RYoGAmeOver

gameover > Coups de coeur > La Wii, c’est finiiii

La Wii, c’est finiiii

jeudi 7 février 2013, par RYoGA

Alors que la Wii U a pris le relai depuis quelques semaines, la Wii sombre peu à peu dans les méandres de l’oubli. Cette période de purgatoire n’est peut-être pas la meilleure pour parler de la console, mais qu’importe, revenons sur les jeux qui ont marqué la console qui a su re-propulser Nintendo au sommet des ventes.

En effet, après deux générations de succès avec la NES et la Super NES, puis deux générations mitigées (la Nintendo 64 et la Gamecube se sont bien vendues mais mal en comparaison des succès de la Playstation 1 et 2), il était temps que Nintendo réagisse en sortant un concept fort qui puisse rallier les masses. Ce projet c’est la Wii, une console au nom rigolo voir ridicule et pas forcément puissante mais qui propose une nouvelle façon de jouer. La wiimote, sorte de télécommande, servira de manette, pour le meilleur et pour le pire...

Un lancement wiigolo

Pour son lancement le 8 décembre 2006 en Europe, la plus grosse surprise et attente n’est autre que Zelda : Twilight Princess, un jeu originellement développé pour le Gamecube et qui devait sortir en 2005. Conscient de tenir là le blockbuster imparable, Nintendo a repoussé et transféré le jeu sur Wii pour permettre au joueur de vaguement manipuler l’épée de Link (devenu droitier pour le coup). Le jeu sort aussi sur Gamecube une semaine plus tard, histoire de ne pas (totalement) fâcher les joueurs.


Le jeu qui aura bien sûr propulsé la Wii dans les hautes sphères, c’est Wii Sports, et notamment le jeu de tennis qui aura profité d’un très bon bouche à oreille et alimenté quelques soirées entre amis ! L’autre jeu à succès du lancement n’est autre que Wii Play, tout simplement parce que cette compile de mini-jeux très moyens était vendue avec une wiimote à moindre prix. Efficace ! Le Casual gaming est en marche ! Autre opportuniste, Ubisoft, qui signe Red Steel, un jeu qui utilise pleinement le combo wiimote-nunchuck. Assez réussi, il souffre d’un manque de finitions et de bugs assez honteux. Dernier jeu mémorable du lancement : Rayman contre les lapins crétins, assemblage foldingue de mini-jeux sans queue ni tête qui trouvera son public... qui en redemandera quelques temps ! Début janvier sort WarioWare : Smooth Moves et ses mini-jeux débiles (mais qui exploitent bien la wiimote, eux), confirmant l’image grand-public de la Wii. On passe quand même de bons moments avec ce lancement.

2007, l’inquiétude

Les joueurs sortent de leur gueule de bois et attendent les "vrais jeux". Ils doivent se contenter dans un premier temps du léger mais néanmoins sympathique jeu de course à la wiimote Excite Trucks, du délicat Sonic and the Secret Rings ou encore du assez excellent Dragon Ball Tenkaichi 2. Mario Strikers Charged Football sort en mai et propose du jeu en ligne. Resident Evil 4 : Wii Edition vient combler le manque de jeu consistant.

Les joueurs s’impatientent, et sur les forums vidéoludiques (le nouveau "café du commerce") on se demande déjà si la Wii n’est pas qu’un gros pétard mouillé... On se calme et on boit frais à Saint-Tropez ! Chaque début de vie de machine est suivi de quelques mois difficiles, il suffit donc de prendre son mal en patience.

De fait il faudra attendre la fin de l’été pour que la Wii fasse sa rentrée. Super Paper Mario (un autre exilé de la Gamecube) débarque fin septembre. Le premier gros Blockbuster de la Wii sort fin octobre : il s’agit de Metroïd Prime 3 : Corruption. Petite surprise que Endless Ocean, un jeu d’exploration sous-marine réellement dépaysant !

Et puis le voilà enfin, le beau, le grand Super Mario Galaxy qui vient mettre tout le monde d’accord en cette fin d’année 2007 !

Plus discrets, Pokémon Battle Revolution, une honte de contenu mais qui propose du jeu en ligne, ou encore Resident Evil : The Umbrella Chronicles et Link’s Crossbow Training qui s’utilisent avec le Wii Zapper, un simple bout de plastique où loger la wiimote pour en faire un bazooka. Mario Party 8 rate un peu son entrée. Mario et Sonic aux Jeux olympiques avait fait le buzz quelques mois auparavant et s’assure de bonnes ventes en fin d’année.

Mais le jeu que tout le monde attend, Smash Bros Brawl, prend du retard, et les news incessantes sur le jeu et son contenu dévoilé semaines après semaines finissent d’user les nerfs des joueurs. Sa sortie n’est alors toujours pas confirmée.

2008, la déception

Capcom tente la sortie d’une création originale qui utilise les fonctionnalités de la wiimote. Zack & Wiki : Le Trésor de Barbaros est un point ’n click évolué aux très nombreuses énigmes. Le jeu obtient un succès critique mais absolument pas commercial (il m’a personnellement ennuyé, même si je suis fan d’énigmes retors). SEGA quant à lui ressort son ancienne mascotte de la Saturn dans un nouveau jeu Nights : Journey of Dreams. Techniquement à la ramasse, il se parcourt avec un plaisir certain si l’on est pas allergique à son design particulier et ingrat. Battalion Wars 2 tente une percée. Les fans de la série sont contents de retrouver un nouvel épisode avec Fire Emblem : Radian Dawn sur Wii !

Un jeu tente de bouleverser les choses : No More Heroes se présente comme un jeu à part (et il l’est) mais reste un titre globalement mal fichu et manquant d’ambition technique (à défaut d’artistique). La Wii se marginalise. Il est donc temps pour Nintendo de sortir sa carte maîtresse : alors qu’on ne l’attendait pas de sitôt, Mario Kart Wii déboule pour sauver la console du gouffre vidéoludique : les bécanes sont de la partie et le mode en ligne particulièrement réussi. Le jeu va permettre à la Wii de se vendre par camions pendant de nombreuses années (sortant même en pack deux ans après !). L’autre joker de Nintendo est encore plus inattendu : Wii Fit et son pèse personne (la Wii Balance Board) crée la surprise et élargit d’autant la cible de Nintendo : tout le monde prend alors la Wii pour faire... du fitness ! D’abord dubitatif, je me suis finalement laissé séduire par le programme, que j’ai pour ma part pratiqué pendant une bonne année !

Le WiiWare, service de jeux originaux dématérialisés, est lancé le 20 mai 2008 en Europe avec 6 jeux. Il ne décollera jamais vraiment.

Okami sort sur Wii. Smash Bros Brawl sort enfin fin juin. Un peu trop générique le jeu déçoit. Nintendo a mis beaucoup trop de temps à sortir ce jeu. On se tourne alors vers l’avenir pour se demander de quoi il sera fait. Malheureusement le manque de visibilité sur la suite est total. On se demande sérieusement ce que fait Nintendo. La conférence de l’E3 est alors totalement pitoyable : présentation du Wii Motion Plus, de Wii Music, Warioland : the Shake Dimension, Animal Crossing et Disaster : day of crisis comme jeux de fin d’année... Pas de nouvelles du prochain Zelda. La Wii ne fait plus illusion. Nintendo tente de rassurer les joueurs avec une conférence qui présente ses jeux pour 2009 mais rien n’est particulièrement emballant.

Et pourtant la Wii se vend par camions. Plus besoin de sortir la grosse artillerie, et tant pis si l’image en prend un coup chez les gamers : la Wii se vend sans gros jeux. Les éditeurs tiers tentent de se faire une place au soleil, mais c’est souvent la déconvenue !

2009, le désert


Comme Eledees, De Blob ou Dewy’s Aventure avant eux, les créations originales comme MadWorld ou Little King’s Story se cassent les dents. Même Nintendo n’arrive plus à caser ses vieilles licences comme Punch-Out !! ou Another Code : R - Les Portes de la Mémoire. Au milieu de cet océan de vide je trouve mon bonheur avec One Piece Unlimited Cruise qui se voit décliner en deux épisodes entre juin et août. C’est Wii Sports Resort qui en bon party game sera la vente du moment, à grand renfort de Wii Motion Plus, la version définitive de la Wiimote.

Nintendo reprend alors les rênes à l’E3 avec ce qu’il sait faire de mieux : du Wii machin et du Mario ! Le premier artwork du prochain Zelda est montré. Les jeux de la fin d’année seront dominés par le mastodonte New Super Mario Bros Wii, une version un peu facile de l’opus DS mais si amusante à plusieurs joueurs ! Wi Fit Plus sera là pour rentabiliser la Balance Board. EA tente un Dead Space Extraction qui floppe. Namco Bandai sort Tales of Symphonia : Dawn of the New World, une pseudo suite à l’opus Gamecube. Les fermiers rempilent avec Harvest Moon L’arbre de la sérénité.
A Boy and his Blob, reboot d’un ancien jeu de la fin des années 80, offre de superbes graphismes et une animation digne d’un dessin-animé. Malheureusement ce jeu de plateformes/réflexion ne sort pas des frontières anglaises.

Mais le jeu qui retient alors mon attention n’est autre que Muramasa : the Demon Blade, un beat’em all en 2D de toute beauté. Allez hop, jeu de l’année (avec One Piece) !

2010, le réveil de la bête

Début 2010 Nintendo révèle un planning pour l’année enfin prometteur. Il commence avec la sortie en février de Final Fantasy Crystal Chronicles : The Crystal Bearers, un jeu Square Enix présenté depuis l’annonce de la Wii quatre ans plus tôt ! Au final le jeu n’est pas exempt de défauts mais reste une aventure passionnante et loufoque sur Wii. Endless Ocean 2 : Aventuriers des Fonds Marins vient prolonger le plaisir du premier épisode. Silent Hill : Shattered Memories vient nous glacer d’effroi. Le sensible Fragile Dreams : Farewell Ruins of the Moon offre une petite aventure techniquement obsolète mais artistiquement riche.
Fin Mars Red Steel 2 tente de se racheter auprès des joueurs en soignant sa réalisation et en devenant l’un des rares jeux à utiliser pleinement le Wiimotion Plus. Mais c’est surtout le colossal Monster Hunter 3 qui vient rejoindre les rangs des meilleurs titres de la Wii en offrant une aventure gigantesque et un mode en ligne exemplaire. Travis Touchdown revient plus déjanté que jamais dans l’excellent No More Heroes 2 !


On se s’arrête plus et on peut savourer le très bon Sin & Punishment 2 : Successor of the Skies. On a alors tellement à faire que Super Mario Galaxy 2 arrive presque au mauvais moment ! A la rentrée Metroïd Other M finit de nous achever totalement de bonheur ! Mais c’est loin d’être fini puisque Epic Mickey, Sonic Colours et Goldeneye 007 assoient une année véritablement réconfortante ! Pour parachever le tout Donkey Kong Country Returns sort pour Noël.

2011, le début de la fin !

On sent que toutes les cartouches sont passées et que Nintendo se concentre maintenant sur la 3DS qui sort en mars, et sur le successeur de la Wii, le "Projet Café".

Kirby au fil de l’aventure est une petite perle magnifique qui débarque au début de l’année. Grosse grosse sortie en été que celle de Xenoblade Chronicles, un superbe JRPG qui marque durablement la console et lui redonne ses lettres de noblesse auprès des joueurs, toutes consoles confondues. Wii Party vient combler la case casual annuelle. Kirby’s Adventure, un deuxième Kirby, sort en fin d’année. Mais l’événement de l’année c’est bien sûr la sortie de The Legend of Zelda : Skyward Sword, un jeu que l’on aura finalement attendu tout au long de la vie de la console. Il sort donc bien tard, trop tard serait-on tenté de dire : il utilise les fonctionnalités du Wii Motion Plus mais non sans heurts. Disons-le clairement : c’est une déception.

2012, la fin en beauté

C’était une promesse, The Last Story sortirait sur Wii. Il a fallu l’attendre jusque 2012 mais le voilà, et quel bonheur ! Un JRPG flamboyant qui sent bon les aventures d’antan ! Passons sur un Mario Party 9 qui n’a plus grand chose à dire. Sourions plutôt à ce Poképark 2 : le Monde des Rêves, un jeu charmant qui a su me convaincre d’incarner des Pokémon dans une aventure à la sauce Zelda. On terminera la carrière de la Wii par le magnifique Pandora’s Tower, un donjon RPG lyrique et gore qui résume à lui seul tout ce que la Wii n’a jamais réussi à faire avec sa wiimote. Mieux vaut tard que jamais.

Car la Wii c’était bien cela : la promesse de jouer d’une manière différente. Et au final les jeux qui auront vraiment exploité les fonctionnalités de reconnaissance de mouvement se comptent sur les doigts d’une main (ou deux).
Mais plus que cela, c’est surtout le sentiment qu’avec cette console Nintendo a joué un véritable coup de poker auquel il ne croyait pas vraiment, laissant sa console non alimentée en jeux pendant plusieurs années avant de redresser la barre suite au succès. Une stratégie qui quoi qu’il en soit a été véritablement éreintante pour les joueurs.

Espérons qu’avec la Wii U Nintendo ne recommence pas cette erreur et aura préparé en amont des jeux à même de sortir dans l’année du lancement.

Je rajoute mon petit top pour le plaisir :
1) Xenoblade Chronicles
2) Super Mario Galaxy
3) The Last Story
4) The Legend of Zelda : Twilight Princess
5) Muramasa : The Demon Blade
6) Monster Hunter 3
7) Pandora’s Tower
8) One Piece Unlimited Cruise 1 & 2
9) Metroïd : Other M
10) Sin & Punishment 2 : successor of the skies

1 commentaire

  • #
    27 février 2013  03:47

    Pas grand chose a ajouter, tu as tout dis.
    Juste une pensée pour certains journaleux en carton, ou bien encore une certaine frange de "gamers" que j’emmerde et qui me le rend bien d’ailleurs.
    Cette chère Wii, on aura tout vomi dessus, que c’est une machine a raclette a sortir une fois par an, que sa population de casuals lui fait honte, qu’elle a rien dans le bide, etc...
    ...Sauf que, si on voulais jouer a quelque chose d’exclusif et d’un tant soit peu original, c’était vers elle qu’il aura fallu se tourner ces six dernières années, là où ses copines HD se contentaient de proposer a 95% les mêmes jeux.
    Je reste persuadé qu’avec le temps, les vrais jeux de la Wii, on en parlera avec emphase sur n’importe quel site retro-gamer.
    De mon coté sinon, j’ai beau avoir transféré le contenu de ma Wii vers sa petite soeur, je n’ai pas pu m’empêcher de revenir a la "vieille", trop de souvenirs ? Trop du mal avec le changement ? Trop con ?
    Surement, mais je l’aime.