RYoGAmeOver

gameover > Coups de coeur > Les transferts de Pokémon à travers les générations

Les transferts de Pokémon à travers les générations

, par RYoGA

Après l’article sur les différents épisodes de la saga Pokémon, en voilà un que je voulais absolument écrire depuis des années concernant les fameux monstres de poche. Génération après génération, j’ai passé un temps incroyable à transférer mes créatures d’une cartouche à l’autre. A l’heure où le service Pokémon Home, nous permettant de rapatrier toutes nos créatures online, est enfin disponible, je voulais faire le point sur ces différentes étapes de transfert. Accrochez-vous !

Cet article parlera aussi bien des méthodes pratiques (adaptateurs physiques ou logiciels) que des méthodes en jeu (procédures intégrées à l’aventure) pour pouvoir transférer les Pokémon. Je vais essayer d’être le plus complet possible, même s’il ne sera pas évident de se rappeler toutes les nuances (et souvent contrariétés) que chaque transfert a impliqué !

Premier cas : les versions Gameboy et le câble Link

Si le câble Link a d’abord servi à faire des parties de Tetris à deux, il a surtout été le salut de Nintendo en permettant d’échanger des Pokémon dans les premières versions. Un câble qui servira pour les différents modèles de Gameboy, que ce soit le modèle gris d’origine, les versions Pocket ou encore Color.

En se rendant à un bureau dédié dans le Centre Pokémon, il était en effet possible d’échanger des créatures entre deux consoles dans les versions Rouge, Bleu et Jaune.

Dans la génération suivante, entre Or, Argent, Cristal c’est la même chose (on utilise le "Bloc Temporel" à l’étage du Centre Pokémon). Il est possible d’échanger des Pokémon entre les première et deuxième générations, mais il n’est évidemment pas possible de transférer ceux de la deuxième vers les premiers jeux, où ils n’existent pas (et à vrai dire, quel intérêt, toute la première aventure étant disponible à la suite des jeux de la seconde génération) !

Une manipulation assez simple à effectuer permettait d’ailleurs de cloner ses Pokémon (et des objets leur étant attachés). C’est sans doute pourquoi, pour la troisième génération sur Game Boy Advance, le développeur Game Freak n’a pas permis que l’on importe les Pokémon des jeux sus-cités vers les Pokémon Rubis et Saphir. On trouvait d’ailleurs dans cet épisode des Pokémon des anciennes générations. Mais il fallut attendre Pokémon Vert-Feuille et Rouge-Feu, les remake des premiers épisodes, pour pouvoir remettre la main sur les premiers Pokémon.

Deuxième cas : les versions GBA et le câble Link / adaptateur sans fil

Entre Pokémon Rubis/Saphir/Émeraude et Vert-Feuille/Rouge-Feu, aucun problème de transfert via le nouveau câble Link (dont l’embout est un poil différent que celui d’origine). Les remakes Vert/Rouge proposent même d’effectuer pour la première fois des transferts via un adaptateur sans fil utilisant les infrarouges. Tous les modèles de GBA sont compatibles : la version de base de 2001, la GBA SP de 2003, et même la GBA Micro (qui en link nécessite apparemment un câble spécifique, le "Câble Game Boy Micro Link").


A ce stade-là, il est à peu près possible d’avoir l’intégralité des trois premières générations sur ses jeux GBA. Pour Rubis/Saphir, il faut rétro-activement rapatrier les Pokémon de Vert/Rouge. Ou aller de l’avant et transférer Rubis/Saphir vers Vert/Rouge, avant de pouvoir passer à la suite. Quelques Pokémon fabuleux sont alors encore inaccessibles, mais ça, c’est une habitude que les joueurs de Pokémon devront prendre, Nintendo ne les distribuant que lors d’événements spéciaux.

Troisième cas : des consoles portables aux consoles de salon

Petit aparté pour rappeler que des jeux console de salon pouvaient bénéficier de nos Pokémon capturés sur Game Boy.

C’est le cas de la Nintendo 64 qui via un adaptateur nommé "Transfer Pack" permettait d’importer des Pokémon de Rouge/Bleu vers Pokémon Stadium puis de Rouge/Bleu/Jaune/Or/Argent vers Pokémon Stadium 2. Il nous était alors possible de combattre avec nos Pokémon dans la section combat, ou encore d’utiliser notre jeu pour simplement y jouer sur la télévision. Attention néanmoins à ne pas supprimer sa sauvegarde du jeu portable, sous peine de voir les créatures perdues à jamais dans le stade.

Plus tard sortent quatre jeux Pokémon sur Gamecube, avec différentes interactions avec les cartouches Game Boy Boy Advance. Mais ils ont tous en commun d’utiliser un AUTRE câble (ça commence à en faire beaucoup) ! Un câble qui sera réutilisé pour quelques autres jeux Gamecube, comme Final Fantasy Crystal Chronicles ou encore Zelda Four Swords, pour ne citer qu’eux.

Les deux premiers sont des jeux d’aventure 3D, Pokémon Colosseum (2003) et Pokémon HD : le Souffle des Ténèbres (2005) qui, contrairement aux Pokémon Stadium, ne permettent pas de jouer avec nos créatures des jeux portables. Il n’est même pas possible de les importer. En revanche il est possible d’exporter du jeu Gamecube vers les jeux GBA les Pokémon du mode histoire. C’est ainsi que vous pouvez entre autre récupérer les deux légendaires Ho-Oh (Colosseum) et Lugia (XD), qu’il était impossible d’avoir dans les jeux GBA jusqu’à présent. Dans mon souvenir les obtenir est particulièrement fastidieux, mais quelle récompense alors !

Le troisième jeu Gamecube, Pokémon Channel, permettait d’obtenir le Pokémon Fabuleux Jirachi, à transférer sur GBA. A l’époque je ne l’ai pas pris, parce que 60 euros le Pokémon, tout fabuleux qu’il soit, ça faisait beaucoup ! D’autant que Pokémon Channel n’était pas vraiment un jeu, mais plus un centre média où l’on regardait des contenus et interagissait avec un Pikachu.

Le quatrième jeu Gamecube est Pokémon Box, ni plus ni moins qu’un utilitaire de stockage Pokémon. Très bien fait et pratique, on peut transférer toute une boite d’un coup et même effacer la sauvegarde du jeu d’origine sans que les Pokémon transférés ne disparaissent : on peut donc refaire le jeu GBA pour obtenir de nouveaux Pokémon et les transférer à loisir sur sa sauvegarde, qui se trouve ni plus ni moins sur une Memory Card Gamecube.

Quatrième cas : de la GBA à la Nintendo DS

Tous les Pokémon des versions GBA peuvent être ensuite transférés sur les premiers jeux Nintendo DS, à savoir Pokémon Diamant/Perle/Platine, puis Or Heartgold/Argent Soulsilver (les remakes des deuxièmes épisodes). On parle ici bien de transfert définitif, les Pokémon ne pouvant plus jamais retourner sur les cartouches GBA une fois l’opération faite.

Si en jeu les échanges s’effectuent par Wifi local ou en ligne (la GTS apparait pour la première fois ; les services DS en ligne ont d’ailleurs fermé en 2014), le transfert s’effectue de manière physique puisqu’il est possible d’insérer les cartouches GBA dans le port dédié des premiers modèles de Nintendo DS (DS "tank" et Lite).

L’opération ne peut se faire qu’une fois que l’on a terminé le jeu DS et obtenu le Pokédex National. Depuis le menu du jeu, l’option "importer depuis jeu GBA" est disponible. On choisit alors les six Pokémon que l’on souhaite transférer. Seulement 6 Pokémon PAR JOUR. Il faut alors se rendre dans le bureau de la zone du "Parc des amis", où l’on pourra transférer ces Pokémon, Pokémon qu’il faut ensuite recapturer dans le parc en question, bien heureusement avec six Pokéball qui font mouche du premier coup.

Quand on pense aux centaines de Pokémon que l’on possède déjà alors sur nos cartouches GBA, cette procédure est alors tout simplement abominable. Il est impossible de changer la date de sa console pour aller plus vite, le jeu repérant l’arnaque et nous bloquant les transferts pendant 24H. Je me souviens que j’avais trouvé une astuce qui consistait en gros à switcher de Nintendo DS une fois sur deux pour pouvoir enchaîner les transferts. Mais même avec ça, j’y ai passé des jours et des jours. Je viens de vérifier mon temps de jeu sur ma cartouche Diamant : 386 heures de jeu (alors qu’il ne m’avait fallu que 24h de de jeu pour boucler l’aventure) !!! En plus à l’époque (à l’exception de Pokémon Box), il fallait encore déplacer les Pokémon UN à UN dans les boites.

Autant dire qu’à cette époque, je n’ai pas transféré tous mes Pokémon des cartouches GBA sur lesquelles il en reste encore beaucoup ! Je viens même d’essayer de rapatrier d’ultimes Pokémon d’une cartouche GBA d’occasion que j’ai récupérée plus récemment. Mais la procédure est tellement pénible que je préfère abandonner. J’avais du courage à l’époque ! La restriction journalière a heureusement sauté lors de la sortie des Pokémon Or Heartgold/Argent Soulsilver.

A noter que c’est la dernière fois que l’on peut transférer des objets avec les Pokémon, ce qui était bien pratique pour migrer le contenu de son inventaire. Par la suite ce ne sera plus possible, les objets attachés restant dans l’inventaire du jeu d’origine.

Cinquième cas : de la Nintendo DS à la Nintendo DS

Au sein d’une même console, la Nintendo DS, on assiste à la coexistence de deux générations de Pokémon, la quatrième et la cinquième. Il n’est malheureusement pas possible de faire directement des échanges entre les versions de différentes générations. Il va falloir une nouvelle fois passer par un système de transfert des anciennes versions vers les nouvelles, sans retour possible.

Pour faire ce transfert, il faut cette fois carrément deux Nintendo DS, l’un avec une cartouche Pokémon Diamant/Perle/Platine/Or Heartgold/Argent Soulsilver (source) et l’autre Pokémon Noir/Blanc/Noir 2/ Blanc 2 (cible).

Une fois encore, il faut avoir terminé le jeu et obtenu le Pokédex National. Le Laboratoire "Poké Fret" nous permet de choisir six Pokémon à transférer et qu’il faut récupérer dans la foulée à l’occasion d’un mini-jeu ignoble où l’on doit envoyer des Pokéball en visant bien. On rate beaucoup, les Pokémon sortent des balls... comme si on avait que ça à faire ! Heureusement on peut faire autant de sessions de six Pokémon que l’on veut, mais c’est une véritable torture si l’on a à transférer tous les Pokémon de toutes ses précédentes versions. PLUS JAMAIS ÇA !

Sixième cas : de la Wii aux versions DS

Je fais rapidement mention du fait qu’il était possible d’exporter des Pokémon spéciaux de Pokémon Battle Revolution sur Wii vers les jeux DS Diamant/Perle/Platine/Or HeartGold/Argent SoulSilver, ce qui en faisait quasiment son seul intérêt vu comme le jeu de combat était très mauvais. On pouvait ainsi récupérer un Pikachu surfeur, mais aussi des Elekable et Maganon.

Sur WiiWare on trouvera le sympathique Pokémon Ranch, un parc pour stocker les Pokémon venus de Diamant / Perle. ll est possible d’y déposer jusqu’à 1 000 Pokémon (provenant au maximum de 8 cartes DS Pokémon). Déposer 1 000 Pokémon permet d’ailleurs d’obtenir un Mew, ce qui n’est pas négligeable alors (je crois que c’était mon premier Mew !). Tout ce qui y est déposé n’est pas lié aux sauvegardes des jeux DS, nous pouvons donc relancer des parties de zéro si on le souhaite. La connexion entre la Wii et la DS se fait par Wifi.

Septième cas : de la Nintendo DS à la Nintendo 3DS

Pour transférer (sans retour possible encore une fois) tous ses Pokémon des jeux DS Pokémon Noir/Blanc/Noir 2/Blanc 2 aux jeux 3DS Pokémon X/Y puis Pokémon Rubis Oméga/Saphir Alpha, il faut une Nintendo DS et une Nintendo 3DS.

Avec la PokéBank, application de stockage qui sort le 4 février 2014 en Europe sur Nintendo 3DS, sort également l’application complémentaire Poké Transfert, qui va servir à faire migrer les Pokémon DS vers la Banque Pokémon. Ce service servira également à transférer deux ans plus tard les Pokémon issus des jeux de la Virtual Console : Pokémon Rouge/Bleu/Jaune/Or/Argent/Cristal.

Il devient possible de faire migrer toute une boite de Pokémon DS d’un coup vers une boite de la PokéBank... et ENFIN, BON SANG, c’est super pratique. Ces systèmes utilisent Internet et la PokéBank est un service payant (4,99 euros l’année) : Poké Transfert étant un service gratuit qui ne fonctionne pas sans la Banque. Entre début février et le 14 mars 2014, le service est gratuit, ce qui est largement suffisant pour transférer tous ses Pokémon vers les jeux X/Y sans avoir à payer un centime. En tous cas, moi, ça m’a largement suffit.

La Pokébank sert à stocker jusqu’à 3000 Pokémon (en ligne), ou de passerelle vers les différents jeux Pokémon 3DS.

Les sorties de Pokémon Soleil/Lune puis Pokémon Ultra-Soleil/Ultra-Lune ne changeront pas trop la donne. Tous utilisent la PokéBank et Poké Transfert, qui se mettent à jour pour autoriser les échanges et les transferts, dans les limites logiques employées jusqu’ici.

Huitième cas : de la Nintendo 3DS à la Switch

Le 12 Février 2020 sort Pokémon Home, la nouvelle application sur Nintendo Switch et mobile qui prend le relai de la Pokémon Bank, avec quasiment les mêmes fonctionnalités, à savoir gérer, échanger et conserver ses Pokémon. La Pokémon Bank est toujours disponible en parallèle et aide même à transférer les Pokémon des versions 3DS vers Pokémon Home. Cette chaîne fonctionne grâce à Internet et utilise le principe du Cloud de données pour nous permettre de stocker en ligne les Pokémon et d’y avoir accès à tout moment, que ce soit sur Switch ou sur son mobile.

Les deux versions, console et mobile, sont sur le même moule mais légèrement différentes : la version mobile permet par exemple de faire des échanges, ce que la version console ne permet pas. Les jeux Pokémon Épée et Bouclier ayant les habituels systèmes d’échanges internes, qui peuvent maintenant se réaliser en nous sollicitant à même l’aventure.

Pokémon Bank est un service payant (sur l’eshop : 2,99€ pour un mois, 4,99€ pour trois mois, et 15,99€ pour une année entière, renouvelables ; un peu plus cher sur mobile mais on a la version mobile d’office si on prend la version eshop, bizarre).

Pendant un mois à partir de la sortie de Pokémon Home, la PokéBank (et donc Poké Transfert) a été gratuite, ce qui m’a permis de transférer TOUS mes Pokémon stockés sur mes cartouches 3DS vers Pokémon Home. J’avoue que ça m’a fait bizarre d’enlever des cartouches et de les savoir comme ça quelque part dans les "nuages", mais je me suis fait une raison. A noter que cette fois, de Bank sur 3DS à Home sur Switch, TOUTES LES BOITES peuvent se faire d’un coup, il y a juste un code à rentrer dans les deux minutes pour valider le transfert.

Home vient d’être lancé, et tous les transferts ne sont pas encore effectifs, comme par exemple la possibilité de transférer directement les Pokémon de Pokémon Go à l’application. Ensuite, tous les Pokémon ne peuvent pas encore être balancés dans Pokémon Épée/Bouclier, ce le sera sans doute à terme.

Neuvième cas : de l’appli mobile à la Switch

Un mot rapide sur Pokémon Let’s Go Pikachu/Evoli sur Switch, qui n’a pas attendu Pokémon Home pour permettre des échanges avec Pokémon Go. C’était un peu fastidieux, et je vous ai même raconté tout ça dans une vidéo explicative. Ce transfert sera d’ailleurs quasiment inutile lorsque Pokémon Go sera directement compatible Pokémon Home.


Attrapez-les tous !

La capture et les transferts dans les jeux Pokémon ont pour moi presque été plus importants que les aventures eux-même. Je fais donc parti de ces mordus qui, génération après génération, ont consciencieusement transféré leurs créatures. Je ne saurais dire si c’est très utile en soit, on retrouve la plupart des créatures années après années dans les différents épisodes ou remake.

Mais ce qui fait mon plaisir et en quelque sort ma fierté, c’est de me dire que parmi mes créatures figurent des Pokémon datant de la plus ancienne version du jeu compatible : les versions Rubis et Saphir, sorties en 2003 sur Game Boy Advance. J’aurais même eu des Pokémon datant de 1999 et des premiers jeux si Game Freak avait réussi à faire le pont entre la Game Boy et la GBA à l’époque.

Alors maintenant que j’ai tout réuni dans Pokémon Home, que j’y ai DEUX FOIS le Pokédex complet (si si), des boites nommées et bien rangées... je n’ai plus qu’à attendre que le Cloud implose !! Blague à part, il est certain qu’il faudra un but prochain, et j’avoue que j’aimerais bien faire le point sur le degré d’ancienneté des Pokémon, et retracer via les numéros d’ID (identité) les différentes provenances de tous ces Pokémon. En écrivant cet article je me suis ainsi rappelé qu’il y avait eu des distributions spéciales de Pokémon dont j’avais pu profiter.

On trouve sur Internet de nombreux schémas qui récapitulent tout ce que je viens de détailler. Je les trouve plutôt drôle, et je n’ose imaginer la torpeur d’un joueur qui souhaiterait aujourd’hui transférer des Pokémon d’une cartouche Game Boy Advance à Pokémon Home ! Je lui souhaite bien du courage !

1 commentaire

  • #
    13 mars  00:52

    Eh bien quel boulot ! Je n’ai pas grande connaissance sur le sujet , un peu (beaucoup ) par ma propre faute, mais je sais où je devrais me rendre pour glaner des infos. Bravo !