RYoGAmeOver

gameover > Tests > Test : Mario & Sonic - Sotchi 2014

Test : Mario & Sonic - Sotchi 2014

samedi 30 novembre 2013, par RYoGA

Test originellement publié sur Eurogamer.fr !

Véritable succès sur Wii, l’union des deux licences phares de la plateforme revient dans un quatrième épisode de simulation sportive. Mario et Sonic retournent aux jeux olympiques pour s’affronter avec leurs amis sur une série d’épreuves liées aux sports d’hiver, sous le partenariat cette fois des jeux de Sotchi qui se tiendront en Russie du 7 au 23 février 2014. Les précédents jeux ont su séduire les fans de simulations sportives mais aussi de nombreuses personnes peu familiarisées avec les jeux vidéo et que la Wiimote a su décomplexer. Pour ce premier épisode sur Wii U, on prend les mêmes et on recommence, Gamepad, HD, et online en plus.

Le ski et le snowboard, les deux épreuves les plus jouables

Autant le dire tout de suite, Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver de Sotchi 2014 est un jeu qu’il sera bon de partager à plusieurs, armé d’un Gamepad et de plusieurs Wiimotes. Les épreuves qui n’utilisent que le gamepad se comptent sur les doigts d’une main de personnage de cartoon : le jeu n’est pas prévu pour le solo ! Si vous êtes deux joueurs, il faudra évidemment au moins une wiimote supplémentaire (et un nunchuck pour certaines épreuves). De deux à quatre joueurs pourront s’affronter en versus ou jouer en équipe. Il arrivera parfois qu’un joueur wiimote ait tout l’écran de la télévision pour lui tandis que le premier joueur pourra directement utiliser l’écran du gamepad.

"Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver de Sotchi 2014 dispose d’un très grand nombre d’épreuves, mais aucune d’entre elles ne sont véritablement réussies."

Le mode principal de Mario & Sonic propose une série d’épreuves olympiques. Pour ce qui est du ski nous aurons le ski alpin en descente, le saut à ski avec des tremplins, le Freestyle ski de bosses (avec des bosses, des tremplins et des figures à réaliser) et le Freestyle Ski Cross (à plat, avec des tremplins et l’objectif de retomber le mieux possible). Le biathlon alterne de la marche en skis et du tir de cibles (au gamepad pour le joueur un). Le snowboard est utilisé dans trois phases, une où l’on doit descendre tout schuss et passer par des drapeaux, une autre avec des rails, des tremplins et des sauts, et une dernière, le cross, qui combine les deux premières. Le patinage de vitesse est proposé sur deux circuits : un de 500 et un de 1000 mètres. Le patinage artistique vous invite à réaliser des mouvements à la wiimote plus ou moins en accord avec la chorégraphie indiquée à l’écran, en individuel ou en couple (la coopération est possible). Le bobsleigh peut se faire seul ou à quatre en coopération. Le hockey sur glace et le curling permettent jusqu’à quatre joueurs de s’affronter et de former des équipes. Ouf.

Attention aux ampoules !

Un tutorial très (très) long vient vous expliquer comment fonctionne le gameplay des épreuves. Plusieurs manettes possibles oblige, le détail est expliqué pour chacune des configurations, ce qui peut s’avérer rapidement confus. Le gameplay des différentes épreuves fonctionne à peu près de la même manière pour toutes, tout en étant relativement instinctif : charger son élan d’entrée de jeu avec un bouton, balancer vers le bas pour s’élancer, incliner le gamepad ou la wiimote ou le combo wiimote/nunchuck en gyroscope pour se déplacer, lever le périphérique quand il faut prendre de l’élan pour sauter, et le tourner pour faire des figures. Il est possible de zapper les tutoriaux mais il faudra en passer par là pour comprendre les bases. Si on voulait faire du mauvais esprit, on pourrait dire que les tutoriaux demandent plus de temps que les parties elles-mêmes. Ce n’est pas vrai, mais cela pèse beaucoup dans la balance au final.

Puis vient la vraie déconfiture. Nous avons beau être passé au Wiimotion Plus depuis longtemps, le gameplay de Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver de Sotchi 2014 est toujours aussi archaïque. Basique et imprécis, il fera illusion auprès de joueurs peu avertis et exaspérera les autres. Certes, nous sommes face à une simulation, et pas un jeu d’arcade, et l’esprit de Track ’n Field plane encore sur le gameplay, trente ans après. Il faudra en effet marteler les boutons, secouer les wiimote dans tous les sens, mais jamais, jamais, on aura la sensation de réellement pouvoir maîtriser ce que l’on fait. Seule l’épreuve de ski alpin en descente, à la wiimote et au nunchuck, parait répondre à des critères de jeu d’arcade : précis et véritablement plaisant. Ce Mario & Sonic est longuet au démarrage et s’avère finalement décevant dans quasiment toutes les épreuves. Seules des parties à quatre joueurs armés de beaucoup de bonne volonté pourraient sauver du naufrage une simulation aussi mauvaise, manettes en mains.

Prends-moi la main, et prends la mienne !

C’est d’autant plus décevant qu’en dehors du gameplay limité pour chaque épreuve, Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver de Sotchi 2014 ne manque pourtant pas de qualités. À commencer par ses nombreux modes de jeu : face aux épreuves olympiques homologuées, des épreuves "Rêve" reprennent les différents sports en les aménageant à la sauce party-game, ce qui est tout de suite plus amusant. Ainsi la course des champions sports d’hiver est une vraie course de compétition où jusqu’à quatre joueurs peuvent s’affronter sur la piste de descente, en alternant régulièrement l’équipement, allant des skis, patins, bobsleigh au surf. Sur la piste, des portions de neige ou de glace conviendront à votre attirail et il ne sera pas question de prendre la neige avec des patins à glace ! Une épreuve amusante sur le papier qui l’est finalement moins à cause des imprécisions déjà évoquées. L’épreuve suivante semble encore plus attrayante : une course à la Mariokart, sur un circuit connu de Mariokart, avec des accélérateurs, des raccourcis et des pièces à ramasser, le tout en snowboard. Là encore l’épreuve est amusante, mais loin de la précision du modèle dont elle s’inspire. Le bobsleigh des montagnes russes, le hockey de rue enneigé et le curling "trou en un" (si si) apportent quelques variantes aux épreuves classiques. Mais ce seront surtout les deux dernières épreuves, plus axées mini-jeux, qui attireront notre attention. La "mêlée de boules de neige" tout d’abord, où les équipes se tirent des boules de neige avec des pistolets pour immobiliser les autres afin de pouvoir récupérer une grande boule à acheminer vers son but. Assez basique mais qui défoule cinq minutes. Et la course de luge d’autre part, où, à la Star Wars : Épisode 1 Racer (la course de podracers), vous contrôlez un chariot sur une piste de course. À deux, chacun dirige un réacteur, et tente de rester sur la route en attrapant les bonus de nitro et en faisant des sauts le long des tremplins. Amusant mais vraiment réussi non plus.

On en revient ainsi toujours au même point : Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver de Sotchi 2014 dispose d’un très grand nombre d’épreuves, mais aucune d’entre elles ne sont véritablement réussies. On passera donc de l’une à l’autre pour chercher celle qui vous plaît le plus, afin d’éventuellement trouver son bonheur et abandonner définitivement les autres. Est-ce que les athlètes olympiques excellent dans toutes les disciplines ? Non, ils se concentrent sur un sport, et ce n’est pas pour rien.

Des mini-jeux pourront faire rire les oiseaux et chanter les abeilles !

Mario & Sonic continue à proposer des modes de jeu. On passera sur "Le choc des légendes", le mode histoire (il nécessite une wiimotte), qui vous met dans la peau d’une équipe olympique chargée de gagner différents meydley d’épreuves face à d’énigmatiques versions obscures des personnages des univers de Mario et Sonic. Peu engageant quand on sait qu’une épreuve pénible risque de tomber au tournant. Rappelons que pour toutes les épreuves du jeu il vous sera possible d’incarner des personnages des univers Mario et Sonic, et même votre Mii. On notera que dans la version française Mario et sa clique s’expriment avec des onomatopées anglaises tandis que Sonic et sa bande disent chacun quelques mots de français. Répétés très souvent, ils deviennent rapidement exaspérants. Shadow a ainsi une voix particulièrement flippante et on n’a pas particulièrement envie de le confier à des enfants. Un mot rapide sur les musiques, qui viennent des différents jeux des deux licences, et qui seront à débloquer au fur et à mesure des médailles gagnées lors des parties de jeu.

Le mode "Réflexes et réflexion" est une sorte de party-game avec plusieurs épreuves sous la forme d’un show télévisé. Les présentateurs robotiques Cubot et Orbot (qui répètent eux aussi quelques mots en français du genre "donc" et "doooonc" deviennent vite insupportables) sont là pour créer une ambiance survoltée à même de vous faire jouer à quelques épreuves spéciales. On notera là aussi le ratio "présentation/épreuves" complètement abusé. Pas question de zapper les explications supplémentaires de Lakitu (et pourtant cela démange), sous peine de ne pas comprendre des règles quelques peu compliquées. Sur la carte d’un des différents environnements du jeu, plusieurs étapes avec des questions-quizz vous seront posées. À chacune d’entre elles correspond une épreuve sportive combinée à un événement spécial. Il faudra par exemple rester attentif aux différents types de vibrations de la manette à certains checkpoints et identifier celui qui ressemble à celui proposé en amont, ou encore compter le nombre de rings qui sortent des tonneaux que vous bousculez. Une présentation pénible + des épreuves tirées par les cheveux = un mode de jeu poussif et raté.

Le mode de jeu "Medley Mania" vous propose de parcourir des séries d’épreuves liées selon un thème : Sonic, Mario, saut, vitesse, équipe, course, cible, glace. Il est possible de les personnaliser pour composer la série d’épreuve que vous préférez.

Quatre potes et c’est parti !

Enfin, le mode en ligne vous permet d’affronter vos amis ou des joueurs du monde entier. Vous concourez sous le drapeau de votre pays et le représentez fièrement online. Pas question pour autant de participer à vos épreuves préférées : chaque semaine un lot de différentes épreuves vous est proposé. Vous pouvez consulter les tableaux des résultats des différents pays et vos propres classements.

Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver de Sotchi 2014 aurait du être plus soigné au niveau de son gameplay. En dehors de ça, les modes de jeu, les épreuves et personnages sont là. Le mode online est présent. La réalisation est honnête, propre à défaut d’être originale. L’habillage des menus est plaisant avec un patchwork directement lié aux jeux de Sotchi. Mais qu’importe puisque l’essentiel n’est pas là. La prochaine fois il faudra tout simplement faire un titre jouable.

Les avis et conclusions du rédacteur

Gameplay : Nous sommes dans une simulation, certes, mais il serait temps de faire des épreuves un peu plus jouables, moins imprécises, avec une réelle marge de progression, le tout sans que l’on ait besoin de s’arracher des bras. Le gamepad aurait pu aider à cela, vu que les épreuves qui l’utilisent s’en sortent avec moins de fracas. Mais il n’y a qu’un gamepad et beaucoup trop de wiimotes. Carton rouge pour le réticule de la Wiimote qui cherche sa cible pendant trente secondes avant chaque épreuve : usant.

Réalisation : Le jeu en HD est honnête. Les graphismes et le design sont propres, un peu trop figé, mais pas déplaisant. L’animation sur les pistes n’a rien d’exceptionnel, on pourrait même dire que cela se traîne. Le bon esprit véhiculé par les personnages devient rapidement crispant, d’autant que les tutoriaux et autres présentations durent des plombes.

Fun : C’est ce qui sauve Mario & Sonic du naufrage total. À vouloir trop en faire le jeu réussit au moins à proposer quelques épreuves un peu amusantes à plusieurs dans le lot. Le joueur solitaire monomaniaque pourra essayer de faire mieux à chacune de ses parties pour figurer en haut des tableaux de scores, un plaisir digne des salles d’arcade, où la frustration était reine.

Points faibles :

- Le gameplay des épreuves archaïque
- La plupart des épreuves complètement bancales
- Des présentations longues et crispantes

Points forts :

- Plusieurs modes de jeu et épreuves : au moins de quoi trouver son bonheur (moi c’est la descente en skis)
- Les personnages de Mario et Sonic dans des menus soignés
- Le mode online a le mérite d’exister
- Peut faire illusion en soirée (on lui préférera Super Mario 3D World ou Nintendo Land)

Ce qu’il faut en retenir : « Faisant fi de son habillage ambitieux qui aurait appelé à quelque chose de plus élaboré, Mario & Sonic se révèle totalement archaïque. Dans un jeu des années 80, il fallait inlassablement appuyer sur un ou deux boutons pour tenter d’améliorer son score. Transposition ici avec des wiimotes réduites à leur plus simple expression, pour un jeu très mal calibré et absolument exaspérant, jusque dans sa présentation. À éviter. »