RYoGAmeOver

gameover > Tests > Preview : Project Zero La Prêtresse des Eaux Noires

Preview : Project Zero La Prêtresse des Eaux Noires

mercredi 30 septembre 2015, par RYoGA

Preview publiée sur Puissance Nintendo

Prologue : piège en eaux troubles

Au Japon, le Mont Hikami est connu pour être le lieu de nombreuses et mystérieuses disparitions. Nous retrouvons la jeune Miku Hinasaki dans une situation horrible. Enfermée dans un vieux bâtiment à moitié immergé, des spectres de femmes noyées l’entourent et cherchent à l’attraper. Nous contrôlons Miku qui tente de s’échapper de cet enfer.

Cette séquence à pour but de nous familiariser avec les contrôles de déplacement du personnage. On le dirige avec le stick gauche. Une pression vers le bas permet de se retourner. ZL sert à courir et le stick droit permet d’orienter la caméra.

Chaque pas est source d’effroi alors que les goules vous poursuivent et vous bloquent le passage. La réalisation, qui alterne séquences de jeu et cut-scene, nous plonge en pleine vision d’horreur. Le fait que le personnage soit un peu raide et que la caméra soit capricieuse dans les étroits couloirs joue aussi sur notre panique. Quelques salles plus loin Miku fait face à une entité féminine aux longs cheveux. Les mèches plongent dans l’eau et se répandent comme de l’encre. La situation de Miu semble plus désespérée que jamais.

Chapitre 1 : profession reporter

Près d’une auberge abandonnée, la jeune et jolie Yuri Kozuhata accompagne Hisoka Kurosawa, son mentor, dans une enquête sur les disparitions du Mont Hikami. Elles se rendent à l’entrée d’une auberge abandonnée et totalement insalubre autour de laquelle la forêt a repris ses droits. Hisoka est experte en déchiffrage des ombres : elle peut voir les ombres des disparus. Pour ce faire, elle utilise un appareil photo. Elle vous le confie, à vous, Yuri.

C’est le moment d’apprendre à se servir cet appareil. Le mode photo s’active avec le bouton "x" et le gamepad devient l’appareil-photo lui-même. Il est gyroscopique, ce qui vous permet de vous déplacer avec le pad pour regarder autour de vous. Les deux stick peuvent aussi vous servir à orienter l’image latéralement et horizontalement, si jamais vous ne voulez pas bouger. Une pression de la gâchette "ZR" prend une photo. Maintenir le bouton enfoncé verrouille un sujet qui dispose d’une cible sur l’écran du gamepad.

S’en suit une petite séance pratique où vous devez repérer et cibler une ou plusieurs cibles sur l’écran du gamepad. Vous êtes prêt ? Il est temps d’entrer dans la vieille bâtisse.

Les murs sont partiellement détruits ou décrépis. Il fait noir comme dans un gouffre. Et pourtant il faut avancer pour trouver des indices. Hisoka est juste derrière vous mais l’air quelque peu austère de la dame n’est pas là pour vous rassurer. Elle vous apprend la faculté de voir des ombres fantomatiques. Le spectre blanc qui apparait lorsque l’on presse "ZR" vous montrera toujours la voie à suivre ! La même gâchette sert à ramasser des objets, dont un premier livre qui vous donne plus d’informations sur cette vieille auberge.

Après avoir ouvert quelques portes grinçantes et rampé sur le parquet moisi, vous vous retrouvez face à une porte fermée à clé. Lorsque vous en saisissez la poignée une image psychique se révèle à votre esprit : une petite pièce et l’endroit où se trouve la clé. Ni une ni deux, vous retournez dans la pièce visitée au préalable. Et en effet, en prenant en photo l’endroit vu en pensée, l’accès à la clé apparait.

L’appareil photo (le gamepad) sert en de nombreuses occasions pour tout ce qui est exploration. Des spectres furtifs apparaissent de temps à autre et il faut dégainer l’appareil photo pour essayer de prendre un cliché. Ce n’est pas forcément évident car la procédure d’activation de l’appareil est lente et les fantômes rapides. A la clé, des points bonus qui viennent s’ajouter au score du niveau. L’aura spectrale d’un livre à terre ne révèle l’objet qu’à condition de le regarder avec le gamepad sous le bon angle.

Hisoka semble être satisfaite de cette découverte. Il est temps de rentrer. Mais au détour d’un couloir un spectre apparait et cherche à attraper Yuri. Un tutorial vient vous expliquer comment combattre les fantômes avec votre appareil photo. Des cibles apparaissent sur l’ennemi et il vous faut en capter le plus possible pour faire un maximum de dégâts. Pour cela vous devez cadrer au mieux les cibles qui se baladent autour du monstre. Ce dernier avance vers vous et un cliché déclenché au dernier moment alors qu’il attaque lui fera beaucoup de mal. Ces clichés "fatals" vous sortent souvent de l’embarras. Yuri parvient à se défaire de ses ennemis et quitte l’auberge avec Hisoka.

Chapitre 2 : The Blair Witch Project

Quelques jours après, nous retrouvons Yuri en tenancière du café de Hisoka, le "café antique Kurosawa". Une jeune fille visiblement perturbée nommée Fuyuki entre et demande à voir Hisoka. Mais celle-ci étant partie depuis quelques jours, Yuki propose son aide à Fuyuki. Fuyuki a perdu son amie au Mont Hikami et s’inquiète énormément, ayant entendu parler des vagues de disparitions et de suicides tragiques. N’ayant pas obtenu satisfaction immédiate, Fuyuki quitte le café en direction de la montagne.

Nous incarnons de nouveau Yuki qui arpente la maison à la recherche d’indices quant à la destination de Hisoka. C’est dans sa chambre qu’elle apprend que son mentor est reparti seule à la montagne maudite. Elle décide de partir à sa recherche.
Elle atterrit aux sources chaudes, point de départ de la vaste région forestière. C’est la nuit et Yuki ne dispose que d’une faible lampe torche pour éclairer ses pas. Des flashs spectraux lui apparaissent au fur et à mesure de sa progression : là une fille qui sombre dans le désespoir, ici une autre qui chute dans la cascade en hurlant. Non, ce n’est pas une exploration de tout repos ! Yuki remarque un objet au sol. Alors qu’elle veut le ramasser, une main fantomatique attrape la sienne ! On hurle bien sûr. Et on apprend vite comment échapper à son emprise, l’attaque pouvant se reproduire à n’importe quel moment lors de la récupération d’un objet.

Plus loin, Yuki retrouve la caméra d’Hisoka au sol et découvre l’utilité des différents types de pellicules. Elle doit immédiatement s’en servir pour échapper à des spectres hurleurs. On perd de la vie au combat. C’est le moment d’aller dans les menus du jeu pour utiliser des objets de soin. On découvre également une jauge d’humidité. En effet, Yuki est amenée à de nombreuses reprises à traverser des courants d’eau. II faut éviter à tout prix de se retrouver face à des goules qui pourraient vous entraîner au fond de l’eau.

La suite de l’histoire est encore plus terrifiante. Yuki apprend de nombreuses choses sur le sort de ses amies et doit lutter contre des fantômes qui n’ont pas besoin d’être imposants pour être terrifiants. Les idées narratives sont parfaitement maîtrisées et Project Zero : la prêtresse des eaux noires impose son style, digne des meilleurs films d’horreur.

La thématique du suicide se fait de plus en plus présente, ce qui confère au titre une ambiance véritablement morbide et éprouvante. Nous déconseillons le titre (interdit aux moins de 18 ans) aux âmes sensibles !

Après ces deux heures de jeu nous étions bien content d’ouvrir les volets et de faire une pause !

Dans le prochain chapitre...

D’autres personnages apparaissent pour tenter d’élucider le mystère qui entoure le Mont Hikami. Comme Ren Hojo, un personnage qui nous est introduit par un de ses rêves dans lequel il assiste à un rite mortuaire.

Dans un premier temps, les modes de difficulté facile et normal sont disponibles. Le mode facile ne prend pas en compte le scoring et permet aux joueurs de se concentrer sur l’histoire.
Il est possible de changer de tenues, tenues qu’il faudra débloquer au cours de l’aventure.

Le jeu présenté bénéficiait de voix anglaises sous-titrées français. D’après le trailer de Nintendo, les voix japonaises seront présentes.

Enfin, une démo des deux premiers chapitres sera proposée fin octobre sur l’eShop pour que chacun puisse se faire un avis.

Comme on suit l’histoire d’un livre, Project Zero est un jeu d’exploration très dirigiste qui se dévore page après page. On voudrait pouvoir aller à contre-sens, mais non, il faudra bien s’avancer dans les chemins ténébreux qui nous sont proposés, quitte à se perdre en forêt ou autour d’une bâtisse bien effrayante. L’utilisation du Gamepad comme appareil photo est une bonne idée qui n’est pas toujours évidente à manier. Quoi qu’il en soit, les amateurs d’horreur et de jolies filles pourront être au rendez-vous.

4 commentaires

  • #
    14 octobre 2015  03:31

    Je ressens toujours une certaine impatience, sachant que sous quinzaine, la bête arrivera.

    Mais je crains quand même un tantipoil le maniement du gamepad dont tu fais état, avec mes deux mains aussi pourries que ma vue et mon habileté naturelle, ça va être détonnant je le sens !

  • #
    14 octobre 2015  09:41

    Oui, l’appareil photo est pas évident à manier. ça aurait pu être tellement mieux géré !

    Enfin rien d’insurmontable !

  • #
    19 octobre 2015  15:59

    Je serais vite fixé, plus qu’une petite dizaine de jours !

    Je m’inquiète toutefois pour la version "boite" du jeu, pas l’impression que l’on va en voir beaucoup en magasin. Après il reste bien sur le démat, mais le jeu est annoncé à 16go le morceau, oush !

  • #
    19 octobre 2015  19:39

    Bon voilà, après les tests révèlent que la suite du jeu est un peu poussive, vu qu’on est amené à revenir sur des lieux déjà visités, où rien ne change.

    La preview (équivalent de ce qu’on va avoir en démo) m’avait plu mais là si c’est pour se faire chier en plus d’avoir peur/pas me sentir bien, ça va aller je pense !