RYoGAmeOver

gameover > General > La GBA, cet objet de luxe *

La GBA, cet objet de luxe *

dimanche 2 juin 2013, par RYoGA


En 1999, après dix ans de domination totale de Nintendo sur le marché portable avec la Game Boy (et ses déclinaisons Pocket et Color), la fime annonce la Game Boy Advance. On change complètement de hardware et on se retrouve avec une 32 bits portable, qui dans les faits se rapproche plus d’une Super Nintendo portable, en témoignent les nombreux portages que l’on retrouvera dessus.

Un lancement réussi... mais les jeux ?

La Game Boy Advance sort officiellement au Japon le 21 mars 2001. Elle y rencontre un succès énorme. SEGA arrête la production de la Dreamcast et déjà un Sonic GBA est annoncé. La console est lancée le 11 juin aux Etats-Unis.

La console sort en Europe le 22 juin 2001. C’est un gros succès. Les jeux majeurs du line-up sont Castlevania : Circle of the Moon, F-Zero : Maximum Velocity, Rayman Advance, Kuru Kuru Kururin, et Super Mario Advance (Super Mario Bros 2).


Aucun d’entre eux ne m’attire mais je suis très fan de la console en elle-même alors je la prends sans jeux. Je suis assez confiant avec la ludothèque que pourra offrir la console. Et comme je n’ai jamais eu de Game Boy couleur (je n’ai qu’une pocket) je continue à jouer à Pokémon Argent (sorti en avril) en couleur !

À ce moment-là je finis mes études et cherche du boulot. Niveau jeu je reste donc un peu sur mes acquis, un peu comme à la fin de la Super Nintendo, en rejouant aux jeux 64 et en atomisant Pokémon, qui m’accompagne partout. Je fais l’impasse totale sur la Dreamcast, qui tombe au mauvais moment, puis la Playstation 2, trop chère et sans jeux à ses débuts. Du coup j’attends la Gamecube.

Mon premier jeu GBA est Mario Kart : Super Circuit en septembre. Je le dévore, même si ce n’est pas facile d’y jouer sur l’écran non rétro-éclairé de la console. Si sur le moment j’apprécie le jeu (c’est quand même mon premier jeu GBA), je suis rapidement déçu par l’esprit du titre, dont je me lasse rapidement. Les images de Wario Land 4 me font baver, mais je ne sauterais jamais le pas (et je n’y ai toujours pas joué !...) Advance Wars sort en janvier 2002 mais je ne suis pas du tout familier avec les tactical RPG à l’époque.


Je jette mon dévolu en mars 2002 sur Sonic Advance, la mascotte de SEGA sur console Nintendo pour la première fois ! J’adore le jeu. Je joue des heures au mini-jeu avec le Chaos, que je m’empresserai de transférer sur Gamecube dans le jeu Sonic Adventure 2 Battle. Quelle déception quand je découvre qu’on ne peut pas vraiment intéragir avec ce personnage élevé des heures durant ! En février est sorti le très chouette aventure-RPG Golden Sun, que je dévore sans façons. Classique, mais très bien réalisé.

Après je me concentre sur la Gamecube et je reviens sur la GBA en fin d’année pour le magnifique Metroïd Fusion ! Cela faisait huit années que l’on avait pas revu Samus Aran et le jeu est magnifique. Cette suite reprend le meilleur de Super Metroïd et le pousse plus loin avec des mouvements encore plus agiles pour Samus. Peut-être le fait qu’il soit sur portable et que j’ai du m’esquinter les yeux sur l’écran de la console joue t-il en sa défaveur car je préfère néanmoins la version 16 bits. Je ne l’ai pas refait depuis, je me réserve ce petit plaisir pour bientôt !

Beaucoup de jeux sortent sur la GBA, qui a le vent en poupe ! On retiendra Super Mario Advance 2 (Super Mario World), Castlevania : Harmony Of Dissonance, Breath Of Fire 1 puis 2, Megaman Zero, Dragon Ball Z : L’Heritage De Goku, et Super Mario Advance 3 : Yoshi’s Island qui est le deuxième jeu Nintendo de fin d’année.

Un super deuxième modèle... mais les jeux ?!

À cette époque, la bulle internet commence à exploser : pour les jeux-vidéo, voilà un an ou deux que de nombreux sites internet sont apparus, comme Jeux-video.com, Gamekult, Puissance-Nintendo. Ces sites changent considérablement la façon de suivre l’information. Moi qui passait mon temps à acheter des revues, voilà que l’info est diffusée en temps réel. Le monde des forums s’ouvre à moi, à vous, à nous. Nous communiquons alors sur les topics des jeux qui nous intéressent et les infos circulent entre passionnés qui ne se connaissent pas forcément. Fini le temps des cours de récré !

JPEG - 98 ko

Cela fait deux ans que la GBA est sortie, et voilà que Nintendo présente un deuxième modèle de sa console, qu’il présente comme un parfum, avec des jeunes branchés qui jouent et ont l’air heureux (c’est le début d’une ère marketing contestable), j’ai nommé la GBA SP. La publicité suivante aura aussi marqué pas mal de joueurs je pense !

Comment résister à son écran rétro-éclairé et son aspect plus compact ? Cette refonte de la console sort le 28 mars 2003. Pour moi il s’agit sans conteste du meilleur Game Boy que Nintendo ait créé.

Le même jour sort The Legend Of Zelda : A Link To The Past / Four Swords. Il s’agit à la fois d’un portage de Zelda 3 (juste mon Zelda préféré) et aussi d’un tout nouveau jeu, Four Swords, dans lequel on incarne un Link qui peut se quadrupler pour passer des énigmes. C’est ce jeu qui est ressorti en 2011 sur DSi à l’occasion de l’anniversaire des 25 ans de The Legend of Zelda. Sur le coup je n’accroche pas particulièrement à Four Swords, mais refaire Zelda 3 sur la nouvelle GBA SP me ravit totalement. C’est le début de l’ère portage pour Nintendo, entre les Mario Advance et les NES classics qui débarquent à partir de 2004.

Je craque aussi pour Sonic Advance 2. Malheureusement le titre me semble beaucoup moins bon que son prédécesseur, la faute à des graphismes aux couleurs douteuses et un challenge beaucoup plus ardu. Un portage de Donkey Kong Country sort en juin mais il est pour moi loupé à cause des graphismes qui en prennent un sacré coup par rapport à la version Super Nintendo. Impardonnable ! Par la suite on me prette Golden Sun : L’Age Perdu, ce qui me permet de boucler cette sympathique série.

C’est d’ailleurs à cette époque que je commence les Strips PN, BD sur Puissance-Nintendo !

JPEG - 26 ko

Parmi les bons titres de l’année sur GBA on retiendra Castlevania : Aria Of Sorrow, Wario Ware Inc. : Minigame Mania , Dragon Ball Z : L’Héritage De Goku 2, Mario & Luigi : Superstar Saga, Final Fantasy : Tactics Advance, Super Mario Advance 4 (Super Mario Bros 3), Advance Wars 2 : Black Hole Rising, ou Kirby : Nightmare In Dream Land. Le 20 juin sort le Game Boy Player, un socle à placer sous le Gamecube pour jouer aux titres GBA sur sa télé.

Mais pour moi le jeu de l’année reste Pokémon Rubis et Saphir. Il sort le 25 juillet 2003.

On remet les compteurs à zéro puisque les jeux ne sont pas compatibles avec les versions Game Boy/Game Boy Color. Il faut les attrapper tous de nouveau ! Mais toutes les créatures ne sont pas tous disponibles dans cette cartouche qui introduit la 3e génération (une gen dite "tristoune" à cause de ses graphismes plus ternes et d’une inventivité moindre) et il faudra compter sur d’autres titres à venir. Le jeu de l’année sur la portable donc, mais pas mon préféré. La GBA a décidément du mal à m’emballer !

La GBA sert aussi d’interaction avec la gamecube dans quelques jeux. L’utilisation la plus intéressante reviendra à The Legend of Zelda : the Wind Waker où l’on utilise le GBA comme un radar pour découvrir des coffres et exploser des ennemis avec les bombes de Tingle. Cela reste facultatif et tout à fait dispensable. Je suis curieux de voir comment Nintendo va adapter cette fonctionnalité dans le prochain remake sur Wii U qui sort à la fin de l’année (3DS ? Gamepad ?)

Sword of Mana, que j’attendais comme le digne successeur de Secret of Mana, fut une sacrée déception. Il s’agit d’un remake d’un jeu d’aventure linéaire paru sur Game Boy première du nom. On se retrouve face à un jeu très joli certes, mais très classique. C’est Metroid : Zero Mission qui me séduit en offrant un remake (oui, encore) aux petits oignons du premier Metroïd (et en y ajoutant un final génial !).


Je me laisse tenter par Final Fantasy I & II : Dawn of Souls et peux enfin découvrir les premiers épisodes de la mythique saga. Les jeux ont pas mal veilli, mais restent praticables. On me prette The Legend Of Zelda : The Minish Cap, que je fais sans passion. J’ai décidément du mal avec les Zelda made in Capcom. Je viens de le relancer pour voir ce qu’il en est.

Mais c’est surtout Pokemon version Vert Feuille (et Rouge Feu) qui me fait redécouvrir le premier épisode de la série, totalement magnifié par les différents ajouts propres à cette version (dont un adaptateur wireless : fini les câbles link !)

Je participe d’ailleurs pour la seule et unique fois de ma vie à un championnat Pokémon, les Pokélord Masters ! J’avais entraîné mes Pokémon toute la nuit pour arriver au niveau 100, minimum requis !

.

2004 c’est aussi Mega Man Zero 3, Fire Emblem, les NES classics, Kirby And The Amazing Mirror, Donkey Kong Country 2, Sonic Advance 3, F-Zero GP Legend, Boktai : The Sun Is In Your Hand, Shining Force : Resurrection Of The Dark Dragon...

En 2005, tandis que la DS est sortie, la GBA fait sa vie avec DK : King Of Swing, Astro Boy : Omega Factor, Yoshi’s Universal Gravitation, Kingdom Hearts : Chain Of Memories, Dragon Ball Advanced Adventure, Mega Man Zero 4, Fire Emblem : The Sacred Stones, Donkey Kong Country 3, GunStar Future Heroes et Pokemon version Emeraude.

Un troisième modèle pour la gloire ?

À l’E3 2005, contre toute attente, Nintendo va présenter la GBA Micro. Minuscule, la console se veut la machine portable parfaite. En effet, il est possible de la sortir de poche de chemise. Son écran est aussi alors celui qui se fait de mieux (il est bien meilleur que l’écran de la GBA SP et même que la DS première du nom). Malgré ça et un prix rikiki la console va passer totalement inaperçue !

Pendant un temps objet de convoitise, j’ai eu la chance de la trouver sur un vide-grenier à un prix ridicule. C’est une excellente machine, avec une prise casque (ce que n’avait pas fait la SP) et bien un écran de fou !

JPEG - 114.7 ko

En 2006 la console n’est plus officiellement alimentée en jeux par Nintendo mais va recevoir encore pendant deux ans des titres à licence de toutes sortes. Aussi surprenant que cela puisse paraitre, Square-Enix va successivement sortir des remake de ses titres phares : Final Fantasy IV Advance en 2006, Final Fantasy V Advance en 2007 et surtout Final Fantasy VI Advance deux mois plus tard. Les jeux sont intégralement traduits en français pour la première fois et le fait qu’ils aient bénéficié de petites sorties (5000 exemplaires pour FVI) en font des jeux rares et très chers aujourd’hui.

Une seconde vie

La GBA laisse sa place à la Nintendo DS et disparait des circuits. Ses jeux reviennent sur le devant de la scène fin 2011 à l’occasion du programme ambassadeur orchestré par Nintendo pour calmer les premiers acheteurs de la 3DS au prix fort alors qu’une baisse de prix survient à peine trois mois après la sortie de la machine.

Ces "ambassadeurs" se voient offrir les jeux suivants : Yoshi’s Island : Super Mario Advance 3, Mario Kart : Super Circuit, Metroid Fusion, Wario Ware Inc. : Mega Mini-Jeux, Mario vs. Donkey Kong, F-Zero : Maximum Velocity, Wario Land 4, Kirby et le Labyrinthe des Miroirs, Fire Emblem : The Sacred Stones, The Legend of Zelda : The Minish Cap. À savoir rien de moins que les meilleurs jeux de la machine. Les jeux sont encore inédits en téléchargement pour les autres joueurs. Bientôt sur l’eshop ?

Quand on pense à tous les jeux sortis sur cette console, on peut se dire qu’elle a été bien gâtée. Je pense que je suis passé à côté, du fait que j’étais principalement en train de jouer sur Gamecube et que je n’étais pas familiarisé avec certains genre comme le tactical (Advance Wars, Fire Emblem, Castlevania, remake RPG ou jeux de course). Beaucoup de jeux m’avaient déçu, j’étais donc resté méfiant. Les jeux de la GBA sont pour moi à redécouvrir.

* objet de luxe pour le ratio "console-jeux" achetés !

1 commentaire

  • #
    22 juin 2013  23:50

    Un peu honte de le reconnaître, mais je crois que c’est la machine Nintendo que j’ai le moins aimée parmi celles que j’ai possédé, avec la Virtual Boy.

    Quelques moments sympa dessus quand même , avec l’orgasmique Metroid Fusion, pour lequel je me serais fait couper un bras si il l’avait fallu, et son petit frère Metroid Zero Mission, qui reste a mes yeux le jeu le plus maniable jamais sorti.

    J’aurais une pensée aussi pour le premier Advance Wars, qui m’a bien pourri l’existence, ou encore les Castlevania Harmony of Dissonance et Aria of Sorrow.

    Je rajouterai Wario 4 pour son coté "jeu micro des années 90" et Wario Ware pour sa folie furieuse, DBZ Legacy of Goku 2 et ça sera tout, toutes les grosses licences dessus m’ayant déçu, surtout l’ultra creux Mario Kart.