RYoGAmeOver

gameover > Coups de coeur > La Master System, ma première SEGA

La Master System, ma première SEGA

mardi 7 mai 2013, par RYoGA

La Master System dans le monde des grands

Après plusieurs tentatives d’introduction de consoles de jeu au Japon SEGA lance en octobre 1985 la SEGA Mark III, le nom japonais de la Master System sous la forme qu’on lui connait. C’est deux ans après la Nintendo NES qui a déjà une sacrée longueur d’avance. Super Mario Bros vient de sortir et devient le succès phénoménal qu’on lui connait. Ce n’est pas la conversion des nombreux titres de l’arcade ou la sortie en 1986 de Alex Kidd in Miracle World, un jeu de plateformes très sympathique développé pour contrer Mario, qui y changera quelque chose. La console sort aux États-Unis en juin 1986 et floppe aussi. Elle sort finalement en Europe en 1987, tout d’abord distribuée par Mastertronic, puis Virgin Loisir un an plus tard. C’est en fait en Europe que la SMS va marcher le mieux, grâce à une communication agressive ("SEGA c’est plus fort que toi !") et des jeux variés qui trouveront leur public.

En quelques années la SEGA Master System se forge tout de même une jolie ludothèque, entre les jeux d’arcade (Golden Axe, Out Run, Double Dragon, Shinobi, Super Monaco GP...) , les jeux d’action (Mickey Castle of Illusion, Wonder Boy 1, 2, 3, Psycho Fox...), les shoot’em up (Space Harrier, R-Type, Choplifter, Fantasy Zone, Cloud Master...), les jeux de rôle (Phantasy Star, Y’s, Golvellius, Ultima IV, Golden Axe Warrior...) ou encore les jeux de sport (California Games, World Soccer, Tennis Ace...).

Premiers pas de RYoGA chez SEGA

En ce qui me concerne je suis loin de connaître tout ça. C’est surtout Nintendo qui fait l’actualité dans les magazines jeunesse. Je regarde tourner les jeux Nintendo en magasins, ça a l’air chouette, mais les prix sont inabordables. Ce n’est qu’en 1991 que je découvre la Master System chez un ami qui possède Alex Kidd in Miracle World. C’est le coup de foudre ! Peu de temps après j’ai la Master System premier modèle avec Alex Kidd intégré directement dans la console. Il suffit d’appuyer sur le bouton power pour jouer !

Je l’ai toujours ! Regardez, elle vous fait risette !

Alex Kidd in Miracle World est donc mon premier jeu sur cette console. Il m’occupe un bon moment car le terminer n’est pas si simple ! Après vient le moment de choisir un second jeu. Ce qu’il faut savoir c’est qu’à ce moment-là le seul moyen d’avoir des infos sont ces petits dépliants glissés dans la console ou les boites de jeux. Les jeux, classés par genre, sont pour certains dévoilés grâce à un screenshot, que l’on scrute méthodiquement. Un peu dur non ?

Mon choix se porte donc sur une valeur sûre : Mickey, dans une aventure appelée Mickey Castle of Illusion. Le jeu est un pur ravissement. La grosse sortie du moment semble être Alex Kidd in Shinobi World. Je ne connais alors pas du tout Shinobi, mais Alex Kidd oui, donc c’est parti mon kiki ! Je découvre un excellent jeu, bien meilleur que l’opus Megadrive (qui était déjà sorti alors), mais ça je ne le savais pas encore ! Comme je suis plutôt axé jeux de plateformes je continue avec The Lucky Dime Caper starring Donald Duck qui, s’il n’est pas QuackShot, reste un très bon jeu avec le canard. Il faut dire qu’à cette époque tous les jeux Disney étaient un gage de qualité.


J’enchaîne avec une autre licence, Astérix. Le jeu est créé par SEGA Japon pour le marché français, ce qui entraîne une jolie traduction française et un respect certain de la bande-dessinée. Un jeu qui m’aura visiblement marqué puisque j’écris "le meilleur jeu de la Master System pour moi" dans un de mes cahiers d’enfant (encore des choses à scanner !) Je me laisse séduire par Bubble Bobble et ses cent tableaux (deux cents pour les courageux !). Un jeu que j’aimais beaucoup mais la personne à qui je l’avais prêté ne me l’a jamais rendu. Si vous le voyez traîner en loose vous savez quoi faire !... On termine l’année 1991 par la version Master System de Sonic the Hedgehog, dont je ne dis que du bien dans le dossier que j’ai consacré à l’échidné bleu ! Sonic est depuis quelques mois la mascotte de SEGA, laissant Alex Kidd sur le carreau.

La Master System déjà à la retraite

Entre temps le magazine Mega Force est sorti et permet d’en savoir plus sur l’actualité de SEGA, et notamment de la Megadrive. Quelques semaines plus tard je passe à la 16 bits de SEGA et n’achète plus de jeux Master System. Il n’y a plus pour moi de sorties de jeux qui justifient leur achat. Nombreux sont les titres qui sortent en deux versions : une pour la Megadrive et une pour la Master System. Les versions 8 bits sont systématiquement moins bonnes. La Master System récolte d’autre part tardivement de quelques portages de succès Megadrive, comme Streets of Rage, Wonderboy V, Taz Mania, Global Gladiators... En 1992 la Master System sort en Europe dans sa version relookée : la Master System II. La console tire sa révérence en Europe au cours des années 1994-1995. Elle continuera sa folle carrière au Brésil où seront faits exclusivement là-bas des relooking de la machine et des conversions de jeux, comme Earthworm Jim en 1996 ou Street Fighter 2 en 1997 !

Ce qui ne m’empêche pas de vous parler de quelques jeux prêtés, donnés, ou joué chez des amis ! J’ai notamment eu la chance de pouvoir faire les trois Wonderboy. J’ai particulièrement aimé Wonderboy in Monster Land (le deuxième épisode) et Wonder Boy III : The Dragon’s Trap qui ont été mes premiers action-rpg. Psycho Fox est l’un de tous meilleurs jeu de plateformes de la Master System, avec son système de changement de personnages aux pouvoirs différents.


Cloud Master est un shoot’em up exigeant dans un monde coloré et mignon. Pour rester dans le genre, R-Type est un classique. Mon coup de cœur revient à Rampage, un jeu qui ne paie pas de mine mais qui est terriblement accrocheur, surtout à deux joueurs en même temps. Dans la peau d’un monstre géant le but est de détruire à gros coups de poing des immeubles tableau après tableau, en mangeant les humains qui crient au secours depuis leur fenêtre, tout en évitant les chars et les hélicoptères qui vous mitraillent. En les explosant du poing ou en les bouffant. Tiens, je pense aussi à Spiderman, qui m’avait bien occupé. Il me semble injouable aujourd’hui.

Il vaut mieux tard que jamais

La Master System est une console que j’ai peu ressortie de sa boite depuis tout ce temps. L’achat d’un Master System Converter (qui permet de lire les jeux Master System sur Megadrive) y est pour beaucoup ! Il y a peu de jeux que j’ai eu envie de faire par la suite, histoire de varier les plaisir ou de rattraper quelques lacunes. J’ai essayé quelques titres qui m’ont laissé plutôt froid (Shinobi, Ninja Gaiden, Mickey Land of Illusion, Kenseiden, Strider, Y’s, Golden Axe Warrior...). Et puis Aladdin est revenu à mon souvenir. Fin 1993, bien que différent de la sublime version Megadrive, il était de qualité, avec une réalisation superbe, mais il avait pour défaut de se finir d’une traite en moins d’une heure. 345 francs l’heure c’était un peu cher à l’époque, comparé aux autres titres. C’est pourquoi je n’ai eu aucun scrupule à le prendre pour quelques euros il y a peu. Tom & Jerry me faisait de l’œil aussi mais je n’ai pas sauté le pas. Fantasy Zone me branche bien aussi, mais je me dis que tant qu’à faire mieux vaut passer directement à la version Megadrive. Des objections ?

Et puis le coup de cœur ultime je l’ai finalement au détour d’une petite boutique de jeux d’occasion. C’est un peu le saint Graal de la Master System : Phantasy Star. Un genre de jeu qui ne m’intéressait pas un copec il y a vingt ans, et qui avec le temps a su façonner mon goût. Voilà que je le trouvais en boite et notice, comme sorti d’un rêve. Je l’ai dévoré, comme en témoigne mon article, qui tombait pile poil pour les 25 ans du jeu au Japon.

Voilà pour mon parcours personnel avec la Master System ! Racontez-moi les vôtres ! On se donne rendez-vous pour la Megadrive d’ici quelques temps. Là ça va être plus coton !

4 commentaires

  • #
    14 mai 2013  02:10

    Dur de commenter sur un monument personnel, très dur !
    J’ai commencé a vraiment fondre pour SEGA et par extension, pour les jeux avec cette machine, arrivée chez moi a l’état de carcasse et remise sur pied a l’aide d’un composant a 2 francs (oui, la monnaie des oldies :D) et utilisée avec une alim de récup et un pad d’atari 7800.
    Souvenir d’une baffe graphique avec Alex Kidd In shinobi world.
    Souvenir des longs fantasmes sur les catalogues délicatement quadrillés de la marque, me voyant pilote de sous marin, de satellite, Ninja a mes heures ou barbare en slip.
    Souvenir d’avoir croisé un de ces jeux tout en anglais , ou on "save" ses parties , nommé Y’s qui va devenir mon jeu de l’année près de 22 ans plus tard.
    J’en aurai tant a raconter !
    Et a l’heure actuelle, toujours ce plaisir d’y retourner, pour ses couleurs vives, et son son si caractéristique, pour son logo rieur a a l’allumage.
    Pfiou que je l’aime.

  • #
    15 mai 2013  03:49

    Oui, je te spamme quasiment, c’est mal, je mérite le fouet.
    "Fantasy Zone me branche bien aussi, mais je me dis que tant qu’à faire mieux vaut passer directement à la version Megadrive. Des objections ?"
    OBJECTION ! (mmmh)
    J’ai un amour certain pour le sieur Opa Opa, depuis Zillion.
    J’ai donc pratiqué assez fortement la série, et étrangement, je n’arrive pas du tout a accrocher a la version Megadrive, alors qu’elle est franchement jolie comme tout. Mais je sais pas, l’ambiance m’y parait moindre.
    Alors que sur Master System, certes, le premier peut provoquer une overdose de couleurs pâle, mais l’ambiance est bien plus accrocheuse, quand au second ; qui m’a intrigué rien que par son sous-titre "Tears of Opa Opa" au point de me surmotiver a le finir pour comprendre (et l’explication est pas banale, d’ailleurs le premier est assez tragique aussi, qui l’eut cru avec un jeu aussi mimi ?) , j’en suis un fan total, c’est une pure tuerie visuelle !
    Pour finir, l’opus Game Gear (Fantasy Zone Gear), je crois qu’un screenshot suffirait a te faire sourire, perso je bavais sur les photos de ce jeu :D
    Je vous recommande chaudement tout cela en tout cas !

  • #
    15 mai 2013  11:54

    Donc, à l’image de Alex Kidd sur Megadrive (qui lui est franchement raté), Fantasy Zone, c’est plutôt sur Master System ! Ok, je le note, cela me fera un jeu en plus à trouver sur cette jolie console ! Sinon plutôt le 1 ou le 2 ?

  • #
    15 mai 2013  12:59

    Ah ça l’ Alex Kidd MD...C’est incompréhensible de s’être autant foiré !
    Pour le Super Fantasy Zone MD par chance, c’est loin d’être a ce point, c’est juste une question de charme qui opère moins je dirais, et pour l’opus MS a essayer en priorité, je propose vraiment le second !
    Et si tu veux un peu de lecture sur le gameplay de cette série :
    http://www.grospixels.com/site/fzone.php