RYoGAmeOver

gameover > Tests > Preview : Smash Bros Wii U

Preview : Smash Bros Wii U

samedi 8 novembre 2014, par RYoGA

J’ai pu jouer à Smash Bros for Wii U avec des gens et des amiibo ! Voir l’article sur Puissance-Nintendo !

Après la version 3DS, c’est au tour de la version Wii U de se montrer en détail. Au programme : beaucoup de Smash, les amiibo, le menu Extra et l’Odyssée Smash !

Les possesseurs de la version 3DS de Smash Bros ne seront pas dépaysés. On y retrouve quasiment à l’identique le contenu de la version portable, présenté de la même façon. Voyons donc plutôt ce qui change !

Quoi de neuf docteur ? Huit !

C’est dans le mode Smash que l’on va découvrir le menu qui nous permet de jouer jusqu’à huit joueurs ! Nous ne sommes alors que quatre possesseurs de manettes Gamecube, reliées à l’adaptateur de pads GC. En manque de combattants pour tester ? Qu’à cela ne tienne, les amiibo viennent prendre la place des quatre autres combattants ! Après avoir choisi nos propres personnages, nous posons les uns après les autres quatre Amiibo qui viennent faire office de joueurs supplémentaires.

La baston débute sur l’une des dizaines d’arènes "grand format" disponible uniquement pour les mêlées de nombreux combattants. La planète de Mario Galaxy, la Plaine de Gaur, le Temple d’Hyrule sont quelques unes des arènes sur lesquelles les groupes peuvent aller ça et là pour se battre. Tout est clair une grande télévision haute définition, la fluidité de l’animation et le plaisir de jeu intact. Le niveau de Mario Galaxy donne envie d’avoir Un Super Mario Galaxy 3 très bientôt !

Le mode Smash Spécial permet de configurer toutes les règles et objets du jeu pour une partie jusqu’à quatre joueurs. Tous les joueurs en mode accéléré ? En mode ralenti ? Avec de la gravité et tous les objets défensifs du jeu ? C’est un peu vous qui faites votre tambouille !

Les amiibo, ces assistants de luxe

Les amiibo présents pour la séance de test attirent l’attention. On les regarde tout d’abord, prêt à déceler la moindre imperfection depuis les visuels trompeurs. Ces versions commerciales ne sont certes pas aussi flamboyantes que les prototypes dévoilés à l’E3, mais restent absolument jolies et bon marché. Dans la catégorie des ratés on retiendra Link, qui se coltine un visage complètement raté (à ajouter à la barre "jaune pipi"), Marth, qui tire toutefois moins la gueule que sur les visuels récents, et le Villageois qui hérite d’yeux démesurés. En revanche Fox fourmille de détails, et la Wii Fit trainer et Peach le font bien. Les coups de cœur sont incontestablement Pikachu, Kirby, Samus et Yoshi, magnifiques.

Oui, mais je vous entends déjà hurler : "À quoi ils servent les amiibo ?!" Réponse : les amiibo sont des joueurs indépendants que vous pouvez faire participer quand vous le voulez en le matérialisant dans l’écran de sélection des personnages. Point question d’incarner son amiibo, il reste une sorte de créature dont vous pouvez vous occuper en élaborant sa customisation et en le faisant participer aux combats. Imaginez-vous débarquer chez des amis, choisir votre personnage pour affronter d’autres joueurs et, sortant un amiibo, leur dire : "Voyons donc si vous arrivez à battre le champion que j’ai entraîné !" Vous le posez alors sur la partie NFC du Gamepad, l’amiibo se matérialise en joueur supplémentaire et rejoint les combattants.

Vous avez créé un monstre !

Vous pouvez enregistrer et customiser un amiibo dans le menu "EXTRA" (Games & More).

Tout nouvel amiibo présenté obtient un nom et un skin propre (les différentes facettes d’un personnage : les différents visages du Villageois/Villageoise par exemple). Chaque amiibo est alors lié à la console et à un Mii. Là où cela devient intéressant c’est que l’amiibo va apprendre du comportement du Mii/Profil joueur auquel il est lié. Si vous n’avez pas par exemple pour habitude d’utiliser les esquives ou le bouclier, votre amiibo ne le fera pas, par mimétisme. Cette "créature" vous ressemblera donc fortement, copiant votre comportement. Plus elle gagne de l’expérience plus elle apprendra de choses, et notamment dans les comportements des autres joueurs contre lesquels elle sera amenée à combattre.

Si la faire combattre est l’une des manières de lui faire prendre de l’expérience, il reste la possibilité de la customiser en lui attribuant des attaques spéciales et en la nourrissant avec des badges de compétence. À l’instar de la version 3DS, ces badges de compétences s’obtiennent dans les différents jeux bonus du titre. Ils apportent des effets bonus pour la vitesse, les sauts, l’attaque, l’attaque spéciale et la défense). Toutefois, les effets de ces badges de compétence qui peuvent être par exemple appliqués sur un Mii Fighter ne seront pas attribués tels quels pour les amiibo. Un taux de conversion est établi car les statistiques des amiibo ne fonctionnent pas sur la même échelle que celle des Mii Fighters. Sans doute une volonté de la part des développeur de restreindre la vitesse du taux de croissance.

Et pourtant une fois lancée au combat, la figurine autonome prend vite du gallon ! Il ne suffit que de quelques heures pour que l’amiibo ait atteint le fameux niveau 50, limite de sa croissance. Ses statistiques en resteront là mais elle continuera à apprendre des mouvements et attaques au fur et à mesure de son existence.

Si bien que contre un amiibo bien entraîné, les pauvres joueurs réels que nous sommes prennent vite une dérouillée ! Deux amiibo entraînés contre nous, et nous voilà spectateurs d’un duel fratricide de l’ordinateur ! Nous avons créé un monstre.

Il nous est proposé de transférer l’expérience accumulée en jeu dans la figurine à chaque fois que l’on sort d’un menu. On peut donc enchaîner quelques combats avant d’avoir à reprendre la figurine en mains pour qu’elle récupère ses données en quelques secondes. Si jamais la sauvegarde de la figurine venait à être corrompue, un backup dans la console viendrait à son secours.

Passée la déception de ne pas pouvoir incarner soi-même un amiibo et l’entraîner à la force de ses poings, on s’amuse à l’idée de pouvoir entraîner un personnage indépendant à amener et faire affronter à ses véritables amis. Mais est-ce que l’amiibo pourra nous venir en aide lorsqu’on choisira un Mii Fighter customisé avec notre propre Mii ? Faute d’avoir pu l’essayer nous attendrons d’en savoir plus avant d’envisager la chose.

Mario Party de la partie ?

L’Odyssée Smash (Smash Tour) vient remplacer le mode Aventure Smash de la 3DS. Il s’agit d’une espèce de jeu de plateau en plusieurs tours (jusqu’à 25) où l’on incarne des Mii dont le but est d’accumuler des combattants en prévision du combat final qui se déroule en fin de partie.

Après avoir tiré les dés, les joueurs évoluent case après case, avançant ou revenant sur leurs pas en temps réel pour récupérer un maximum d’items. Le but premier est de ramasser des icônes de combattants, mais aussi des badges de statistiques, le tout en passant si possible par des points de contrôle qui améliorent les stats ramassées. Les joueurs qui se croisent devront s’affronter, et entraîner tous les autres au combat, pour une manche rapide dont le gagnant récolte l’icône du dernier combattant vaincu, l’ajoutant à sa liste.

Sur le plateau, choisi parmi les trois disponibles, des cases spéciales vous téléportent d’un endroit à un autre. De nombreux objets apparaissent sur les cases, certains n’étant utilisables que pendant la phase plateau, d’autres uniquement pendant les combats intermédiaires, certains enfin pour les deux. Allant de la faculté d’éjecter les personnages croisés en chemin en leur faisant perdre des badges (à courir récupérer) à l’obtention d’un objet spécial en combat, ces items aux effets variés apparaissent dans une roulette personnelle avant chaque phase de jeu.

Arrivés au bout des tours de la partie, les combattants livrent une bataille acharnée pour la victoire. Sont pris en compte leurs statistiques accumulées mais surtout tous les personnages gagnés en cours de route. Avoir un personnage surboosté ou plusieurs personnages, quelle tactique choisirez-vous ? La tactique, la technique mais aussi le hasard change beaucoup les choses.

Difficile d’évaluer le potentiel de cette Odyssée Smash : les règles sont difficiles à comprendre dans un premier temps mais gageons que les acharnés de Party Game trouveront leur bonheur dans ce nouveau genre de jeu de plateau dont l’objectif reste toujours le combat.

Pour quelques smash de plus

Si nous n’avons pas pu essayer le online, l’éditeur de niveaux s’est laissé approcher. Jouable uniquement au Gamepad, il permet de poser différents éléments de décors pour dessiner le terrain de ses rêves. Il suffira ensuite de l’enregistrer et d’aller le chercher en mode normal dans le sélecteur de niveau. Le tableau des défis laissait entrevoir 135 challenges à accomplir dans un premier temps.

Dans le menu des extras, on se perd toujours un peu. Le coffre est toujours là, proposant les mêmes features que la version 3DS, les trophées, le trophée rush, et leur nouveau magasin en tête, sans oublier la section chef-d’œuvre qui permet de jouer quelques minutes aux grands classiques Nintendo.

Un dernier mot sur quelques uns des décors que nous avons pu découvrir ! L’arène de Starfox façon Starfox Assaut nous a littéralement renversé ! Déclaration d’amour à la série, le niveau évolue sans cesse, nous plongeant en pleine bataille galactique ! Comme celui de Pilotwing Ressort, les combattants sont parfois lâchés dans le vide (gloups !) pour être récupérés en un clin d’œil sur une nouvelle plateforme en dessous.

De multiples clin d’œils donnent naissance à de nouveaux niveaux comme celui de Donkey Kong avec ses tonneaux qui font passer d’un plan à l’autre, le stage de la chambre à coucher de Game & Wario où la mère terrifiante vous immobilise si vous n’êtes pas caché, le stage rétro DK et quelques autres que l’on vous laisse découvrir dès le 28 novembre prochain !

Avec son monde huit joueurs bien étudié et son Odyssée Smash qui saura attirer les curieux, ce Smash Bros Wii U propose toujours plus de contenus. La réalisation technique ravira les fans. Quant aux amiibo, leur utilisation est à la fois séduisante, étonnante, et intrigante.