RYoGAmeOver

gameover > Tests > Revue : Pokémon Rouge, Bleu et Jaune sur Console Virtuelle 3DS

Revue : Pokémon Rouge, Bleu et Jaune sur Console Virtuelle 3DS

vendredi 26 février 2016, par RYoGA

Pour fêter les 20 ans de la série Pokémon, Game Freak et Nintendo ressortent tout simplement les trois premiers jeux sur la Console Virtuelle de la 3DS. Thibault, Valentin et RYoGA se sont relancés dans l’aventure, avec respectivement les épisodes Bleu, Rouge et Jaune. Ils célèbrent à leur manière cet anniversaire en racontant leurs expériences de jeu.

Publié sur Puissance-Nintendo

Attrapez-les tous !

Depuis ses premiers épisodes, la saga Pokémon joue les même cartes : vous incarnez un jeune dresseur de Pokémon qui capture des créatures pour combattre ses adversaires. Deux objectifs : devenir Maître de la Ligue Pokémon et capturer un maximum de Pokémon afin de remplir la sacro-sainte encyclopédie Pokédex confiée par le Professeur Chen. 150 créatures sont à traquer et à capturer et il vous faudra des Pokéball, du temps et de la chance pour toutes les débusquer.

Un concept de jeu a priori simple mais qui se révèle d’une incroyable richesse. Votre personnage explore les différents villages où il rencontre de nombreux habitants à même de lui donner des informations sur le fonctionnement de cet univers. Les villages paisibles sont reliés par des routes peuplées de dresseurs qui ne demandent qu’à vous affronter, ou du moins, vos Pokémon.

Vous héritez dès le début du jeu d’un “starter”, un premier Pokémon parmi plusieurs dont le choix va largement influencer le déroulement des combats à venir. Les combats au tour par tour voient les créatures de types différents lancer des attaques qui feront plus ou moins mouche selon leur type. Pour composer votre équipe de Pokémon — dont six maximum peuvent vous accompagner sur la route — vous devrez les capturer dans les hautes herbes et les entraîner pour augmenter leur niveau.

Comment nous avons découvert la série Pokémon !

RYoGA :
“J’ai découvert Pokémon quelques semaines avant sa sortie officielle en France en novembre 1999. Le magazine Player One consacrait quelques pages au phénomène japonais qui s’apprêtait à déferler dans nos contrées. On y voyait les visuels “dessin-animé” de nombreuses créatures mais pas de screen du jeu. Puis ce furent les inévitables publicités papier qui mettaient en scène les Pokémon au poste de police façon “Usual Suspect”.

Le jeu a atterri un peu par hasard dans mon “caddie”. Après l’avoir lancé et malgré des graphismes rudimentaires, même pour l’époque, je n’en ai plus décroché. Je ne l’ai plus lâché avant d’avoir récupéré les 150 Pokémon (ce qui m’obligea à prendre la Version Bleue en occasion vu que personne dans mon entourage n’y jouait — j’avais passé l’âge du lycée depuis quelque temps déjà ! je n’avais pas deux Game Boy mais c’est l’adaptateur cartouche vendu avec Pokémon Stadium sur Nintendo 64 qui m’a permis de transférer tous mes Pokémon sur une même cartouche)”

Valentin :
“Ma première expérience en tant que dresseur de Pokémon, je ne l’ai pas eue avec les versions originales sorties sur Game Boy mais un peu plus tard avec leurs remakes sur Game Boy Advance. C’est seulement il y quelques années avec la folie du rétro-gaming qui s’est emparé du monde du jeu vidéo que j’ai pu essayer pour le première fois ces versions originales. Il ne fait aucun doute que revenir en arrière a été un léger choc pour moi cependant c’est avec ces versions qu’on se rend compte que le série de jeu Pokémon a bien évolué durant ses 20 années d’existence !

Depuis cette première expérience que j’ai eu sur Game Boy Advance avec Pokémon version Vert Feuille, je n’ai raté aucun épisode de la série. A chaque fois que je me lance dans une nouvelle aventure, j’ai une énorme impatience de découvrir une nouvelle région, de nouveaux Pokémon… Bref même après toutes ces années j’aime toujours autant les Pokémon !”

Thibault : ​
”Que puis-je vous dire sur les Pokémon si ce n’est qu’il s’agit de la saga qui aura le plus marqué mon expérience vidéoludique ! En effet, je fais partie de cette génération, qui avait l’âge idéal pour être conquis par le phénomène Pokémon lors de son arrivée en France à la fin de l’année 1999. J’ai encore chez moi la K7 du premier épisode du dessin-animé qui avait été distribuée par Toys “R” Us, mais aussi tout un tas de goodies que seuls les Pokémaniacs de la première heure peuvent posséder.

J’ai commencé les Pokémon avec la version Rouge prêtée par une amie en primaire. Puis j’ai poursuivie mon aventure avec Pokémon Version Jaune, puis Argent et 16 ans après, je suis toujours accro !”

Rouge et Bleue, puis Jaune

Au Japon, le titre est sorti en 1996 en deux versions : Rouge et Verte. Trois ans plus tard, les jeux sortent chez nous mais, comme aux Etats-Unis, en versions Rouge et Bleue (une version remaniée pour l’international). Les deux jeux reprennent les couleurs des deux starters évolués Dracaufeu et Tortank. Elles sont identiques, à la différence près qu’une vingtaine de Pokémon (sur les cent-cinquante) est
différente d’une cartouche à l’autre.

Un idée imparable qui force les joueurs à sortir de leur cocon pour rencontrer d’autres joueurs et échanger leurs créatures avec les autres. Le câble Link de la Game Boy (utilisé principalement pour les parties en duo à Tetris) sert ici à relier deux cartouches pour procéder à des combats ou des échanges de Pokémon. Marketing imparable qui amène les parents à acheter les deux versions pour leurs enfants afin qu’ils jouent ensemble.

Sortie en 2000, Pokémon Version Jaune “Édition Spéciale Pikachu” est une troisième version du même titre qui surfe sur la popularité du dessin-animé fraîchement débarqué à la télévision. Il met en avant Pikachu, le Pokémon emblématique de la série qui devient une super-star mondiale.

En dehors d’une introduction animée sympathique, le jeu nous impose d’avoir Pikachu d’entrée de jeu, à la place d’un des starters. Le sprite de Pikachu nous suit lors des phases exploration. Si on lui parle, une petite fenêtre apparaît et nous donne son humeur du moment, reflet de la manière dont vous le traitez au combat. Pikachu dispose de nombreux cris numérisés (et vous n’avez vraiment pas envie d’entendre son Pika déchirant quand il perd un combat !). Cela renforce le capital sympathie avec son compagnon, en plus de jouer avec l’image du dessin animé.

Dans la même veine, les ennemis du jeu, qui font partie de la bande de voleurs appelée la Team Rocket, sont cette fois rejoints par les fameux Jessie et James (et Miaouss !) du dessin-animé. Leurs sprites sont bien reconnaissables. D’ailleurs, tous les sprites de Pokémon ont été retravaillés pour mieux correspondre à leur design animé, et des couleurs plus judicieuses ont été ajoutées si vous êtes sur Game Boy Color. Le printer de la console est d’ailleurs compatible avec cette version.

Les retrouvailles avec les versions que nous avons choisies

Valentin :
“Vous vous en doutiez sûrement mais ce n’est pas vraiment des retrouvailles mais presque une découverte pour moi. En effet, même s’il m’est arrivé d’y jouer sur Game Boy cette version Nintendo 3DS me permet vraiment de découvrir la région de Kanto de la manière dont elle a été conçue au départ. Cette version du jeu représente parfaitement les fondations qui ont servi à créer une série qui perdure aujourd’hui.

Avec cette version rouge, on prend conscience des bases qui ont donné une force à cette série. Ces premières versions sont accessibles pour tous les joueurs et permettent à ceux qui n’étaient pas nés à l’époque de découvrir ce qu’elle est devenue aujourd’hui. 20 ans ont passé depuis Pokémon Rubis Oméga et Pokémon Saphir Alpha !”

Thibault :
“Pourquoi choisir la Version Bleue plutôt qu’une autre ? Il n’y a pas de réelles explications si ce n’est qu’il y a quelques années j’ai rejoué à Pokémon Version Jaune et que l’an dernier j’ai fait Pokémon Version Rouge Feu. Histoire de changer (un petit peu), j’ai opté pour la Version Bleu.

Les Pokémon fêtent leur 20 ans et on rejoue à cette occasion aux premiers jeux Pokémon. Et voilà que je recommence, un énième fois une partie de Pokémon, la Version Bleue et cette fois-ci sur 3DS. Pas de mystère, le jeu a vieilli, beaucoup vieilli même. L’absence de couleur et les animations minimalistes font maintenant pâle figure face à la beauté des récents Pokémon Rubis Oméga et Saphir Alpha. Mais il faut comprendre que près de 20 ans les séparent et, que bien heureusement, la série a su évoluer tout au long de ces années pour rester moderne.

En revanche, quel plaisir de retrouver la mécanique toute en simplicité et en efficacité de ce premier jeu Pokémon ! Ici, pas de Méga-Évolution, pas de combats en double ou en triple. 150, voire 151 Pokémon et pas un de plus. Cela peut sembler léger face aux 700 et quelques de la dernière génération mais cela reste rudement efficace et suffisant pour offrir un jeu formidable !

Les combats sont tout aussi prenants et le niveau est encore rendez-vous ! Pour tout vous dire, il m’est arrivé quelque chose auquel je n’avais encore jamais eu le droit : j’ai perdu mon tout premier combat face à mon rival ! Mon Carapuce n’a pas tenu la route ! Est-ce que je ne commencerais pas à vieillir moi aussi ?”

RYoGA :
“J’ai choisi la jaune car c’est la seule version que je n’avais jamais vraiment faite. Les petits ajouts de la Version Spéciale Pikachu m’intriguaient et quitte à refaire un épisode autant faire celui qui pouvait m’apporter quelques surprises !

J’ai tout de suite été happé par l’énergie brute de cette version qui, comme Rouge et Bleue, détient vraiment l’essence de Pokémon. J’y ai joué toute la nuit et force est de constater que ces premières versions sont bien plus dures que les épisodes qui ont suivi, à moins que ce ne soit cette version, pourtant destinée au grand public, qui ait vu son niveau de difficulté augmenter.

Commencer avec un Pokémon électrique n’est vraiment pas évident notamment pour affronter le premier champion d’arène, Pierre, dont les Pokémon sont insensibles aux attaques électriques. Mon conseil : le Roucool est ton ami !”

Les Versions Virtual Console

La Virtual Console propose les roms pures et dures de Pokémon Rouge, Bleue et Jaune. Vous retrouvez parfaitement émulés les jeux de l’époque. Aucune modification sur l’image n’est possible. L’écran tactile fige le jeu quand on appuie dessus. Deux boutons y apparaissent : le premier propose de reprendre le jeu et le deuxième de réinitialiser le jeu (sur Game Boy, il fallait juste éteindre et rallumer la console pour cela). Le système de sauvegarde se fait uniquement via le jeu et son menu. Il n’est possible de sauvegarder ou de charger le jeu via le menu de la Console Virtuelle comme c’est le cas pour tous les jeux sous ce système.

La seule nouveauté de ces portages est la transformation du mode de jeu pour combattre ou échanger des Pokémon avec un autre joueur avec sa cartouche. Autrefois avec le câble Link, il fallait bien trouver une alternative. Lorsque vous vous présentez au comptoir du Club Link, un nouveau menu s’affiche sur l’écran tactile et vous permet d’inviter ou de rechercher des partenaires de jeu en mode local. Pas de mode de jeu par Internet, ni d’utilisation de la PokéBank. Cela est quand même dommage. Cela nous forcera à trouver de nouveau des partenaires de jeu, comme “au bon vieux temps” !

Nos impressions générales

Thibault :
“​C’est toujours sympa de ressortir et de rejouer à de vieux jeux. Surtout que Pokémon fait partie de ces jeux dont la mécanique principale est restée la même au fil des épisodes, en s’enrichissant sur les contenus de l’aventure. Notre quête est toujours de devenir Maître Pokémon et ce retour aux sources nous le rappelle !

Hélas, pour Nintendo, la nostalgie a un prix et celui-ci est particulièrement élevé. Pokémon Version Bleue, comme chaque version, vous coûtera près de 10€ sur l’eShop. Un prix exagéré pour quelque chose qui n’aura finalement demandé quasiment aucun effort à l’entreprise qui s’est contentée de modifier le système multijoueur pour pouvoir le rendre compatible avec les capacités sans-fil (en local uniquement !) de la Nintendo 3DS.

À vous de voir si vous ne préférez pas ressortir vos cartouches et vos Game Boy pour une expérience, encore plus nostalgique et tout aussi réussie.”

RYoGA :
“Lorsque j’ai rebranché mes cartouches à l’occasion du tournage des Excuuuuse-me, Princess ! consacrés à ces jeux, j’ai eu la mauvaise surprise de voir que les sauvegardes de certaines avaient disparu ! Tant qu’à les refaire, autant le faire sur un support plus récent ! Avec ces versions Virtual Console, j’étais aussi très emballé à l’idée de pouvoir éventuellement faire des échanges online ou de transférer mes Pokémon sur la PokéBank. Je rêvais en couleur visiblement puisque ce n’est pas possible. Reste la possibilité de transporter les jeux en même temps que d’autres titres Virtual Console ou de mon inséparable Animal Crossing New Leaf ! Après vous choisissez la version que vous voulez, mais la Jaune dispose de couleurs, elle ! Et en plus on peut avoir les trois starters au fil de l’aventure sans avoir à faire d’échanges !”

Valentin :
“Le passage sur la Nintendo 3DS se fait certes sans amélioration graphique mais alors que la plupart des jeux Console Virtuelle se contentaient simplement de supprimer leurs modes multijoueurs pour ceux-ci, Nintendo a fait quelques modifications. Pour ma part, je trouve cela très bien que Nintendo se soit donné la peine de rajouter un mode de jeu sans fil local. On ne fête pas les 20 ans de Pokémon tous les jours ! Alors si vous avez quelques euros à dépenser et que vous êtes fan de Pokémon, je vous conseille de passer à l’achat. Posez-vous d’abord l’ultime question : “quelle version vais-je prendre ?””

Avec ces portages de titres cultes, Nintendo fait dans le minimum syndical. Mais voilà enfin l’occasion de pouvoir retrouver les trois jeux avec un maximum de lisibilité. Pour le prix on ne prendra peut-être pas les trois, mais les fans peuvent enfin redécouvrir l’un des meilleurs concepts du jeu d’aventure dans sa version la plus pure. Gageons enfin que Nintendo propose prochainement les suites, Pokémon Or, Argent et Cristal !