RYoGAmeOver

gameover > Tests > Preview : Animal Crossing New Leaf

Preview : Animal Crossing New Leaf

vendredi 3 mai 2013, par RYoGA

Prévu pour le 14 juin, le nouvel épisode de la saga Animal Crossing est fortement attendu sur 3DS. Depuis la Nintendo 64 chaque nouvelle console Nintendo accueille son épisode. En Europe c’est par la version gamecube mais surtout la version portable sur DS que le concept atypique de ce jeu a su trouver son public.

Preview publiée sur Puissance-Nintendo

Animal Crossing, un village où il fait bon vivre

Animal Crossing est une simulation de vie où, dans le rôle d’un avatar humain rondouillet, vous allez vivre aux côtés de vos animaux de voisins dans un petit village où les activités ne manquent pas. Jardinage, cueillette de fruits sur les arbres, pêche et revente des objets trouvés sont votre quotidien. Vous passez de longs moments à discuter avec le voisinage pour vous enquérir de leurs humeurs et échanger avec eux meubles ou vêtements, quand ils ne vous demandent pas directement un service.

La décoration de votre maison nécessite du temps et des clochettes (l’unité de monnaie) pour trouver l’intérieur qui vous convient. Des magasins en tout genre vous permettent de parfaire cette décoration mais aussi de changer votre look de la tête aux pieds. Mais tout n’est pas rose dans Animal Crossing : il vous faudra travailler "dur" pour rembourser le prêt colossal accordé par Tom Nook, l’agent immobilier du coin.

Hormis le remboursement des dettes, Animal Crossing est donc un jeu sans véritable fin ni objectif que l’on peut pratiquer en dilettante à raison de quelques minutes par jour. En effet, le jeu est calé sur l’horloge de la console et l’univers évolue en conséquence. La lumière du jour change et les habitants vaquent à leurs occupations quotidiennes. Les magasins ne sont ouverts qu’à certaines heures. Les saisons s’enchaînent, apportant à Animal Crossing un charme indiscutable.

Maire, ce n’est pas une activité de tout repos. Quoique.

La nouveauté principale de cet épisode est de vous mettre dans la peau du maire de la ville. En plus de votre maison, vous disposez d’un bureau à la mairie depuis lequel vous gérez les travaux publics.

Assisté par l’adjointe canine Marie, vous orchestrez la construction ou la démolition des différentes structures de la ville. Construire une fontaine, des bancs publics, des clôtures ou encore des lampadaires demande là encore des fonds à sortir de votre poche et à la sueur de votre front.

Il est en outre possible de voter des arrêtés municipaux pour décider des caractéristiques de votre village, comme la possibilité d’avoir des fleurs "éternelles" ou de voir les mauvaises herbes systématiquement arrachées . Là encore, vous devez régler les frais de dossier avec des clochettes sonnantes et trébuchantes.

Un centre commercial branché

Si quelques boutiques subsistent dans le voisinage, comme le bazar de quartier (géré cette fois par Risette la chèvre rose, qui vous permettra de vendre et même d’exposer vos objets), le plus gros des boutiques est déplacé au nord du village, au-delà du chemin de fer de la gare par laquelle vous êtes arrivé(e).

Tom Nook ne tient plus la boutique de proximité. Il a pris son activité d’agent immobilier très à cœur, au point d’en ouvrir un espace à part entière. Lionel la loutre, que l’on avait pu voir fureter ça et là dans d’anciens épisodes, a été engagé pour faire la comptabilité. Il est intraitable et vous proposera de changer les différentes parties de votre maison (balustrade, porte, toit, etc).

Le hérisson Layette tient toujours la boutique de couture. Blaise fait de l’humour décontracté alors qu’il vous vend des chaussures. La boutique de chapeaux fait son apparition. Racine le jardinier est là pour vous vendre les pousses et vous prodiguer ses conseils. Un photomaton permet de prendre un cliché à mettre sur le profil que vous partagez avec d’autres joueurs. Le club "MDR" était fermé quand nous sommes passé devant. Du coup on ne sait pas si on doit en rire.

La poste est toujours tenue de jour par la dame pélican Opélie. Elle vous permet de gérer vos courriers mais aussi de télécharger le "cadeau du moment". Le hibou du musée n’a pas changé d’un poil et il est toujours aussi narcotique. Il accueille vos dons en tout genre (poissons, insectes, ossements de dinosaure, tableaux) et les expose pour la postérité. Bref, "il vaut mieux passer à la poste hériter qu’à la postérité !" (Alphonse Allais)

Une île paradisiaque

Sur la plage, on se rend compte que l’on peut enfin entrer dans l’eau et nager sur quelques mètres. Attention aux méduses ! Au bord du ponton, vous trouvez Amiral, le joyeux propriétaire d’une petite chaloupe qui vous propose de votre rendre sur une île. Soit, embarquons ! Tandis que vous fendez l’écume, il vous fait cadeau d’une petite chanson de sa composition. Si le phrasé "yaourt" des personnages d’Animal Crossing est incompréhensible, vous serez très certainement séduits par la prose lyrique de l’amiral, heureusement traduite en français, comme tout le jeu.

La petite île tropicale dispose d’une maison où l’on vous propose des petites "excusions", avec des degrés de difficulté allant de une à trois étoiles. C’est l’ancien maire Tortimer qui supervise ces jeux qui vont du simple concours de plantation de fleurs, à de la plongée aux crustacés, à un jeu de marteau sur une taupe mécanique. Ces mini-jeux semblent être conçus pour être faits à plusieurs joueurs. Les objets gagnés lors de ces épreuves sont à déposer dans un panier, panier que l’on retrouve sur le ponton de départ une fois revenu au bercail. Pourquoi un tel transfert ? Amiral doit être cleptomane, c’est la seule explication.

Des petites nouveautés bienvenues

Animal Crossing New Leaf ne propose en dehors de cela rien de fondamentalement nouveau. Le style visuel et sonore reste le même, en plus soigné. Visuellement, la 3D relief apporte une immersion supplémentaire dans le village mais n’est jamais utilisée afin de modifier le gameplay. À ce propos on peut enfin sélectionner plusieurs objets en même temps sur l’écran tactile avec le stylet, mais aussi - enfin - avec les boutons. Cette fonctionnalité de base absente de la version DS - qui prônait alors le tout tactile pour des jeux soit disant plus intuitifs - facilitera grandement les ventes dans les magasins, où l’on pourra sélectionner en masse les objets à vendre.

Dans ces même magasins, les villageois viennent cette fois eux-aussi faire leurs emplettes ! Vous les trouvez par exemple devant un objet qu’ils hésitent à acheter. A vous de voir si vous voulez les pousser à l’achat ou au contraire les dissuader de le faire, vous réservant ainsi l’acquisition de l’objet. Vous pouvez à présent appliquer des motifs au sol, même dehors, que vous les ayez achetés ou créés. Imaginez tout ce qu’il est possible de faire ! Nul doute que les ajouts de ce genre sont nombreux. Quant au online nous n’avons pas pu le tester. Il sera à n’en pas douter une fonction majeure de cet épisode axé sur les échanges de créations.

Réfractaires au style d’Animal Crossing, ce n’est pas "New Leaf" qui saura vous convaincre ! Cet épisode est dans la continuité directe des précédents, une série charmante qui a su trouver son public au fil des années et créer une communauté forte. Futur incontournable, cette "Nouvelle feuille" pousse encore plus loin cet aspect communauté via les créations de motifs vestimentaires à échanger en ligne, fonctionnalités sur lesquelles nous reviendrons.