RYoGAmeOver

gameover > Tests > Test : Ninja Gaiden 3 Razor’s Edge

Test : Ninja Gaiden 3 Razor’s Edge

mercredi 9 janvier 2013, par RYoGA

Dans le genre "nouveau portage de jeu HD déjà sorti il y a quelques mois sur les consoles concurrentes", je veux le bon beat’em all Ninja Gaiden 3 et son héros Ryu Hayabusa ! Est-ce une bonne pioche ? Le test vous dit tout !

Test publié sur Puissance-Nintendo

Ninja Gaiden : L’essence du beat’em all

En bon beat’em all, Ninja Gaiden 3 va vous faire rencontrer une multitude d’ennemis à occire. Si dans un premier temps on rencontre surtout des ninjas, l’évolution que prend le jeu va progressivement vous faire affronter des créatures de différentes natures. Comme dans chaque niveau vous ne croisez que peu de types d’ennemis différents, autant dire que la lassitude risque de rapidement vous guetter.

A part quelques rares objets bonus cachés, on ne fait qu’avancer, avec impossibilité de revenir en arrière une fois certains checkpoints passés. Pour pallier cet "effet couloir", les parcours offrent des situations variées. On troque par exemple quelques instants son katana et ses shurikens pour faire du tir à l’arc sur des cibles mouvantes, on emprunte des véhicules comme poste de tir et on évite des situations dangereuses à grand renfort de QTE.

Un gameplay bien rodé

Ninja Gaiden 3 se joue au gamepad. Le stick gauche vous permet de déplacer le ninja, le stick droit la caméra. X ou Y permettent d’attaquer, B de sauter et A de lancer des shurikens. Quant aux gâchettes, si ZR et ZL permettent de parer, R recentre la caméra et L permet de faire une esquive par glissade. Vous utiliserez beaucoup cette dernière.

En plus de rebonds le longs des murs étroits, le Ninja grimpe les façades en y accrochant ses armes. Les gâchettes L et R servent alors à planter successivement ses petits poings armés dans le crépis. La caméra se place sous le ninja et nous donne à voir au-dessus de lui. Il faudra justement éviter des attaques ou projectiles qui viennent de là-haut. Ces séquences, pas particulièrement fun, reviennent souvent tout au long du jeu. Ryu Hayabusa semble particulièrement apprécier la varappe. Étonnant quand on sait qu’il est tout à fait capable de faire des sauts gigantesques. Les cinématiques le prouvent.

En actionnant X et A en même temps, le ninja lance un sort dévastateur (à choisir parmi plusieurs éléments) qui au passage restaure votre barre de vie. Il est du coup à utiliser au moment opportun car non, les ennemis ne vous permettent pas de récupérer de la vie une fois tués ! Les salves d’ennemis sont nombreuses et vous obligent à combattre longtemps sans pouvoir vous régénérer. Ce n’est qu’une fois la zone nettoyée que vous verrez votre barre de vie restaurée. De temps en temps un faucon apparaît : il est temps de sauvegarder ou d’obtenir un pouvoir spécial.

Sur le gamepad une pression sur l’icône "sens ninja" permet de savoir dans quelle direction se joue la suite de l’aventure. Cela se révèle très pratique tant les décors chargés sont parfois peu lisibles.

Chaque ennemi tué rapporte des points d’expérience dits de "karma" qui seront dépensés dans un tableau de compétences à débloquer au fur et à mesure. Sur le gamepad sont affichés les combos que vous pouvez réaliser. Les figures réalisées par le ninja, attaques, contre-attaques, sont nombreuses et spectaculaires au corps à corps, en plus d’être particulièrement violentes. Le sang gicle à flots. Les cris et les insultes grossières fusent. Les ennemis se font démembrer, mais c’est bien connu : l’art du ninja est de dépasser toute souffrance physique. Même avec un bras en moins ils continueront à vous attaquer, comme si de rien n’était ! Certains sont de vrais kamikazes et n’hésitent pas à servir de bombe humaine. D’autres vous surprendront en réalisant quelques combos dont vous ne les auriez pas cru capables.

Plusieurs niveaux de difficulté

Dès le début du jeu, vous pouvez choisir votre niveau de difficulté. Le mode normal est, disons le clairement, vraiment difficile et correspondrait au mode hard de n’importe quel autre jeu. Ne parlons pas du mode difficile qui s’adresse aux véritables ninjas (ou à ceux qui auront déjà fini le jeu et débloqué les compétences de niveau plus élevées afin de faire une nouvelle partie).

Le cas du mode facile, le mode "héros", porte à discussion. En effet dans ce mode, le héros que vous êtes alors ne peut pas mourir, avec une barre de vie qui n’atteint jamais zéro. Une sorte de mode invincible que les puristes éviteront d’activer. Et pourtant, il vous sera proposé à chaque gameover de modifier le mode de difficulté.

L’univers de Ninja Gaiden

On vous a parlé de l’histoire ? Sérieusement, qui cela intéresse t-il ? Il s’agit d’un beat’em all où vous aller trucider des tonnes d’ennemis génériques. Tout au plus vous dirai-je que notre ninja rempile pour sauver des gens, se sauver lui-même et finalement sauver le monde entier, affrontant par la même occasion des ennemis en costumes cabotins qui se prennent pour le centre du monde. Rajoutons à cela toute la panoplie d’acolytes qui vous trahiront à la première occasion et sans raison véritable à part apporter un ressort dramatique temporaire et inutile, et nous conclurons en disant que l’histoire de Ninja Gaiden 3 est un navet intergalactique comme on en fait plus. Ou trop souvent.

On ne s’étonnera donc pas de voyager d’un pays à un autre sans aucune raison valable sinon celles d’un scénario écrit sur le coin d’une table et desservie par des dialogues convenus au possible. Jungle, métropole, laboratoire d’expériences, Japon médiéval, le dépaysement est garanti. Le jeu multiplie les séquences références à d’autres titres du jeu-vidéo, ce qui donne parfois l’impression d’assister à un best-of des meilleurs moments vidéoludiques, l’originalité et la surprise en moins. Un peu de Prince of Persia Sand of time pour quelques parcours acrobatiques, un soupçon de Shadow of Colossus pour un boss, Bayonetta, Castlevania ou Metal Gear Solid pour l’ambiance (pour les plus flagrantes) et de nombreuses autres citations de films dont on vous laisse la surprise et qui ne manquent pas d’amuser.

Quelques déceptions majeures

Une déception vient peut-être du fait que l’on ne peut à aucun moment détruire des décors, ce qui laisse les environnements sans véritables intéractions. Les parcours se résument ainsi à des couloirs qui heureusement varient dans leurs architectures. Tout est fait pour le spectacle, à défaut d’apporter un gameplay original. On enchaîne les combats plus que de raison. La lobotomie (ou l’extase, au choix) n’est pas loin.

Ninja Gaiden ne manque pas de variété et de séquences à la réalisation ambitieuse. Malheureusement la réalisation ne suit pas toujours et notamment quand il s’agit de QTE (Quick Time Event). Si la précision nécessaire pour leur réussite dépend du niveau de difficulté en cours, force est de constater que ces actions ne sont pas toujours très claires. On se retrouve souvent dans des situations où la marche à suivre n’est pas indiquée et où la logique ne suffit pas pour s’en sortir. Autant dire que cela est véritablement frustrant.

Au cours de son parcours, Ryu Hayabusa va subir les effets d’une malédiction. En plein niveau il se voit projeté dans une dimension parallèle où il doit affronter une nouvelle salve d’ennemis. Ce genre de séquence assez pesante tant ludiquement que dans sa réalisation cauchemardesque revient bien trop souvent au cours du jeu, occasionnant très rapidement un rejet de la part du joueur ("oh non encore le bad trip !.."). Ce beat’em all est par nature déjà assez bourrin, et voilà une solution facile pour rallonger la durée de vie et surtout booster considérablement le gain de points de karma à peu de frais.

Les ajouts de cette version Wii U

Sans revenir sur le confort des informations indiquées avec le Gamepad, qu’apporte cette version Wii U par rapport aux versions PS3 et XBox 360 ? Les développeurs avouent avoir sorti le jeu trop tôt, d’où les problèmes techniques et le manque de contenu à l’époque. À part certains défauts de réalisation, tout cela est réparé dans cette version. On a le choix entre plusieurs armes aux styles différents et d’autres personnages prendront part à l’aventure. Un autre va même être disponible en téléchargement gratuit. Ceux qui voudront savoir à quel point se réjouir n’auront qu’à se spoiler en regardant les news portant sur le jeu !

Enfin les options du jeu permettent de débloquer au fur et à mesure de la progression du jeu quelques modes supplémentaires, comme les défis aux points ou au temps pour chaque niveau, ou encore les "Contrées ténébreuses". Ce mode permet de jouer des épreuves avec un deuxième joueur en ligne. Un mode "combat de clans" permet d’affronter en ligne jusqu’à huit joueurs en même temps pour des mises à mort à foison. Dans tous ces mode il est possible de personnaliser tout son équipement et son apparence. C’est le moment de chercher à débloquer tous les items !

Premier jeu ambitieux du genre sur Wii U, Ninja Gaiden 3 surprendra certains joueurs peu habitués aux jeux HD, satisfera les autres à condition de ne pas être trop exigeant. Il pourrait en effet ne pas avoir sa chance auprès des joueurs élevés aux blockbusters sortis ailleurs. Bon jeu avec quelques défauts chagrin, il permet incontestablement de passer de bons moments. Nous vous le recommandons !