RYoGAmeOver

gameover > General > Firewatch

Firewatch

mardi 7 février 2017, par RYoGA

Pour une fois, c’est Gaspard qui souhaitait me faire découvrir un jeu. Ce jeu, c’est Firewatch sur ordinateur (le truc avec un clavier et une souris) et retransmis sur un grand mur au moyen d’un rétroprojecteur. Quelques amis qui se relaient à tour de rôle, un canapé et une grosse couverture, et c’est parti pour une aventure hors du commun (et je parle bien de jeu-vidéo).

Firewatch raconte l’histoire d’un homme qui a décidé de devenir gardien de forêt pour l’été afin d’y voir un peu plus clair dans sa vie. En effet sa femme est atteinte d’alzheimer et visiblement il a besoin de recul plutôt que de rester auprès d’elle. Le voilà dans un cabanon isolé de tout, ayant pour seul contact une autre gardienne à quelques kilomètres de là, avec laquelle il communique par talkie-walkie.

On voudrait se balader et regarder le (très beau) paysage (à la première personne) mais les mésaventures arrivent très vite. Une succession d’événements posent différentes ambiances... plutôt contemplatives, mais pas forcément celles que l’on attendait. Les aller-retours dans une zone pas si grande que ça deviennent ainsi légion. Heureusement la curiosité l’emporte toujours et on découvre les sentiers condamnés au préalable avec satisfaction.

Le fait de l’avoir fait à plusieurs est une très bonne chose car dès qu’une situation se présentait, nous réagissions en nous posant toutes les questions possibles et imaginables. La réalité proposée par le jeu étant souvent plus terre-à-terre.

Il y a néanmoins le plaisir de découvrir les lieux. On sort souvent la carte pour savoir où on en est. Les conversations sont plausibles, que l’on choisisse de répondre ou non à notre interlocuteur. Un petit soucis d’ergonomie avec la souris et la molette pour choisir rapidement les différentes réponses possibles du walkie nous stresse. Il y aurait semble t-il plusieurs façon d’appréhender l’histoire, mais cela ne se tiendrait qu’à des détails ou des séquences absentes selon les choix.

Nous avons terminé le jeu en environ quatre heures. Une fois les mystères principaux révélés, certains en restent là, d’autres veulent voire ce que les choix de l’introduction peuvent changer. Mais il semble que ce soit surtout la psyché de notre héros dont il est question, et en ce qui le concerne, rien n’est vraiment fait pour que l’on s’attache à lui. Certains le trouvent même carrément antipathique, sachant que les événements ne le changeront à priori pas vraiment.

Merci donc à Gaspard pour cette découverte, une expérience de marche et de psychologie peu ordinaire !

1 commentaire

  • #
    10 février  10:18

    C’était super de vous regarder jouer ! En effet je suis d’accord c’était rigolo d’être à plusieurs et de laisser nos esprits vagabonder et imaginer des scénarios incroyables. On a même cru qu’on allait tomber sur des zombies à un moment... Mais bon effet la réalité est bien plus terre à terre que ça !