RYoGAmeOver

gameover > Tests > Test : Sonic Adventure 2 Battle (Gamecube)

Test : Sonic Adventure 2 Battle (Gamecube)

vendredi 31 mai 2002, par RYoGA

Cela fait déjà quelques mois que Sonic est passé chez Nintendo, on ne voudrait pas jouer les naïfs, mais bon, ça fait quelque chose de voir Mario et Sonic, les anciens frères ennemis, main dans la main !

Voici sur Gamecube une adaptation améliorée du second Sonic développé à l’origine sur la feux Dreamcast de SEGA à l’occasion des dix ans de sa mascotte (qui est d’ailleurs mon personnage de jeu-vidéo préféré). Je n’avais pas eu l’occasion de jouer à Sonic sur Dreamcast, et en fervant admirateur des versions 2D sur Megadrive, je n’avais jamais joué à un Sonic... tout en 3D !

Du coup, la première chose qui frappe, c’est de déambuler dans de la 3D. Habitué aux Mario 64 ou autre Zelda Ocarina of time, j’ai été dans un premier temps très géné par le choix des angles de caméra. Ils sont gérés par le jeu mais à aucun moment il n’est possible, par simple pression d’un bouton (genre C jaune !), de regarder autour de soi. On est donc obligé d’aller là où la caméra l’indique, et si vous voulez aller autre part, c’est possible, mais à l’aveuglette.


Sonic avance vers nous... sans savoir où il va !


Un camion tente de vous écraser : on fonce !!

Contrairement à un Mario, dont la lenteur est propice à la recherche minutieuse des zones bonus, un Sonic se veut speed, fun. La réputation légendaire de la vélocité du hérisson bleu n’est plus à refaire et cette version bat tous les records ! Vous pouvez ainsi faire le jeu au pas, mais tout est prévu pour privilégier le pas de course !

Sautant directement de la cinématique (ces dernières reprennent le plus souvent le moteur du jeu mais font aussi appel à de superbes images de synthèse) à la première phase du jeu, voilà Sonic dévalant en surf le long des rues d’une ville cotière. Après avoir parcouru le niveau à vitesse grand V, le voilà poursuivi par un camion gigantesque voulant l’écraser !


Phases de Shoot avec Tails


Shadow, le mystérieux rival de Sonic

Impossible de souffler, vous découvrez que le jeu ne se résume pas qu’à de simples séquences de plateformes speed ! Elles s’alternent avec des séquences de shoot’em up avec Tails dans son robot et d’autres d’action-recherche avec Knuckles (l’échidna rouge).

Dans ces dernières, le but est de trouver les 3 fragments d’une émeraude Chao à l’aide d’un radar de proximité. Elles sont dissimulées dans un niveau d’envergure gigantesque, ce qui est d’autant plus intéressant que les mouvements de Knuckles (voler/planer, escalader, fouiller le sol) lui permettent d’explorer les 3 dimensions. Un challenge ardu qui prend parfois jusqu’à une demi-heure, c’est presque un peu trop !

Une de mes grandes attentes concernant le jeu était bien sûr de savoir si j’allais retrouver l’esprit des jeux Megadrive. Car si l’on retrouve les anneaux source d’énergie, les télés bonus, les bumpers rouges étoilés et quelques rares ennemis issus de précédentes versions, force est de constater que le jeu a bien évolué depuis. Une grande place est donnée à la mise en scène du scénario et au passage les personnages ont gagné une voix. Cela surprend au début mais l’on s’habitue assez vite aux nuances américaines (mais pas japonaises qui n’ont pas d’intonations caractéristiques). De même, les musiques n’ont plus rien à voir avec les mélodies synthétiques d’antan mais font appel à de véritables groupes musicaux. Le choix peut ne pas plaire, j’avoue ne pas être fan, même si la musique du premier niveau m’amuse beaucoup et je me prends à fredonner "escape from the city" !

Nous l’avons vu, les modes de jeu ont évolué. Les niveaux de Sonic, totalement renversants, sont les plus funs à jouer et l’on regrette presque d’avoir à faire les niveaux de Tails, trop bourrins, voir ceux de Knukles, trop longs.

D’autre part, le mode deux joueurs m’a semblé bien inintéressant. Que ce soit une course en surf, en kart ou une recherche d’objet, le fun n’est pas suffisant, gâché en plus par un écrasement des perspectives. Ce n’est pas de l’écran splitté Sonic 2 Megadrive (1992) mais presque !

Non, ce qui semble plus déjà intéressant est de pouvoir rejouer à volonté, et à deux, un niveau déjà réalisé, pour le fun, ou pour le plaisir d’améliorer ses statistiques.


Chao sur Sonic Advance GBA


Les épreuves des Chaos

Dans chaque niveau peut être trouvée la clef du Jardin des Chaos. Un chao est une petite bestiole toute mignonne dont il faut s’occuper. Ca ne sert à rien si ce n’est à se reposer l’esprit entre deux niveaux d’action intense. Les bonus récoltés dans les niveaux permettront aux chaos d’évoluer. Des petits jeux comme une course à la nage ou un combat ne semblent pas aussi intéressant que ça aurait pu l’être : dans ces phases vous ne contrôlez pas le Chao, tout se fait automatiquement. Autant dire que ça n’a aucun intérêt. Ce qui est plutôt décevant pour les curieux qui, comme moi, avaient boosté le Chao délivré dans le jeu Sonic Advance et qui lorsqu’ils le téléchargent sur Gamecube (au moyen d’un câble à acheter en supplément), découvrent que ça n’a aucun intérêt...

Pour conclure, je dirai que nous avons affaire à un jeu très complet. Il propose de nombreuses façons de jouer, certaines plus intéressantes que d’autres. Pour ma part je retiendrais les séquences hallucinées de Sonic que le passage à la 3D a rendues excessivement jouissives. Vous n’avez qu’à faire la jungle pour vous en rendre compte !

RYoGA 2002