition, comme le Pokéwood, la galerie Concorde, les trouées cachées ou le Pokémon World Tournament.

Le Pokéwood est un studio de cinéma dans lequel vos combats sont enregistrés et soumis à des scénarios à choix multiples. Vous vous amuserez sur de nombreuses histoires aux décors en carton-pâte, aux costumes rococos et aux ambiances délirantes. Quels en seront les dénouements ? Le Pokéwood est une attraction facultative et libre à vous de vous y investir, et ce à quelque moment de l’aventure que ce soit.


C’est un peu la même chose avec la galerie Concorde, dont la découverte est obligatoire pour progresser mais où vous pourrez revenir plus tard. Il s’agit d’établir des stands où des vendeurs pourront venir proposer leurs services et mettre leurs marchandises à disposition. Le recrutement des vendeurs se fait en fonction de vos rencontres wi-fi. Vous pourrez en effet demander à ce joueur japonais avec qui vous aviez échangé un Pokémon de venir gérer un étalage ou de venir visiter l’un d’entre eux. Le joueur en question ne sera pas présent en ligne dans votre partie, seul son profil sera utilisé. N’hésitez donc pas à revenir dans la galerie de temps en temps pour croiser les avatars des joueurs avec qui vous avez interagi au préalable. Plus il y aura de monde plus les stands seront fournis en objets rares.

Les trouées cachées sont un peu l’équivalent des planques que l’on avait découvertes dans Pokémon Saphir & Rubis : des espaces dans les arbres dans lesquels vous pouvez monter. À l’intérieur se cache un Pokémon ou un objet. A vous de les dégotter en repérant les arbres qui font un bruit distinctif.


Enfin, le Pokémon World Tournament est un grand tournoi un peu dans l’esprit du championnat d’arts martiaux dans la série et le manga Dragon Ball. On se demande même pourquoi aucun épisode de la série Pokémon n’en avait proposé avant tant il se révèle amusant. En effet, de nombreuses têtes connues de Noir & Blanc viennent vous affronter. Après une première victoire, vous pourrez continuer l’aventure mais tout aussi bien refaire le tournoi, qui proposera alors des adversaires très connus de toute la série ! On y retrouvera entre autres Pierre, Ondine, Giovanni, Peter ou encore Red, le tout premier personnage que vous incarniez dans Rouge et Bleu/Vert ! Un bon moment de nostalgie.

Une sacrée montée en puissance

Au fur et à mesure que l’on progresse dans l’aventure, la quête de la ligue Pokémon est mise de côté : cette fois la Team Plasma ne compte pas faire que de la figuration ! Le joueur habitué de Pokémon sera quelque peu déstabilisé et devra composer avec ces événements. Ce sera aussi l’occasion de découvrir de toutes nouvelles zones de la région d’Unys, qui viennent harmonieusement s’entremêler avec le territoire déjà connu. Le mystère autour des Pokémon légendaires Reshiram et Zekrom s’éclaircit et il va vous falloir assurer pour contre-carrer les plans de la Team Plasma… et ceux d’autres menaces !...


Nous n’avons pas encore parlé des Pokémon disponibles dans cette mouture : il s’agit d’une partie de ceux de la cinquième génération, mais aussi un peu de ceux de toutes les générations précédentes. Comme d’habitude, finir le jeu débloque le Pokédex international et à ce moment-là de très nombreux autres créatures sont à rencontrer le long des routes à présent débloquées.

Quand il n’y en a plus il y en a encore !

Une des particularités de Pokémon est de toujours continuer à proposer quelque chose, même une fois la ligue vaincue. De nombreuses zones débloquées, de nouveaux Pokémon, de nombreux légendaires, il y a de quoi faire ! Cela vous occupera encore des dizaines et des dizaines d’heures de jeu. La durée de vie légendaire de Pokémon ne fait pas ici défaut !

Mais ce n’est pas tout ! A la fin de votre partie, le Chrono Lien est débloqué. Il permet, via le wi-fi, d’importer des données de votre précédente aventure sur Noir ou Blanc pour les intégrer à de nouvelles petites portions de scénario. Vous pourrez ainsi chercher dans Unys des personnages qui ont une histoire à vous raconter : celle du dresseur que vous étiez, ou leur propre histoire. Un raccord tout à fait bienvenu !


Terminer le jeu une première fois permet aussi de débloquer une fonction que l’on osait plus demander, à savoir des modes de difficulté supplémentaires. Un mode "assisté" (mais à quoi bon quand on a fini le jeu en normal ?) et un mode "challenge" qui augmente le niveau des adversaires toujours disponibles (et ils sont nombreux !).

Reprenant la base déjà très riche de Pokémon Noir & Blanc, cette suite scénaristique amène un challenge encore plus dynamique et rythmé. L’évolution de l’univers d’Unys sur deux ans permet d’apporter de la consistance à une série qui était habituellement un peu chiche de ce côté-là. Nintendo exploite au maximum son moteur graphique avec ce dernier épisode sur DS qui marque vraisemblablement la fin de la série en 2D. Rendez-vous en 3D sur 3DS !