RYoGAmeOver

gameover > Tests > Test - Kirby : Au fil de la grande aventure (3DS)

Test - Kirby : Au fil de la grande aventure (3DS)

, par RYoGA

Sorti en 2011 sur Wii, Kirby : Au fil de l’aventure était une aventure véritablement charmante qui apportait une grande bouffée d’air frais au genre, à défaut de le révolutionner. Nintendo décide aujourd’hui de porter ce joli titre sur la Nintendo 3DS pour gonfler les rangs des jeux susceptibles d’attirer un plus large public, à l’instar de Poochy & Yoshi’s Wooly World.

Test publié sur Puissance-Nintendo

Kirby n’aurait jamais du manger la pomme que se réservait le sorcier Maillalenvers : le voilà projeté dans le Royaume de la Courtepointe, transformé en fils de laine, à l’image de tous les habitants. Au Village Feutré, il fait la connaissance de Phil de Laine ou encore du Prince Ponpon. Pour aider le prince à reconquérir son royaume, Kirby va traverser toutes les contrées de la Courtepointe qui ont été dispersées pour littéralement les recoudre entre elles.

Kirby, l’ultra transformiste

Parcourir les différents niveaux du jeu est un régal pour les yeux car tout est intégralement composé de fils de laine, de boutons, de feutrine et autres tissus brodés. Les éléments du décor à découdre sont toujours en lien avec la thématique du niveau, ce qui en fait le gros point fort du jeu. Même pendant pendant le hub de sélection de niveau où l’on se balade avec Kirby, l’ouverture des portes des différents stages se fait toujours avec une petite animation mignonne dans le thème : une franche réussite artistique !

Si Kirby ne peut plus aspirer ses adversaires pour s’en défaire, il utilise ici un lasso qui lui permet de détricoter toutes les menaces et en faire des pelotes à renvoyer fissa à travers le décor. Beaucoup d’éléments sont interactifs avec le lasso de Kirby et il peut tirer des fils pour débloquer des passages, se balancer accroché à des boutons, ou encore ouvrir des fermetures éclairs. L’impression d’interagir avec un livre pour enfant un délice de tous les instants.

Aux mouvements de base, on peut ajouter la transformation en voiture pour aller plus vite, en parachute pour planer dans les airs quelques instants ou encore en poids lors d’une charge au sol que Yoshi ou Mario ne renieraient pas.

Mais ce n’est pas tout ! Chaque monde propose un ou plusieurs moments où Kirby se transforme en véhicule à l’occasion d’une séquence fort dynamique et amusante. Vaisseau spatial, Mécha géant, locomotive, speed car, dauphin, etc, chaque transformation dispose de ses propres règles et gameplay et s’avère très réussie.

En dehors de ces séquences plus rythmées, le reste du jeu est une ode à la découverte et à l’émerveillement. On contemple la beauté des décors, progresse le long des plateformes qui se cousent ou de décousent sous nos yeux, tout en cherchant les bonus cachés au nombre de trois par niveaux. Les ennemis laissent des diamants sur leur passage et le but secondaire de chaque niveau est de le finir avec le maximum de joyaux. Plus on en ramasse et plus on gagne de médailles sur un fil de récompenses situé en haut de l’écran. Ces gemmes servent principalement à acheter des fournitures pour aménager des pièces du Village Feutré. Des pièces décorées avec amour qu’il est d’ailleurs désormais possible de partager via le Streetpass dans cette version 3DS.

On peut donc choisir de faire le titre en dilettante, sans se soucier du village, comme on peut chercher à compléter le jeu à 100%, collectionnite comprise. Finir le jeu en ligne droite sans trop chercher les bonus ni faire tous les niveaux qui se débloquent peut être fait en environ six heures. Comptez le double pour tout trouver, et bien plus si tout le contenu du jeu vous passionne. Nous avions même fait 22 heures de jeu sur le jeu original sur Wii !

La particularité de Kirby : Au fil de la grande aventure est que Kirby ne dispose pas de barre de vie. Quand il se fait toucher, il perd un certain nombre des diamants amassés. Il peut encore les ramasser derrière lui mais c’est plus problématique lorsque les précieux joyaux tombent dans le vide alors que l’on est repêché après être tombé dans un précipice. Le jeu peut paraître simple comme cela, mais les obstacles ne manquent pas pour nous priver de notre butin fièrement acquis.

Nouveauté de cette version 3DS, chaque niveau du jeu propose un mode de difficulté dit "diabolique". Un diablotin apparait alors tout le long du stage et nous lance régulièrement des fourches. Cette fois, Kirby dispose d’un réceptacle de vie de six unités, soit autant de chances de pouvoir finir le niveau. Ce niveau de difficulté a sans doute été ajouté suite au reproche d’être trop facile qui avait été fait au premier jeu, mais tranche un peu trop avec l’esprit plutôt zen du titre.

Des chapeaux à gogo

Nintendo nous a fait le plaisir de lister les principales nouveautés de cette version 3DS par rapport à la version originale sur Wii. Parmi celles-ci, Kirby se voit attribuer des pouvoirs supplémentaires sous forme de chapeaux, que l’on se voit offrir par le Prince Ponpon (qui se balade désormais dans les niveaux), ou que l’on ramasse simplement par terre.

Parmi nos préférés, la tornade qui aspire tous les diamants qui sont alentours, ou encore le yo-yo qui a une bien plus grande portée que le lasso de base de Kirby.

D’autres chapeaux ne peuvent être débloqués dans le jeu que si vous possédez des amiibo de la famille Kirby : Kirby, DaDiDou, Meta Knight et Daddle Dee. Ces chapeaux-là sont peu ou prou la même chose que ceux déjà présentés, à l’exception que vous pouvez les choisir à n’importe quel moment et sans limite d’utilisation.

De nouveaux mini-jeux réussis

En marge de l’aventure principale, deux mini-jeux ont été ajoutés : "Meta Knight taillade" et "DaDiDou déboule".

Dans le premier on incarne Meta Knight dans un jeu de plateformes tout à fait valable. Le chevalier masqué peut voleter à travers tout le niveau et donner de grands coup d’épée pour se défaire des ennemis. Il peut aussi de projeter en avant pour faire de grandes tranchées dans les airs. Une barre de pouvoir au dessus de sa tête se remplit au fur et à mesure des ennemis éliminés ; remplie et actionnée avec "R" tout les ennemis à l’écran sont détruits et les joyaux aspirés. Là encore il est facile de perdre tous ses joyaux lorsqu’on se fait toucher dans le feu de l’action.

Il existe quatre stages qui se débloquent lorsque l’on progresse dans l’histoire principale. Ils ne sont pas longs mais restent agréables à parcourir. Les fans de scoring seront ravis puisque le nombre d’ennemis tués et le nombre de diamants amassés est pris en compte pour établir un rang final, lesquels débloquent des matériaux de revêtement pour les objets du village.

Quant au mini-jeu de DaDiDou, il s’agit de courses très rapides en ligne droite où le roi doit se frayer un passage avec son marteau pour aller le plus vite possible et ramasser un maximum de joyaux. Mais gare aux ennemis, au blocs immuables et aux bombes qui peuvent freiner sa progression, lui faisant là aussi perdre son magot. Là encore quatre stages et de quoi tenter de faire les meilleurs score pour obtenir des récompenses.

La version Wii disposait pour son mode aventure d’un mode deux joueurs en local où l’un incarnait Kirby et l’autre le Prince Ponpon. Il n’est plus possible de jouer à deux dans cette version portable qui se recentre sur le mode solo. Ceux qui ont connu la version Wii peuvent trouver cela dommage, mais la machine portable n’a que rarement affiché de grandes ambitions dans ce domaine.

Avec Kirby : Au fil de la grande aventure, les joueurs récupèrent sur 3DS un nouveau titre issu du catalogue des jeux sortis sur consoles de salon. La conversion est excellente et permet de (re)découvrir un excellent jeu. Les joueurs qui avaient su apprécier à l’époque l’univers certes enfantin mais particulièrement soigné de ce Kirby ne peuvent que recommander cette version aux joueurs qui ne l’auraient jamais fait. Ils y trouveront un jeu mignon, intelligent et zen à la fois.

6 commentaires

  • #
    4 mars  16:21

    Bien trouvé, bon rendu, bonne ambiance… il manque quand même un peu d’unité de style, comme celle qu’a le grand Yoshi’s Island en version GBA.

    Un gameplay intéressant, en tout cas :-)

  • #
    4 mars  18:17

    J’ai bien aimé justement qu’on passe du coq à l’âne : du marais des grenouilles au monde des dinosaures, à celui du monde musical. Le lien c’est le fil justement non ? ;-)

  • #
    6 mars  11:05

    C’est donc, le fil conducteur !

  • #
    7 mars  17:50

    Exactement !

  • #
    15 mars  17:53

    comment fais-t-on pour jouer en multijoueur local ? Je voudrais jouer avec ma soeur.
    Merci de me répondre rapidement :)

  • #
    17 mars  16:30

    Eh bien on ne peut pas !

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.