RYoGAmeOver

gameover > Tests > Preview : Pokémon Rubis Alpha / Saphir Oméga

Preview : Pokémon Rubis Alpha / Saphir Oméga

samedi 25 octobre 2014, par RYoGA

C’est toujours au rythme effréné d’un (double) épisode par an que Game Freak habitue désormais les fans de la série Pokémon depuis quatre ans. Pokémon Or HeartGold et Argent SoulSilver, les derniers remake en date, étaient encore en 2D. Avec X & Y, la saga est passée en 3D et les nouveaux remakes, Rubis Oméga & Saphir Alpha, sont les premiers à emboiter le pas. Est-ce là un Pokémon de trop ? Ou bien le plaisir de retrouver cette troisième génération est bien là ?


Preview publiée sur Puissance-Nintendo !

On serait déjà tenté de répondre à la question, d’autant que nous avons pu pratiquer la version finale du jeu pendant plusieurs heures, récoltant ainsi les premiers badges. Mais voyons pour l’instant ce qui change et ce que l’on retrouve dans ces épisodes sortis en 2004 sur la Game Boy Advance.

Premiers pas dans la région de Hoenn

Après une introduction faisant un clin d’œil à la série 2D et le choix de votre personnage (garçon ou fille), vous voilà à Bourg-en-Vol, dans votre nouvelle maison ! La mère de votre héros/héroïne a fort à faire avec le nouvel emménagement. Heureusement elle est aidée par des Machopeurs ! Après avoir fait un saut dans votre chambre (où il y a une Wii U mais plus de PC !!), et réglé l’heure de la partie (en fonction de l’heure de la console, ce qui augure le retour des événements en temps réel), vous partez à la rencontre de vos nouveaux voisins.

Vous rencontrez rapidement votre voisin/voisine de palier, qui s’avère être l’enfant du Professeur Pokémon de la région, le Prof Seko. Celui-ci, absent de son laboratoire, s’avère être en mauvaise posture avec des Pokémon sauvages. Avec son accord vous utilisez une Pokémon qui est dans son sac tombé à terre : c’est le moment de choisir votre premier Pokémon !

Cette créature vous accompagnera une bonne partie de l’aventure alors soignez-la bien ! Après avoir aidé le professeur et fait un petit détour par Rosyère, vous retournez au labo où Seko vous donne le Pokédex, le listing de tous les Pokémon... à compléter ! (le Pokédex a d’ailleurs cette fois la forme d’une Game Boy Advance de première génération !)

Vous êtes à présent prêt à partir à la quête des badges d’arène dans le but de devenir le meilleur dresseur Pokémon ! Entre les combats contre votre rival Flora/Brice, la rencontre avec Timmy (le frêle garçon qui vous apprend dans un premier temps à capturer des Pokémon) et le mystère qui entoure les Team Magma/Aqua, le début de l’aventure promet !

Un équipement Pokémon plus que complet !

Le NAVI est le nom de l’équipement que vous donne le Professeur Seko pour vous donner des informations sur votre aventure. Il se complète au fur et à mesure de votre progression. Le premier équipement est le NAVI-DEX, un écran qui indique la présence de Pokémon dans les hautes herbes, et surtout s’ils sont inédits à votre Pokédex.

Une queue dépasse des herbes folles : il faut s’approcher doucement (en inclinant délicatement le stick droit ; le personnage marche alors sur la pointe des pieds) afin que le Navi-Dex repère le Pokémon. En continuant de marcher doucement, vous vous approchez de la créature et si vous la touchez un combat s’enclenche. La queue peut correspondre à n’importe quel Pokémon sauvage, qui fuira si vous vous approchez trop vite. Les rencontres aléatoires dans les herbes restent toujours d’actualité.

L’écran tactile permet ainsi d’afficher d’une simple pression les différents équipement. Le NAVI-MAP affiche une carte des lieux, sur laquelle on peut zoomer pour obtenir des informations plus détaillées. C’est sur cet écran que l’on verra affichés les rendez-vous donnés par les dresseurs que vous avez battu et qui veulent leur revanche.

Un peu plus loin dans l’aventure, vous récupérez des mains de sbires de la Team Magma/Aqua le précieux Pack Devon, un appareil appartenant à la Devon SARL. Très reconnaissant, son dirigeant vous offira un autre équipement : le NAVI-SHOW.

Le Navi-Show permet de recevoir des informations par Streetpass. Les informations des personnes utilisant le jeu sera affichée dans ce menu et vous permettront de faire des combats ou de partager des infos sur les bases secrètes. Le reste du temps, la chaîne diffuse des journaux télévisés, des flashs spéciaux sur la présence de Pokémon en masse ou des interviews de personnalités de Hoenn.

Un dernier onglet, le NAVI-FUN, correspond aux fonctionnalités présentes dans Pokémon X & Y : la Poké Récré, l’entraînement de Pokémon, les combats en ligne avec des personnes croisées en local ou en ligne.

Une réalisation (légèrement) à la hausse

Le passage à la 3D avec Pokémon X & Y avait été réalisé avec soin, avec un rendu très propre qui prenait peu de risques. Tant dans son design que son esprit, ce premier opus 3D était très sage. On peut affirmer que Rubis Omega et Apha Saphir, tout en partant de la même base que son ainé, a pris un peu plus le temps de soigner les choses.

Tout d’abord au niveau du gameplay, on remarquera que le contrôle au stick est plus précis qu’il ne l’était dans Pokémon X & Y. Exit les rollers qui partaient dans tous les sens (du moins dans la partie du jeu que nous avons parcourue) ! Dans cet épisode encore, le personnage peut courir d’entrée et n’a plus besoin de chaussures de sport pour cela ! On note aussi la possibilité de choisir le stick ou la croix pour les déplacements du personnage.

Comme dans Pokémon X & Y, la 3D relief n’est pas activée pendant tout le jeu. Elle n’est présente que pendant les cinématiques et les combats. Le voyant vert de la 3DS s’allume d’ailleurs quand la 3D relief est présente. Malheureusement, l’activation du relief a toujours tendance à faire chuter le framerate en combat. Il est dommage que cela n’ait pas été résolu depuis le dernier épisode. Certains rares décors bénéficient d’un affichage 3D relief : c’est le cas des Bois Clémenti qui sont de toute beauté, en pleine exploration. On observera aussi que différentes vues peuvent être employées, plus ou moins loin, selon les endroits.

Les animations des personnages ont bénéficié de plus de soin, que ce soit pendant les cut-scene où ils vont faire de nombreuses mimiques amusantes, ou même sur le terrain. Les animations des Pokémon n’ont à priori pas changé depuis X & Y, mais on peut observer des petits effets plus soignés pendant les combats.

Les graphismes sont globalement beaucoup plus colorés et détaillés. Il suffit de rentrer dans un bâtiment pour s’en rendre compte. Les extérieurs bénéficient de petits effets supplémentaires comme du vent sur l’herbe ou des reflets sur l’eau. Ils sont très agréables à parcourir. Ajoutez à cela des illustrations de personnages bien jolies et des musiques encore plus entraînantes (celle des combats est meilleure que jamais) et vous vous retrouvez avec un univers à même de vous émerveiller et vous faire retomber en enfance (la belle, pas la niaise de Pokémon X & Y !)

Conclusion

Les retrouvailles avec Rubis et Saphir se sont très bien passées : nostalgie, améliorations narratives, esthétiques et de gameplay. Nous sommes encore loin d’avoir tout vu : les bases secrètes et les séquences de vol n’étant pas dévoilées au cours de notre progression. Une chose est sûre : le monde de Hoenn sera encore une fois le champ d’explorations incroyables que l’on a hâte de retrouver !