Journal de bord

journal / Petit tour au pied des Andes

Petit tour au pied des Andes

5 février 2014, par gasp, Mendoza Capital, Argentina

Jeanne-Marie et moi sommes partis quelques jours à l’ouest de l’Argentine. Mendoza Capital, la ville de Mendoza chef lieu de la région éponyme.

Mendoza

À 1000 km, soit quelques heures d’avion à l’ouest de Buenos Aires Capital, Mendoza est mondialement connue pour ses vignobles. Grande ville située dans l’aride Pampa au pied des Andes, cette ville a connu son essor avec l’irrigation qui a permis d’y cultiver notamment l’olivier et la vigne. Mendoza assure aujourd’hui 60% de la production vinicole du pays avec plus de 13 millions d’hectolitres en 2003 [1].

Nous n’avions pas vraiment fait le voyage pour picoler, sans idée en tête, sans vraiment savoir ce qui nous attendait, nous y sommes allés parce que de nombreux Argentins nous avaient dit "c’est très beau, allez-y".

Arrivés sur place, on nous a conseillé d’aller à San Rafael et à Malargüe, l’idée que ce ne soit pas référencé dans le Routard m’a plu.

Carte du sud de la région de Mendoza
Carte du sud de la région de Mendoza

San Rafael et Malargüe sont au sud de Mendoza, à l’ouest c’est la Cordillère des Andes et le Chili, au sud, la Pampa, une région argentine qui porte bien son nom.

Un derrick de pétrole entre San Rafael et Malargüe
Un derrick de pétrole entre San Rafael et Malargüe

La pampa, c’est d’un ennui mortel, gris et vert en bas, bleu en haut. Je me souviens en avoir traversé des kilomètres et des kilomètres entre Buenos Aires et Salta quand on voyageait avec Domitille et Eva, c’est toujours aussi hypnotisant. Nous avons aperçu quelques champs de pétrole et je crois un lac salé dans le coin de Nihuil.

Nous avons donc décidé d’aller voir la Cordillère, riche en lacs d’altitude, en grosses montagnes et en marmottes, ah heu non, pas de marmottes [2].

San Rafael

Les premiers jours à San Rafael, nous sommes allés sur le bord du Rio Atuel, en prenant le bus jusque Valle Grande. C’est un grand lac artificiel d’altitude créé pour les besoins d’un barrage hydro-électrique. Chose étrange : il n’y a aucun arbre ; la végétation andine composée de buissons bas et éparses et de mousses jouxte les eaux claires et froides du lac. Un restaurant et une plage artificielle tentent de s’étaler et de conquérir ce rivage inhospitalier que nous avons fui de peur de brûler au soleil.

En aval du barrage par contre, le bord de route est très animé : campings, magasins d’artisanat et de nombreuses cahuttes proposent des activités nautiques extrêmes tel que le kayak, le rafting et la descente sur bouée en forme de banane. Affublés de gilets trop grands et de casques aux couleurs criardes, les touristes se laissent couler par grappes en poussant de grands cris à la moindre écume.

Nous avons fui le tumulte en nous postant de l’autre côté du rio pour bouquiner à l’ombre des saules et nous tremper dans l’eau fraîche entre deux chapitres. Rencontré un franco-argentin et son épouse de Cordoba qui nous ont conseillé d’aller voir du côté de Malargüe.

Le lendemain, on prenait le bus jusque Villa 25 de Mayo puis un combi jusqu’à l’Embalse de los Reyunos.

Malargüe

Arrivés à Malargüe, on se tasse dans la voiture des les parents de Malbya (rencontrée dans le bus) qui nous amènent dans un hostel où on rencontre Manu un autre franco-argentin et son épouse qui fait le tour de la région à cheval, ils montent un projet de tourisme éco-responsable autour de l’équitation et de la musique dans la région. Jeanne-marie goûte son premier maté et elle aime bien.

Malargüe est une ville calme. Calme au point qu’en dépit de ses 23 000 habitante, dans l’intersection des deux rues principales, à midi, en semaine, il n’y a pas une voiture.

De Malargüe, nous sommes allés visiter la Valle Hermoso.

Photographies

  • La pampa, ou la zone de l'ennui infini
  • Des Argentins ravis de faire découvrir le maté à Jeanne-Marie

[1Oui, mon chiffre a 10 ans, ça a certainement changé depuis, mais ça fait genre beaucoup

[2D’ailleurs, à part des mules, et quelques insectes, on n’a pas vraiment vu d’animaux, dommage parce que la région regorge (entre autres) de viscaches, lamas et vigognes