RYoGAmeOver

gameover > Tests > Test : Okami HD (Switch)

Test : Okami HD (Switch)

, par RYoGA

Sorti il y a maintenant douze ans sur PlayStation 2 et dix ans sur Wii, Okami est considéré comme un jeu culte. Le titre nous revient sur console Nintendo via un portage que l’on pourrait qualifier d’ultime puisqu’il s’agit de la version HD qui combine les fonctionnalités gyroscopiques et tactiles. Le jeu tient-il toujours la route et vaut-il d’être (re)découvert sur Switch ? C’est ce qu’un joueur n’ayant jadis jamais réussi à passer l’intro du jeu et l’ayant aujourd’hui terminé va tâcher de vous raconter.

Test publié sur Puissance-Nintendo.com

L’univers de Okami nous entraîne dans le folklore médiéval des contes et légendes japonaises. Un monde régit par des divinités bienveillantes, des monstres assoiffés de sang et des hommes à leur merci, entre prière et désespoir. Tous les cent ans la maléfique créature Orochi, dragon à sept têtes, réclame au petit village paysan de Kamini son sacrifice humain sous la forme d’une belle jeune femme. A l’aube de la nouvelle lune annonçant le rituel, Amaterasu, la déesse du soleil et de la lumière, renait pour venir affronter les forces obscures. Elle prend la forme d’un loup, que nous allons incarner.

La Belle et le Pinceau

Utilisant la technique alors jeune du Cel-Shading (Jet Set Radio, The Legend of Zelda : the Wind Waker), Okami crée un univers visuel détonnant inspiré des estampes japonaises. On en retrouve d’ailleurs de nombreuses représentations raffinées lors d’images fixes pour nous raconter les légendes ou nous présenter certains ennemis directement inspirés du bestiaire des Yokai, ces monstres japonais. Le style très particulier peut diviser, d’autant que le début de l’aventure est plongé dans l’obscurité suite à la malédiction d’Orochi. Mais le but d’Amaterasu étant de vaincre le mal et d’illuminer les consciences, les environnements sont amenés à reprendre vie à son passage. En témoigne l’effervescence et le renouveau de la nature qui accompagne ses pas à chaque réussite de ses objectifs.

Les mouvements de notre loup sont particulièrement fluides et élégants et c’est un véritable plaisir de le manipuler. Si Amaterasu se réincarne sans bénéficier de l’intégralité de ses pouvoirs, elle les regagne tout au long de l’aventure, offrant un enrichissement permanent du gameplay lié aux techniques du pinceau. Car en plus de nous baigner dans un visuel enchanteur, Okami nous permet carrément de dessiner sur notre environnement pour intéragir avec lui.

A notre demande, l’écran se fige et un pinceau apparait. Vous pouvez dessiner tout ce qui vous semble mais cela ne servira pas à grand chose. Offerts par d’autres divinités animales que l’on rencontre au fur et à mesure de l’aventure, différents motifs permettent d’agir sur les éléments. Du trait qui coupe ou tranche au cercle qui fait refleurir les arbres morts, crée des nénuphars dans l’eau pour progresser ou érige un soleil flamboyant dans le ciel, la technique et ses conséquences ravit toujours. Plus tard c’est le symbole d’une bombe que l’on apprend pour nous ouvrir des passages jusqu’alors interdits. Les interactions se font de plus en plus malines tout au long de l’aventure et nous obligent à bien gérer notre jauge d’encre, à recharger avec les items correspondant.

God of War, les Dieux aiment la bagarre

Amaterasu croise souvent des Yokai qui veulent lui barrer la route. Si la plupart peuvent être évités en prenant le chemin un peu plus large, certains combats sont obligatoires. La déesse-loup se voit alors enfermée dans une arène de combat dont elle ne peut sortir qu’après avoir vaincu ses adversaires. La formule de combat sera d’ailleurs globalement reprise dans Bayonetta (du même créateur) puisque si la sorcière ralentit le temps pour placer ses combos, la déesse fige elle le temps pour utiliser ses techniques de pinceau et trouver des failles à l’ennemi.

Attendre le bon moment pour trancher, faire exploser ou refleurir tout ou partie de l’ennemi, éteindre la flamme avec du vent, utiliser un brasero pour brûler l’ennemi... Chaque nouvelle technique apprise permet d’être mieux armé et même de détruire les monstres déjà rencontrés plus rapidement. A la clé, des symboles de puissance pour augmenter la vitalité ou le réservoir d’encre, ou encore de l’argent à dépenser dans les magasins pour acheter des armes ou autres artéfacts.

L’influence principale d’Okami reste avant tout The Legend of Zelda puisqu’il s’agit d’une aventure au long cours qui vous fait traverser de nombreuses contrées, rencontrer toute une pléiade de personnages souvent mignons et décalés avec leurs problèmes à résoudre. Quelques donjons et boss gigantesques viennent ponctuer chaque arc narratif, car là où Okami se différencie principalement d’un Zelda c’est dans son style, son rythme et sa narration.

Issun le saoulant

Amaterasu est rapidement affublée d’un petit esprit malin sous la forme d’une puce particulièrement volubile. Issun, un artiste errant peintre d’estampes japonaises, sera à la fois le narrateur de l’histoire, son porte-parole et un véritable didacticiel ambulant. Entre le loup muet qui se sait qu’aboyer et observer le monde d’un air candide et le petit excité de service, ce duo tonitruant s’avère particulièrement attachant, à condition de s’accrocher un peu.

Il faut en effet considérer que tous les dialogues des cinématiques du jeu menés par Issun sont un charabia en langage "yaourt" un peu comme celui rencontré dans les jeux Animal Crossing, en ici beaucoup plus agaçant. C’est pour cette raison que votre serviteur avait rapidement abandonné l’aventure qui commence par une interminable introduction pour nous raconter la légende d’Orochi mais également nous apprendre les bases du jeu. Issun ne cessera d’être notre porte-parole dans de très nombreuses cinématiques qui interviennent constamment tout au long de la progression du jeu. La répartition exploration/action et narration est quasiment de l’ordre du 50/50, ce qui selon les moments peut s’avérer autant merveilleux que rébarbatif. La qualité de l’écriture et des dialogues, l’humour des situations nous garde heureusement en haleine. Okami mise donc énormément sur la mise en scène pour nous entraîner dans son univers riche en couleurs.

Une aventure riche et magique...

Embarquer dans Okami est une aventure pleine de surprises car on ne sait jamais vraiment sur quoi on va tomber. Exploration, combats, quête de pouvoirs et d’artéfacts... chaque zone de jeu est à débloquer progressivement en chassant l’obscurité pour pouvoir avancer un peu plus loin. Des animaux repeuplent la zone et peuvent être nourris, juste pour la beauté du geste (et quelques symboles de puissance). Les habitants terrifiés reprennent des couleurs et y vont de leur petite quête secondaire, que ce soit pêcher des poissons, éliminer des monstres sur un avis de recherche, ou trouver les nombreux items cachés dans les décors. Certains ne pourront être trouvés lors de votre premier passage car ils nécessitent d’avoir la technique de pinceau adéquate pour y accéder. Okami peut être ainsi traversé d’une traite sans se soucier de tout récupérer et laissera de quoi faire aux adeptes de complétion ultime.

Certaines phases de jeu sortent de l’ordinaire et vous amènent à survivre à des situations incongrues. Certaines s’apparentent presque à des mini-jeux comme cette descente dans des rapides ou encore ce chemin à creuser pour accompagner un vieillard au fond d’une caverne. Dans un bateau hanté que l’on rejoint après moult péripéties, nous servons de monture à une demoiselle qui peut tirer des projectiles sur les ennemis. Utilisant un maillet magique, nous voilà miniaturisé et jeté dans le gazon où des pieds géants manquent de nous écraser.

S’inspirant de quelques uns des légendes les plus connues du folklore japonais, Okami nous entraîne dans un pot-pourri de situations, certaines grotesques, d’autres épiques, menées par des personnages de toute sorte. De Susano, le héros légendaire raté, au mystérieux et désagréable prophète Ushiwaka, en passant par la charpentée Tsuzurao que Issun appelle "gros nénés", les héros de cette aventure ne vous laisseront pas indifférents. Et pourraient même rester un peu plus longtemps avec vous une fois le jeu terminé.

... mais souvent inégale

Le revers de la médaille, c’est que ces situations trop variées s’enchaînent parfois sans raisons et que l’on n’a pas particulièrement le temps de les savourer à leur juste valeur. Le jeu n’est pas particulièrement difficile mais il est possible de se retrouver bloqué dans une zone en ayant oublié ce qu’il faut faire par manque d’information, parce qu’on n’a pas forcément compris l’effet d’un pouvoir, faute de nous l’avoir dit. Un journal de bord vient certes nous rappeler les grandes lignes du scénario et il faut parfois fouiller dans les parchemins pour avoir le détail des pouvoirs du pinceau. On revient à cette question de rythme imposé par les cinématiques qui tuent régulièrement l’exploration pure et dure, celle qui nous donne envie de découvrir les choses par nous même. Tant que les événements sont suffisamment intéressants d’un point de vue idées, on continue d’avancer, mais dès que cela devient un peu plus faible, la motivation retombe d’un cran.

C’est notamment le cas dans les donjons qui proposent des environnements beaucoup moins engageants visuellement, en plus de cheminements très simplistes. La plupart du temps il suffit de suivre le fil de l’eau, de monter un étage, de dessiner une technique par-ci, une autre par-là, sans avoir la satisfaction d’avoir accompli quoi que ce soit de véritablement important. N’allez pas comparer avec les donjons d’un Zelda, vous tomberiez de haut. Les soucis de caméra sont plus fréquents qu’à l’air libre et rendent un peu plus pénible l’exploration de ces endroits étroits. Globalement, l’aventure démarre difficilement, puis s’enrichit progressivement et procure pas mal de plaisir avant de s’enfermer dans de longues heures plus complexes et beaucoup moins inspirées. Il faut une trentaine d’heures pour boucler une aventure bien remplie, alternant morceaux de bravoure et passages beaucoup plus convenus. L’accomplissement de nombreuses sous-quête a de quoi la rallonger ostensiblement.

Un Pinceau guidé par les cieux

Cette version Switch peut se jouer de trois façons différentes pour ce qui est de la réalisation des dessins. Avec une manette de façon classique, il suffit de presser le bouton R pour figer l’écran et manipuler le pinceau avec le stick. Sur l’écran tactile de la Switch, vous pouvez également utiliser votre doigt pour tracer les motifs. cela implique évidemment un geste supplémentaire, ce qui peut s’avérer plus contraignant. Enfin, la fonctionnalité gyroscopique des Joy-Con correspond peu ou prou à ce que les Wiimote proposaient dans la version Wii d’Okami. Toutes les configurations fonctionnent bien, vous avez le choix.

Offrant clairement une alternative aux Zelda, Okami excelle sur de nombreux points artistiques faisant parfois défaut ailleurs : beauté des images, de l’animation, de la bande sonore, qualité du partage de culture, de l’écriture, de l’ambiance. Les techniques du pinceau sont une grande trouvaille qui viennent nourrir un gameplay énergique. Le level-design est globalement faible, surtout dans les donjons, et la progression étouffée par la narration, mais le souffle est là. Okami est culte pour la générosité dont il fait part et reste aujourd’hui encore une grande aventure qui tient la route.

1 commentaire

  • #
    16 septembre  01:25

    Pas eu le cœur, ni les sous, ni la place mémoire d’y revenir sur Switch, mais j’y ai du coup goûté à nouveau sur la version PS3 (pour ainsi dire identique).

    Toujours une merveille visuelle et sonore, mais toujours cette gentille lassitude qui s’installe très vite entre deux passages du jeu. Mais ça reste un truc à vivre je trouve

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.