RYoGAmeOver

gameover > Tests > Test : Monster Hunter 3 Ultimate

Test : Monster Hunter 3 Ultimate

vendredi 22 mars 2013, par RYoGA

Le voilà enfin, le blockbuster de la Wii U ! Sous le feu des projecteurs de par un calendrier plus que vide, ce portage amélioré du troisième opus sorti sur Wii reste-il toujours un bon jeu ? Ceux qui ont découvert la série avec la démo et qui n’ont pas été convaincus ont-ils vraiment fait l’expérience du jeu ? Le Gamepad est-il bien utilisé ? Ceux enfin qui ont déjà passé de nombreuses heures sur la version Wii doivent-ils recraquer ? Réponses.


Test publié sur Puissance-Nintendo.

Le grand air

Monster Hunter 3 Ultimate est une grande chasse aux dinosaures par missions successives soumise à quelques règles singulières qui font le sel de cette série. Même si certaines ont été évoquées dans la preview, rappelons-en quand même quelques unes.

Tout d’abord les ennemis que vous allez affronter n’ont pas de barre de vie. Tout est une question d’immersion et il faudra observer le comportement des monstres. Une fuite la bave aux lèvres est déjà un premier signe de leur état de fatigue avancée. Les voir se traîner et boiter en est un plus certain. Le combat peut être très long. La mission a une durée maximale de cinquante minutes et quand on débute chaque minute compte ! Pendant ce temps là il faut gérer la fatigue de son avatar en mangeant des gigots cuits à même la viande ramassée sur les dépouilles des monstres secondaires. Il faut aussi veiller au bon fonctionnement de son arme, laquelle s’émousse rapidement. Au bout de trois K.O c’est la défaite et l’échec de la mission.

Les combats sont rudes face aux colosses et vous serez très certainement ballotté ! Les potions en tout genre seront avalées à longueur de temps et il faudra parfois se réfugier dans les zones avoisinantes pour temporiser la férocité des bestiaux qui deviennent de plus en plus acharnés à l’approche de la mort. Pour les frapper, il faudra vous mettre dans l’axe et dégainer. En effet, ici pas de lock sur les ennemis, ce qui peut sembler inconcevable pour la plupart des joueurs. Et pourtant il faudra jouer de l’angle de votre personnage et rediriger la caméra sans cesse pour conserver le bon axe et viser juste. Un coup à prendre qui devient vite une seconde nature.

Démo inanimée : avez-vous donc une âme ?

Vous avez joué à la démo et vous n’avez pas aimé ? Il faut dire que vous n’avez vu qu’une partie de l’iceberg Monster Hunter ! La démo, une phase de combat de vingt minutes, n’était pas forcément un choix judicieux. En effet, le personnage que vous incarniez était doté d’un équipement surpuissant et vous n’aviez plus qu’à foncer dans le tas pour vous défaire du boss proposé. Tout le contraire de l’esprit du jeu qui est de collecter progressivement les fruits de ses chasses successives pour confectionner l’arsenal qui vous élèvera au dessus de chacun des monstres.

La démo permet néanmoins d’essayer tous les types d’armes disponibles et d’appréhender les différentes possibilités de combat : au corps à corps avec des épées, sabres, haches ou marteaux ou à distance avec des fusils et autres arbalètes. Contrairement à d’autres jeux du genre, comme Phantasy Star Online, qui fonctionnent par classes, votre personnage peut changer d’armure et d’arme à tout moment. Ici c’est bien l’habit qui fait le moine et Monster Hunter 3 Ultimate est plus un mmorpg qu’un jeu d’action-aventure, contrairement à ce que son univers soigné pourrait laisser croire.

Bienvenue au village Moga !

Le jeu solo vous met ainsi dans la peau d’un jeune chasseur recruté pour lutter contre les monstres qui s’approchent de plus en plus d’un petit village côtier appelé Moga. Après avoir fait connaissance avec les villageois, vous voilà à aider à la réparation d’un abri qui s’est effondré suite à de menaçantes secousses. Ce petit parcours de santé dans le premier environnement du jeu permet de se familiariser avec les commandes.

Un personnage a besoin de champignons ? Allez les trouver dans la forêt et ramenez-les ! Vous comprendrez ensuite que ces ingrédients combinés à d’autres permettent de confectionner des objets indispensables à votre survie. Le fils du chef a faim et demande de la viande ? Allez puiser de la viande crue sur le cadavre d’un paisible Aptonoth, faites la cuire avec votre tourne-broche portatif et donnez-la au grand gaillard ainsi revigoré. Il se fera un plaisir de réparer l’atelier qui vous servira de point de chute pour vos fournitures à venir. Très vite on vous demande de chasser des Jaggis et même un grand Jaggi, sorte de vélociraptors très hargneux dans leur genre (et qui vous feront bien rire quand vous aurez pris du galon !).

Ceci n’est que le début d’une succession de quêtes en tout genre aux cours desquelles vous allez rencontrer des monstres de plus en plus impressionnants, comme le Lagracius qui sera votre ennemi attitré.

Si la forêt reste le lieu ouvert à tout moment et accessible sans limite de temps, les missions qui se débloquent les unes après les autres se déroulent dans d’autres lieux. Vous y rencontrerez de très nombreux monstres aux apparences et caractères bien différents. Certains vous nargueront comme l’insupportable piaf Qucurepeco, qui ne manquera pas d’appeler d’autres monstres à son secours, ou vous effraieront comme la tenace Rathian, dragonne qui vous empoisonne avec ses dards. Certaines créatures se déplacent dans l’eau et il ne faudra pas hésiter à aller les chercher dans les profondeurs ou les marais pour les y débusquer. Ils s’échoueront alors sur la terre ferme et s’y débattront de toutes leurs forces.

Une fois la quête réussie, vous empochez les récompenses recueillies sur place mais aussi des objets bonus en lien avec le monstre que vous avez battu. Utilisez-les pour forger de nouvelles armes ou de nouveaux équipements. Rangez vos objets. Achetez en de nouveaux auprès de la commerçante du coin. Troquez en d’autres auprès de voyageurs itinérants. Gérez la ferme tenue par des chats facétieux. Faîtes la connaissance avec Cha-Cha, un petit compagnon qui vous aidera pendant les quêtes. Il sera bien utile car il attire l’attention des monstres ou vous soigne si vous lui demandez de le faire en amont de la mission. Sauvegardez le jeu en dormant dans votre lit.

Mangez un bon repas au comptoir... et puis c’est parti, lancez vous dans la prochaine quête ! Dépaysement et challenges assurés !

Les ajouts de MH3 Ultimate

Le mode offline de MH3U est conséquent, mais le mode online décuple la durée de vie. Ceux qui ont joué à la version Wii savent que le jeu peut être particulièrement addictif. Les serveurs en ligne de la version Wii ferment fin avril et s’ils veulent continuer il faudra passer par cette nouvelle version. Seulement est-ce que les nouveautés de ce portage en valent la peine ?

Sur Wii le jeu online était accessible uniquement depuis le menu de départ du jeu. Celui de MH3U l’est directement depuis le village Moga. Il suffit pour cela d’aller voir le chat Neko qui vous y conduira. Le nouveau village est beaucoup plus coloré que l’ancien, et propose à peu près la même chose que le premier : un vendeur d’objets, un forgeron, un cuisinier et quelques autres badauds.

À la taverne se trouve un nouveau comptoir de quêtes qu’il est possible de faire en ligne comme en local. En local vous pourrez jouer seul ou avec des amis qui disposent de la version 3DS. En ligne vous aurez accès à des salons et pourrez rejoindre d’autres joueurs comme vous. Chaque salon accueille un maximum de quatre joueurs. Un joueur de rang "1" ne pourra pas faire les quêtes de rang supérieur proposées par des joueurs plus aguerris. Une personnalisation des salons par des noms ou critères d’accès permet de savoir où l’on met les pieds. Si vous créez un salon vous pourrez voir des joueurs vous rejoindre. De très nombreux nouveaux monstres (absents de la version Wii et qui viennent d’autres versions de la saga Monster Hunter) seront à affronter au cours de toutes nouvelles quêtes. En plus de chemins supplémentaires sur les cartes déjà connues, on découvre même de nouvelles zones de jeu.

Le tchat vocal est disponible et peut être activé par une simple pression de doigt sur le gamepad. Pour ceux qui ne voudraient pas faire entendre leur voix, un clavier virtuel peut s’afficher sur le gamepad. Les messages ne comporteront pas plus de 30 caractères à la fois, ce qui reste un peu juste pour faire connaissance avec ses compagnons du moment.

l est heureusement possible d’envoyer des invitations aux joueurs avec qui on voudrait garder le contact. Leur statut s’affiche dans un menu du jeu et vous pouvez ainsi voir leur disponibilité. Un gong à la taverne, à faire sonner symboliquement, permet de faire une recherche automatique : vos amis seront prévenus que vous êtes en ligne et ils pourront rejoindre votre salon en un clin d’œil. Tous vos amis de la chaîne Miiverse sont automatiquement inscrits dans cette liste. Un ajout curieux car rien ne vous dit qu’ils jouent un jour à Monster Hunter 3 Ultimate sur Wii U.

Tout n’est pas encore parfait d’un point de vue ergonomie, et on a vite fait de se perdre dans les menus et les différents paramètres. Mais le jeu en ligne fonctionne bien et c’est très motivant de partir à la chasse avec d’autres joueurs.

Des quêtes téléchargeables seront ajoutées régulièrement par Capcom, au cas où l’on s’ennuierait malgré le déjà très large contenu !

Au titre des nouveautés on citera enfin le ciblage des boss par un bouton, qui ne permettra pas de les garder sous les coups de la lame mais simplement de recadrer la caméra sur eux si on ne les a plus dans le champ de vision. Inutile quand on sait correctement manier la caméra avec le second stick.

Le gamepad customisable

Sur Wii, vous aviez le choix de jouer au combo Wiimote/Nunchuck ou à la manette classique. Ces configurations sont toujours possibles sur Wii U. La manette pro de la Wii U que l’on retrouve dans le pack spécial de Monster Hunter 3 Ultimate est bien sûr compatible. Mais c’est le gameplay au gamepad qui est bien entendu attendu au tournant.

Dès le début du jeu on vous demande de faire le choix entre un affichage des informations sur votre écran (mode HUD écran) ou sur le gamepad (mode HUD dit "dynamique").

Le premier mode correspond basiquement à ce que l’on a sur Wii : toutes les informations comme la barre de vie de son personnage, la carte et le gestionnaire d’objets sont sur l’écran. En mode HUD sur le gamepad il n’y a plus aucune information sur l’écran de la télé, cet affichage renforçant l’immersion dans le jeu... sur le papier. Car si toutes les infos se trouvent sur le gamepad, il vous faut alors constamment jongler du regard entre les deux sources d’informations.

Gestion de la caméra avec une croix virtuelle (à oublier, il vaut mieux utiliser le stick), signal de localisation, gestion de l’inventaire des objets, tout ceci demande quelques touches du doigt qui sont certes possibles en ballade mais déconseillées en plein combat ! Rien ne vaut alors les boutons afin de faire défiler les items dont on a besoin dans la seconde, trop occupé que l’on est à éviter les assauts furieux de son adversaire qui ne vous laisse aucun répit et surtout pas le temps de regarder un autre écran. Certaines informations comme la barre de vie et de stamina doivent rester sous votre œil en permanence car elles sont l’extension de votre personnage et vous devez pouvoir les gérer au quart de tour. Quoi qu’il en soit il est possible de modifier ces modes à tout moment depuis les options.

Ajouter à cela la possibilité de paramétrer intégralement avec le stylet toutes les informations affichées sur le gamepad. En mode HUD gamepad, il suffit de jeter les options non souhaitées dans une icône de poubelle pour qu’elles s’affichent de nouveau sur la télé ! Chacun fera donc selon ses préférences. Et pourra même prendre un pad classique et garder le gamepad vide sous le coude s’il y est allergique !

Dans le village, le gamepad sera cependant utile pour savoir quels sont les personnages qui ont quelque chose à vous dire, là où sur Wii il fallait aller systématiquement les visiter à l’aveuglette.

Sachez enfin qu’en avril une mise à jour du jeu permettra de jouer à MH3U directement dans l’écran du gamepad. Vous pourrez faire des quêtes en vous désolidarisant de la télévision.

Petits points chagrins

Monster Hunter 3 est un excellent jeu. Il propose un challenge immense, des créatures sublimement bien animées. Son intérêt n’est pas à remettre en cause. Le jeu est passé en haute définition, ce qui est très appréciable, et il suffit de rebrancher la version Wii pour faire la différence.

Seulement voilà, contre toute attente le jeu a maintenant tendance à ramer quelque peu. Cela est à peine perceptible et ne gène en rien le plaisir de jeu, mais fait vraiment un drôle d’effet quand on reprend la version Wii.

On citera aussi la taille toujours aussi minuscule des textes de dialogues. Il est très difficile de les lire sur un écran qui ne soit pas HD. Heureusement passé le (long) tutorial il y en a beaucoup moins. Un défaut que Capcom ne compte pas modifier. Tant pis pour vous si vous avez une télé SD.

Signalons enfin une erreur de traduction qui existait déjà dans la version Wii et qui persiste dans cette version : pour retirer un objet du coffre il faut le "supprimer", ce qui pourrait porter à confusion et gène toujours quand on s’exécute. Il serait bon que cette traduction soit revue pour un prochain épisode !

Conclusion

Monster Hunter 3 Ultimate est bel et bien un gros jeu sur Wii U. Son retour permettra aux joueurs qui l’avaient loupé sur Wii de goûter aux plaisirs d’une exigeante chasse aux dinosaures. Les ajouts de cette version en font un jeu encore plus complet que l’original. Et qui sait, la jouabilité au gamepad pourrait en surprendre plus d’un !