RYoGAmeOver

gameover > Tests > Test : Shantae Risky’s Revenge (DSiWare)

Test : Shantae Risky’s Revenge (DSiWare)

samedi 28 février 2015, par RYoGA

Shantae est en quelque sorte la mascotte du talentueux studio Wayforward Technologies. Neuf ans après le premier épisode sur Game Boy Color, elle revient dans un reboot sur Nintendo DSi, sur le DSiWare. Un épisode que l’on trouve encore aujourd’hui sur l’eShop de la Nintendo 3DS. Une petite danse ?

Test publié sur Puissance Nintendo

Shantae premier du nom est un jeu de plateformes/aventure en 2D sorti sur GameBoy Color en 2002. Le jeu est de qualité mais il sort tard sur le support, alors que tous les yeux sont rivés sur la belle Game Boy Advance. De plus, il n’est disponible qu’aux États-Unis. La belle danseuse loupe le coche.

La malédiction semble se répéter avec le deuxième épisode. Shantae : Risky’s Revenge sort en 2011 exclusivement en téléchargement sur le DSiWare. Une volonté de Wayforward de proposer le jeu à moindres frais, sans passer par la case distribution. C’est aussi un gros risque alors que le DSiWare est un service peu emprunté par les joueurs. Ils sont soit restés sur leur Nintendo DS / DS Lite, qui du coup ne propose pas le service en ligne, soit ils ne l’utilisent pas encore, peu habitués à acheter des titres dématérialisés. Il faut dire que Shantae : Risky’s Revenge est l’un des rares jeux intéressants sur ce support, au milieu d’horloges Mario ou d’applications pour apprendre à compter. Reste son prix, 1200 points DSiware, soit environ 12 euros. Un prix qui a lui aussi du mal à passer à l’époque.

L’épisode sombre malheureusement dans l’oubli. Et même si le DSiWare est toujours présent au sein de l’eShop de la Nintendo 3DS, peu d’entre nous auront pensé à aller dans la dernière zone de la boutique en ligne, tout en bas à gauche (oui celle qui n’a même plus de visuel officiel !). Shantae est pourtant toujours là, à onze euros et quelques cents. Et si nous déterrions ce trésor ?

Génie à revendre

La jolie Shantae a restauré le calme dans la ville portuaire de Scuttle Town depuis l’attaque de la pirate Risky Boots. Un calme de courte durée. Alors que la ville expose ses derniers trésors, Risky débarque pour voler une mystérieuse lampe. Le maire de Scuttle Town démet Shantae de ses fonctions de gardienne, sans ménagement. La demi-génie part à la poursuite de Risky et apprend qu’elle doit récupérer les trois artéfacts de Sequin Land pour pouvoir récupérer la lampe magique...

Nous retrouvons avec plaisir les différents personnages du premier épisode, mais surtout, pour ceux qui auraient déjà fait Shantae and the Pirate’s Curse, découvrons les débuts de toute une galerie de personnages. Le Ammo Baron prévoit déjà de faire main mise sur Scuttle Town. Le poulpe déjanté Quid Baron n’est pas encore devenu paranoïaque... Plus qu’un jeu de plateformes, Shantae sait nous amuser avec ses personnages tous plus loufoques les uns que les autres. Les artworks des personnages qui défilent pendant les cut-scène ne sont pas encore aussi séduisants que dans Pirate’s Curse mais restent sympathiques.

Une ergonomie revue et corrigée

Ce deuxième épisode a pour mérite de corriger les petites maladresses de son ainé. Son open-world 2D labyrinthique nous faisait perdre beaucoup de temps ? Un défaut corrigé avec l’ajout d’une map de tout Sequin Land qui s’affiche sur l’écran tactile, que l’on peut alterner avec l’écran des items. Avec son allure de vieille modélisation de jeu Amstrad, la carte fait un peu peur au début. Le point de localisation de Shantae en temps réel s’avère particulièrement efficace quand on se retrouve devant les différents embranchements du jeu. La plupart des personnages nous disent toujours quoi faire et où aller, et à moins de ne pas comprendre l’anglais - il n’y a pas de traduction française - on repère facilement les objectifs.

Le jeu était peut-être un peu ardu, avec des ennemis omniprésents qui ne nous laissaient pas souffler ? La difficulté a été revue à la baisse avec des ennemis moins hargneux, des localisations moins sournoises. Le cycle jour/nuit perturbant a été abandonné. Il n’y a plus de nombre de vies ni de game over et les points de sauvegarde sont plus fréquents et mieux placés. L’argent tombe beaucoup plus souvent du corps des ennemis vaincus, ce qui facilite l’achat des items de soin, de défense ou d’attaque. Les artéfacts pour améliorer sa condition (coups plus puissants ou rapides, coups spéciaux ou capacités spéciales) sont ainsi plus rapides à obtenir et vous facilitent la vie. Par exemple, l’aimant à objets vous permet de ramasser les gains sans même avoir à revenir dessus, ce qui est quand même un gros avantage.

Même chose pour les danses de transformation de Shantae. Dans la version GameBoy Color il fallait rentrer une combinaison de touches en rythme après avoir activé le mode danse. C’était fastidieux et on perdait beaucoup de temps avant de la valider. Merci Wayforward d’avoir écouté les joueurs (car même ceux qui font vos jeux des années après leur trouvent les mêmes défauts !) en facilitant le mode danse : il suffit à présent de laisser la danse plus ou moins longtemps pour obtenir les différentes transformations. Shantae effectue ses mimiques les unes après les autres, à chacune sa transformation. Bien sûr, au début du jeu, les différentes mimiques ne servent à rien, elles s’activeront au fur et à mesure de votre progression.

Les nouveautés de la revanche

Passée la surprise de découvrir la carte générale de Sequin Land, vient l’exploration. Les différents tronçons 2D sont reliés les uns aux autres par des coupes d’écran classiques, mais aussi par des cavernes. On y découvre des statues de poulpe qui fonctionnent en duo et qui une fois activées permettent de voyager de l’une à l’autre, ce qui fait gagner un temps précieux entre les différentes zones.

Mais la plus grande surprise vient de la structure même de certaines zones : alors que l’on s’extasie devant les deux plans avant/arrière proposés par Donkey Kong Country Returns et Cie, ce Shantae propose des décors qui bénéficient de plusieurs plans les uns devant les autres, allant parfois jusqu’à cinq plans, que l’on peut observer en arrière plan ! Dommage que le jeu ne soit pas en 3D relief car cela aurait particulièrement bien rendu ! Pour passer d’un plan à l’autre, il suffit de se positionner sur une stèle fléchée dont la direction indique si l’on va se propulser en avant ou en arrière. La zone de la forêt devient donc une sorte de labyrinthe dans lequel on doit fouiller les côtés de chaque plan pour en découvrir toutes les facettes.

Shantae se sert toujours de ses cheveux pour fouetter les adversaires. On retrouve tous les items magiques connus, et les petits poulpes et lucioles des quêtes annexes du premier épisode sont remplacés par des pots de confiture qui seront utiles à l’achat des supers pouvoirs de Shanate. Les danses sont ici au nombre de trois et correspondent à trois transformations. Si les transformations en singe et en éléphant sont reprises, on découvre celle de la sirène qui permet de nager dans l’eau et tirer des bulles meurtrières. De quoi explorer des zones aquatiques toutes nouvelles... et inédites à cet épisode.

Le jeu se compose toujours de la même manière et rend hommage au système Metroid/Castlevania. On commence par de l’exploration dans les différentes zones où l’on doit trouver et remettre des objets aux différents personnages. Ces quêtes aboutissent à l’ouverture d’un donjon. À l’intérieur, on découvre des mécaniques très semblables aux donjons de The Legend of Zelda. Shantae les explore dans un premier temps. Elle trouve ensuite une danse lui permettant de se transformer. Ses nouvelles habilités l’amène à une revisite des lieux assez jubilatoire. Les donjons font marcher vos méninges sans toutefois les faire surchauffer.

Face à la menace représentée par Risky Boots, Shantae va une nouvelle fois rencontrer son destin ! Une bonne manière de comprendre les raisons de la condition de la demi-génie au début de Pirate’s Curse !

Les fans de speed run seront ravis car le jeu offre la possibilité de jouer avec d’autres personnages (Rottytops et Risky) si on le termine en dessous d’un certain temps.

Shantae : Risky’s Revenge est destiné aux amoureux de jeux de plateformes de l’école des années 90, et très certainement aux (nouveaux ?) fans de la belle Shantae. Si le dématérialisé et le prix ne vous font pas peur, courez dans l’obscure chaine DSiWare de l’eShop ! Une occasion unique d’avoir la trilogie sur sa Nintendo 3DS !